Andrey Rublev, en pleurs, après sa qualification à l’Australia Open : « Comme avoir un flingue sur la tempe »

Le tennis est un sport dur, très dur mentalement. On en a encore eu la preuve lors du huitième de finale entre Andrey Rublev et Holger Rune. Pendant quatre sets (6-3, 3-6, 6-3, 4-6), les deux protagonistes ne sont pas parvenus à accorder leurs violons pour offrir une partition phénoménale. Puis tout d’un coup, à l’entame de la dernière manche, le Russe…

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité