Le paradoxe de l’œuf et de la poule ou de l’écrivain et du lecteur !

Aucun écrivain arabe ou maghrébin ne vit de la vente de ses livres. Chez nous, le livre se situe hors circuit économique ou industriel fiable. Il est une chose hybride mais dangereuse ! Le livre fait peur à certains et fait le bonheur des autres. En consultant les chiffres d’affaires faramineux des ventes de quelques titres publiés à l’occasion de la grande rentrée littéraire de septembre en France, le roman en particulier, je me suis dit : chez nous, le livre vit dans un monde hostile à la raison, toutes raisons, et à la beauté, toutes beautés. Une société équilibrée

L’article Le paradoxe de l’œuf et de la poule ou de l’écrivain et du lecteur ! est apparu en premier sur Actualités Tunisie Focus.

Lire la suite