#LocarnoCloseup

Un paradis pour les cinéphiles. Qu’est-ce qui rend Locarno différent des autres festivals? 2020 a été la seule année sabbatique dans la longue histoire du Festival international du film de Locarno, dont la 74e édition débute ce soir. De nombreux habitués ne viendront peut-être pas cette année en raison des restrictions de voyage. Les participants, eux, peuvent s’attendre à un joyeux marathon: environ 200 films proposés sur 10 jours, dans une ville complètement investie par les cinéphiles. Locarno est présenté comme le festival international du film le plus prestigieux de Suisse, organisé depuis 1946, et considéré dans le monde du cinéma, comme le «plus petit parmi les plus grands», comme Cannes, Berlin et Venise. Qu’est-ce qui distingue Locarno de ces grands festivals? Tout d’abord, Locarno n’est pas un événement de stars. La presse people y est peu ou presque pas présente. Bien sûr, il y a toujours quelques grands noms, mais ils ont généralement des points de vue inhabituels…

Lire la suite

À Locarno, le retour du cinéma grand écran

Le festival du film de Locarno est toujours plein de surprises, mais l’édition de cette année est doublement unique. Outre les mesures sanitaires requises, il s’agit de la première édition dirigée par Giona A. Nazzaro, une encyclopédie vivante du cinéma qui est aussi un éminent spécialiste des films d’action. L’édition qui s’ouvre le 4 août est estampillée Safe Festival, ce qui signifie qu’il sera pratiquement impossible de participer sans certificat de vaccination, certificat de guérison ou test PCR. Tout ceci afin de garantir l’objectif principal du directeur artistique Giona Antonio Nazzaro: un retour sûr à l’expérience du grand écran. Ce n’est pas seulement la pandémie qui a gardé le public devant le petit écran à la maison. L’industrie cinématographique et la façon dont nous regardons les films sont affectées par les changements radicaux qui interviennent dans la production et la distribution. Parmi les évolutions notables, citons la propagation des plateformes de streaming…

Lire la suite

Qui blâmer pour les colères du ciel? La réponse varie au cours des siècles

La gestion des catastrophes naturelles a renforcé le rôle de l’État au 19e siècle en Suisse. Tempêtes et éboulements n’étaient plus vus alors comme les signes d’un Dieu punitif, mais comme des problèmes à régler ensemble. Les questions de culpabilité et de responsabilité se sont estompées au profit du bien commun, une attitude qui nourrit encore les débats aujourd’hui. Thème de discussion passe-partout, la météo est devenue un sujet plus politique. À l’heure du changement climatique, la distinction entre activité humaine et phénomènes violents et autres catastrophes naturelles se dissipe, notamment parce que nos modes de vie impactent la météo. Pour le météorologue Jörg Kachelmann, les tempêtes récentes ne seraient que «le début de la misère». D’autres parlent d’«hystérie climatique» et en appellent à plus de sérénité. Parmi eux, l’ex-président du Parti radical suisse Franz Steinegger. Surnommé «Katastrophen-Franz» pour avoir dû gérer à deux reprises (en 1977 et 1987) des…

Lire la suite

Ernst A. Heiniger: Good Morning, World!

Près de trente ans après sa mort, le photographe et cinéaste suisse deux fois oscarisé Ernst A. Heiniger est de retour avec une riche rétrospective à Winterthour. Il ne reste que quelques traces de l’enfance d’Ernst A. Heiniger. Il est né le 4 août 1909 à Engwang, dans le canton de Thurgovie. Une photo du livre publié à l’occasion de l’exposition montre la famille de paysans peu après son installation à Urdorf, dans la vallée de la Limmat, aux portes de Zurich. Personne sur cette photo n’exprime le bonheur. Ernst a reçu sa première paire de chaussures à l’âge de 10 ans. Avant cela, il marchait pieds nus. Malgré sa maladie pulmonaire, son père le laisse travailler pendant des heures dans l’écurie avec les chevaux. Lorsqu’il a exprimé le souhait de devenir artiste, son père lui a flanqué une raclée. Il n’est pas surprenant que le jeune Ernst ait développé une relation profonde avec les chevaux, qui devait l’accompagner tout au long de sa vie. Fascination pour la technologie À…

Lire la suite

Le Président de la Confédération remercie la Cinquième Suisse

«La Suisse pense à vous, mes chers compatriotes». C’est ainsi que le Président de la Confédération Guy Parmelin commence son discours du 1er Août à l’intention des Suisses de l’étranger. «Les Suisses de l’étranger constituent à eux seuls une Suisse en miniature», constate le Président de la Confédération dans son discours. «Votre présence compte, même si elle est disséminée sur les cinq continents, loin, très loin de ces paysages bucoliques qui définissent la Suisse des origines». Guy Parmelin évoque aussi la pandémie de coronavirus. «Je sais que vous aussi, où que vous vous trouviez, avez vécu des moments d’incertitude, d’inquiétude, de souffrance peut-être également. Mon message est en ce sens d’abord un témoignage de soutien de la part de la Suisse.» Le Président de la Confédération rappelle aussi les droits politiques de la Cinquième Suisse: «La vie démocratique des citoyennes et des citoyens de notre pays ne s’arrête pas à la douane. Elle ne connaît pas de frontière. C’est…

Lire la suite

Les fêtes du 1er Août originales des Suisses de l’étranger

Cervelas, fromage et feux d’artifice. Pour de nombreux Suisses de l’étranger, la fête nationale constitue une occasion pour renouer avec les traditions helvétiques. Ils nous racontent leur recette de la Fête nationale. De la Thaïlande à la Chine en passant par le Ghana, certains expatriés suisses célèbrent le 1er Août. «C’est une journée pour célébrer notre pays d’origine et pour se réunir avec des amis», dit Daniela Erni à Singapour. La fête nationale suisse se célèbre le Pacte fédéral de 1291, acte fondateur de la Confédération, conclu par les représentants des trois cantons primitifs: Uri, Schwytz, Unterwald. Nous avons demandé à des Suisses de l’étranger de partout de nous raconter leur 1er Août. Des récits parfois étonnants.

Lire la suite

La Suisse, grande puissance des matières premières

Nos vies quotidiennes dépendent des matières premières, mais leur commerce reste une affaire opaque. Cette vidéo vous explique comment la Suisse est devenue un des principaux acteurs mondiaux dans cette industrie. Les vêtements, la nourriture et l’énergie sans lesquels nous ne pourrions pas vivre nous arrivent par le commerce des matières premières. Mais la plupart du temps, quand on parle de ce secteur, c’est pour en dénoncer les abus, comme la corruption, la déforestation ou les violations des droits humains. Qui participe au commerce des matières premières et que font exactement ces gens? Comment la Suisse, petit pays sans accès à la mer peut-elle contrôler 22% de ce business au niveau mondial? Et que fait le pays pour réguler ce secteur vital, mais si controversé?

Lire la suite

Premier référendum au Mexique: démocratique ou populiste?

Le président Andrés Manuel López Obrador a lancé le premier référendum national visant à réprimer la corruption politique. Cependant, la question soumise aux électeurs est vague et n’aboutirait pas à un mandat clair. Les votes populaires pourraient renforcer le pouvoir des citoyens, mais ils risquent également de créer des divisions sociales. Dans quelle direction va le Mexique? Le 1er août, quelque 93 millions de Mexicains sont appelés aux urnes – pour la seconde fois en deux mois seulement. Le 6 juin, les électeurs ont élu des représentants aux postes locaux, régionaux et fédéraux. >> Des élections sous la pression meurtrière des narcotrafiquants Ils doivent maintenant répondre à une question dont la complexité devient évidente au premier coup d’œil: «Êtes-vous d’accord ou non que les actions pertinentes soient menées conformément au cadre constitutionnel et juridique, pour entreprendre un processus de clarification des décisions politiques prises au cours des dernières années…

Lire la suite

Les demandeurs d’asile ont aussi besoin de la liberté d’expression

Après un long périple entre le Malawi, l’Afrique australe et l’Irlande, Ellie Kisyombe a réussi à faire entendre sa voix en devenant l’une des premières personnes avec un parcours d’asile à se présenter à une élection. Elle est la dernière participante à notre série consacrée à la liberté d’expression dans le monde. «J’ai dû quitter mon pays d’origine, car la liberté d’expression n’y existait pas à l’époque», se souvient cette mère célibataire de jumelles de 21 ans. «Je suis née dans une famille politique et à un moment donné, j’ai reçu un signe clair qu’il était temps de quitter le Malawi», dit-elle. En 2010, Ellie Kisyombe est arrivée en Irlande après un voyage long et difficile. Bien qu’elle ait dû attendre dix ans de plus pour devenir une résidente légale, elle n’a pas attendu pour faire entendre sa voix. Elle a en effet utilisé sa voix pour défendre d’autres demandeurs d’asile et a créé en 2016 l’entreprise sociale à but non lucratif Our Table, dont l’objectif est de «créer…

Lire la suite

Pandémie: la riche Suisse est prématurément fatiguée de la vaccination

Suffisamment de doses de vaccin, mais pas assez de personnes prêtes à se faire vacciner: de nombreux pays riches connaissent ce problème. En Suisse, le taux de vaccination stagne particulièrement tôt en comparaison internationale. Ce printemps, lorsque deux personnes se rencontraient, la question traditionnelle accompagnant les salutations d’usage était plus souvent «es-tu déjà vacciné?» que «comment vas-tu?». Après des discussions durant l’hiver pour savoir si la Suisse n’avait pas commandé ses vaccins trop tard ou au mauvais endroit, la campagne de vaccination s’est rapidement mise en route à partir d’avril. Dès l’âge de douze ans, toute personne en Suisse peut désormais être vaccinée contre le coronavirus. Mais à peine la campagne de vaccination a-t-elle pris de l’ampleur que la Suisse manque de personnes prêtes à se faire vacciner. Il y aurait suffisamment de doses de vaccin disponibles, mais la demande se relâche et le rythme de la vaccination est en baisse depuis des semaines.

Lire la suite