« Ses déclarations maladroites jettent un trouble »: le communiste Roussel joue sa propre partition au sein de la Nupes

Dans la droite ligne de sa campagne présidentielle, le dirigeant communiste Fabien Roussel se démarque à gauche en se tenant aussi loin que possible du coeur de la Nupes, jusqu’à provoquer l’émoi quand il évoque une participation au gouvernement.

Lire la suite

Zelensky presse l’Europe de l’aider davantage face à l’invasion de l’Ukraine: « Soyez avec nous »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rappelé mercredi l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’Union soviétique en 1968, tout en pressant l’Europe à aider davantage son pays contre la Russie.

Lire la suite

Législatives 2022 : Michèle Picard retire sa candidature au profit du nouveau candidat Nupes

Ce lundi, la maire PCF de Vénissieux Michèle Picard a officiellement retiré sa candidature aux législatives, au profit d’Idir Boumertit, le nouveau candidat de la Nupes désigné après le retrait d

Lire la suite

La Suisse joue à l’équilibriste entre bons et mauvais réfugiés

Les personnes qui ont trouvé refuge en Suisse n’ont pas toutes été accueillies avec ferveur ni n’ont bénéficié de droits similaires aux Ukrainien-nes. La façon dont cet accueil s’opère est liée à la géopolitique. Un regard sur des expériences antérieures s’impose. L’accueil qui est réservé en Suisse aux personnes réfugiées d’Ukraine rappelle l’année 1956. Alors que les chars soviétiques étaient entrés le 4 novembre de cette année-là dans Budapest, une vague de solidarité s’était emparée de la Suisse. Les cloches des églises avaient sonné et une minute de silence avait été observée par une population émue aux larmes par «la lutte héroïque menée par le peuple hongrois pour sa liberté». Ces personnes qui fuyaient la Hongrie avaient été accueillies sans condition préalable en Suisse. «Seule l’envie de rejoindre notre pays suffit», avait déclaré en substance le Conseil fédéral d’alors. La reconnaissance de leur lutte contre le communisme leur avait permis d’obtenir le droit d’asile…

Lire la suite

«En tant que femme, j’ai dû travailler deux fois plus dur pour faire mes preuves»

Depuis l’année passée, Michaela Zanello Sturdza est à la tête de la Banque Eric Sturdza. Cette banque genevoise, spécialisée dans la gestion de fortune, emploie un peu plus de cent personnes et gère environ 6,5 milliards de francs. Rencontre avec une des plus jeunes directrices générales d’une banque suisse. swissinfo.ch: Depuis votre entrée en fonction en tant que directrice générale, quelles ont été vos priorités? Michaela Zanello Sturdza: J’ai mis l’accent sur la gestion de multiples transitions, en tirant parti de nos atouts historiques et en les adaptant aux nouveaux paradigmes. D’une part, nous avons dû faire face aux transitions externes, notamment le renforcement de la réglementation bancaire, les changements générationnels parmi notre clientèle et les nouveaux développements technologiques. D’autre part, à l’interne, nous avons pratiquement tout revu: notre palette de produits, nos fonctions de back-office ou encore le respect de la conformité (compliance). Mais la plus…

Lire la suite

L’invasion russe en Ukraine met en évidence les lignes de fracture de l’ONU

Les nations occidentales condamnent unanimement la guerre menée par la Russie en Ukraine. Mais, dans d’autres parties du monde, la guerre a mis en lumière des lignes de fracture et des allégeances changeantes, ce qui pourrait avoir un impact plus large sur la politique mondiale et les Nations Unies, notamment à Genève. Si l’Europe, les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et le Japon ont fermement condamné la guerre de la Russie en Ukraine, de nombreuses nations n’entendent pas choisir leur camp. A l’instar de la Chine, de l’Inde, des Etats du Golfe et de nombreux pays africains. Mais, au cours des différents votes de l’ONU sur ce conflit (voir encadré), certains ont changé de position. Les Emirats arabes unis et le Sénégal, par exemple, se sont d’abord abstenus, puis ont voté en faveur de la condamnation de la Russie. La Chine et l’Inde, pour leur part, se sont systématiquement cantonnées dans l’abstention. A l’Assemblée générale de l’ONU, les 193 pays membres de l’organisation…

Lire la suite