Guerre en Ukraine : l’ex-président moldave prorusse en garde à vue pour trahison et corruption

L’ex-président prorusse de la Moldavie, Igor Dodon, a été placé mardi en garde à vue, soupçonné de trahison et corruption, a annoncé le parquet de ce pays où les tiraillements entre pro-occidentaux et prorusses se sont accentués avec le conflit en Ukraine.

Lire la suite

Guerre en Ukraine: sur le front, les Ukrainiens utilisent de l’artillerie fournie par l’Occident

Les forces ukrainiennes pilonnent désormais les positions russes avec des systèmes d’artillerie occidentaux tout nouvellement acheminés, a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’armée ukrainienne.

Lire la suite

Aider l’Ukraine autrement, la mission du Conseil de l’Europe

Rencontre avec Leyla Kayacik, représentante spéciale de la secrétaire générale sur les migrations et les réfugiés au Conseil de l’Europe. Un poste qu’elle venait d’accepter lorsque la guerre en Ukraine a débuté. Elle explique comment le Conseil de l’Europe vient en aide aux Ukrainiens.

Lire la suite

Faut-il avoir peur d’une guerre nucléaire ?

Le 3 janvier dernier, les cinq grandes puissances nucléaires, membres du Conseil de sécurité de l’Onu – la Chine, la Russie, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France -, déclaraient conjointement qu’ »une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée ». Elles rappelaient, quelques semaines avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, que le socle de l’arme nucléaire est la dissuasion. On en brandit éventuellement la menace, mais on ne l’utilise pas.

Lire la suite

Roland-Garros 2022 : La solitude des joueuses ukrainiennes, qui aimeraient « sentir plus de soutien » de la part du circuit

La décision des instances de faire de Wimbledon un tournoi sans dotations en points à cause de l’exclusion des joueurs russes met en lumière le sentiment d’abandon des joueuses ukrainiennes depuis le début de la gu

Lire la suite

«Il est devenu très difficile de financer ou d’assurer du négoce avec la Russie»

Très implanté en Suisse, le secteur du négoce des matières premières est fortement impacté par la guerre en Ukraine. De nombreuses entreprises tentent de mettre fin à leur dépendance à l’égard de la Russie, souligne Florence Schurch, secrétaire générale de l’Association suisse du négoce de matières premières et du transport maritime (STSA). Peu connu du grand public, le négoce des matières premières est une activité clé de l’économie suisse, en particulier pour l’arc lémanique, le canton de Zoug et la région de Lugano. Selon la STSA, ce pôle d’activités représente 35’000 emplois et 4% du produit intérieur brut. Malgré sa discrétion traditionnelle, ce secteur est régulièrement sous le feu des projecteurs car visé – directement ou indirectement – par des initiatives populaires au niveau fédéral. Actuellement, c’est à cause de la guerre en Ukraine que le négoce défraye la chronique. Trois quarts du commerce d’hydrocarbures et de céréales russes et ukrainiens seraient gérés depuis la…

Lire la suite

Guerre en Ukraine: la Russie doit se tourner encore plus vers l’Eurasie, selon Sergueï Lavrov

Le « comportement dictatorial » de l’Occident à l’égard de Moscou ne fait que renforcer les liens économiques entre la Russie et la Chine, a martelé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lundi soir.

Lire la suite

Guerre en Ukraine: le conflit dure depuis trois mois, la région de Lougansk presque entièrement envahie

La guerre en Ukraine entre mardi dans son quatrième mois, au moment où les troupes russes concentrent leur offensive sur la dernière poche de résistance de la région de Lougansk, dans le Donbass (est).

Lire la suite

Devant l’explosion de ventes de voitures électriques, la disponibilité des matières premières inquiète

Les ventes de voitures électriques ont explosé dans le monde en 2021 mais la disponibilité future de matières premières comme le lithium inquiète, a souligné lundi l’Agence internationale de l’&

Lire la suite

Les inégalités dans les écoles belges pointées par l’Europe: « L’écart dans les résultats scolaires est devenu parmi les plus importants de l’UE »

La Commission européenne a remis aux autorités belges plusieurs recommandations.

Lire la suite

Cannes : Une réfugiée ukrainienne retrouve sa voiture rayée de la lettre « Z »

Natalya, une réfugiée ukrainienne, a retrouvé le capot de sa voiture rayée d’un « Z », ainsi que les vitres de sa voiture. Signe de l’armée russe, cette lettre est devenue le pri

Lire la suite

Guerre en Ukraine : Le Soldat russe condamné à vie fait appel, Zelensky veut des sanctions « maximales » contre Moscou

« 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

Lire la suite

Les propagandistes russes menacent de frappes nucléaires

Ceux « qui tenteraient d’interférer […] doivent savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et conduira à des conséquences encore jamais connues ». Vladimir Poutine a lancé cet avertissement il y a tout juste trois mois, le 24 février, au déclenchement de son « opération militaire spéciale » en Ukraine. Si le mot « nucléaire » n’a pas été prononcé, il a effleuré de nombreux esprits. Le message s’est fait plus évocateur encore, trois jours plus tard, quand le président a ordonné au ministre de la Défense et au chef d’état-major « de mettre les forces de dissuasion de l’armée russe en régime spécial d’alerte au combat ».

Pour Vladimir Poutine, le simple fait d’envisager ouvertement des frappes nucléaires permet de rappeler à son opinion publique que la Russie est crainte et de l’asseoir en tant que superpuissance sur la scène internationale.

Trois mois se sont écoulés depuis le déclenchement de la guerre. Et « nous ne voyons pas à ce stade, en tant que service de renseignement, de preuve concrète montrant que la Russie prépare le déploiement ou même l’utilisation potentielle d’armes nucléaires tactiques », a cadré le directeur de la CIA, Bill Burns, le 7 mai dernier. « Nous continuons à penser que le président Poutine n’ordonnera l’usage de l’arme nucléaire que s’il perçoit une menace existentielle pour l’État ou le régime russe », a précisé la directrice du renseignement national américain, Avril Haines, le 10 mai.

La question reste néanmoins posée. Vladimir Poutine a affirmé, le 9 mai dernier, qu’il opérait, depuis le 24 février, une« riposte préventive »

Lire la suite