«Pour l’Allemagne, des droits populaires à la Suisse seraient un pas en arrière»

A l’aune des élections fédérales du 26 septembre en Allemagne, la démocratie directe ne fait plus partie des sujets de campagne pour les grands partis. Dans une interview accordée à swissinfo.ch, Ralf-Uwe Beck, porte-parole du mouvement «Plus de démocratie» et défenseur de l’initiative populaire nationale, explique pourquoi il en est ainsi – et pourquoi il reste malgré tout plein d’espoir. Ralf-Uwe Beck a été actif dans les groupes d’opposition de l’ancienne République démocratique allemande (RDA) et se bat depuis plus de trente ans pour une participation citoyenne plus directe dans l’Allemagne réunifiée. L’organisation non gouvernementale «Plus de démocratie» y est l’une des principales instigatrices de la question. L’association informe les citoyens aux niveaux municipal et fédéral sur leurs droits, accompagne les initiatives et conseille les politiciens. swissinfo.ch: Les grands partis allemands ne mentionnent plus la démocratie directe dans leurs programmes pour les élections…

Lire la suite

Un passeport suisse pour toutes et tous

Imaginez: Vous êtes face à une pile de passeports suisses et vous pouvez vous servir, gratuitement, sans avoir à passer un test de naturalisation fastidieux sur l’histoire de la Suisse ou la bonne manière de préparer la fondue. Est-ce une fable? Non, c’est la réalité. Mais… Autant révéler le secret tout de suite: le livret rouge dont on parle n’est pas le passeport des citoyennes et citoyens suisses, mais le Swiss Democracy Passport (passeport de la démocratie suisse), qui sera présenté lors de la première édition de la Journée internationale de la démocratie le 15 septembre (voir encadré ci-dessous). La couleur de sa couverture et son format correspondent à ceux du passeport suisse officiel, mais ce sont à peu près les seuls points communs. Le Swiss Democracy Passport Le passeport sera présenté au Forum politique, qui aura lieu le 15 septembre à la Käfigturm à Berne, dans le cadre de la Journée mondiale de la démocratie, lancée par les Nations unies en 2007. Deux événements…

Lire la suite

La Suisse est-elle trop ennuyeuse?

La tranquillité proverbiale de la Suisse fait la une des journaux en Argentine. Un pays d’Amérique du Sud où certains rêvent des conditions de vie suisses. Tout a commencé par une phrase lancée par la ministre argentine de la Sécurité nationale, Sabina Frederic. Elle devait se justifier après un braquage qui a fait deux morts – le voleur de 19 ans et un retraité de 69 ans – dans la banlieue de Buenos Aires. La criminalité galopante et les conditions précaires dans les prisons font à nouveau la une des journaux argentins. Ainsi, le 30 août, une journaliste de radio a demandé à la ministre s’il était nécessaire d’émigrer pour vivre sans crainte. Sabina Frederic a répondu: «Non. Ou bien en Suisse, peut-être. C’est certainement beaucoup plus calme en Suisse, ça c’est sûr.» La ministre a ensuite ajouté en riant: «Mais aussi plus ennuyeux.» Ces déclarations ont suscité de vives critiques en Argentine. Des appels à la démission ont été lancés. L’Argentine a eu un débat national, avec…

Lire la suite

«Emmanuel Macron n’est pas imprégné par une idéologie particulière»

Qui est vraiment Emmanuel Macron? Dans un livre paru récemment en allemand, le politologue et historien suisse Joseph de Weck tente de brosser le portrait de ce président contradictoire et souvent insaisissable. La renaissance de la France et le retour de l’Europe sur la scène internationale. C’est ce que promettait Emmanuel Macron lors de son élection en 2017. Le plus jeune président de la Ve République divise aujourd’hui le pays, mais ses chances de réélection n’en demeurent pas moins intactes, estime Joseph de Weck. Installé à Paris, le politologue et historien suisse est l’auteur de Emmanuel Macron, der revolutionäre Präsident (Emmanuel Macron, le président révolutionnaire) paru aux éditions berlinoises Weltkiosk. Un ouvrage de près de 200 pages, qui, au travers de sa figure tutélaire, a pour but de raconter l’état de la France à un public international. swissinfo.ch: Vous consacrez un livre à Emmanuel Marcon, le «président révolutionnaire». À quel point vous fascine-t-il?

Lire la suite

La question agite la Suisse: à 16 ans, les jeunes sont-ils assez mûrs pour voter?

Les jeunes Suisses voudraient avoir le droit d’élire et de voter à 16 ans au lieu de 18. Le débat est ouvert dans de nombreux cantons, mais aussi dans la Berne fédérale. Cela suffira-t-il pour que l’idée s’impose? Michael Pesaballe se souvient très bien du 6 mai 2007. Il pleuvait à verse sur la place de la landsgemeinde à Glaris, quand le jeune socialiste alors âgé de 20 ans est monté à la tribune pour demander l’abaissement de l’âge du droit de vote et d’élection actif à 16 ans. «Sincèrement, je ne pensais pas pouvoir rassembler une majorité», raconte-t-il. Mais l’assemblée s’est mise à débattre avec vivacité, «et tout à coup, j’ai senti le vent tourner». La tournure est historique. Selon Michael Pesaballe, après la prise de position «vibrante» de l’ancienne conseillère d’État Marianne Dürst, la landsgemeinde a accepté de justesse le compromis proposé. Le canton de Glaris conservait le droit de vote passif, soit le droit de se faire élire à une fonction politique, à 18 ans, mais…

Lire la suite

Premier référendum au Mexique: démocratique ou populiste?

Le président Andrés Manuel López Obrador a lancé le premier référendum national visant à réprimer la corruption politique. Cependant, la question soumise aux électeurs est vague et n’aboutirait pas à un mandat clair. Les votes populaires pourraient renforcer le pouvoir des citoyens, mais ils risquent également de créer des divisions sociales. Dans quelle direction va le Mexique? Le 1er août, quelque 93 millions de Mexicains sont appelés aux urnes – pour la seconde fois en deux mois seulement. Le 6 juin, les électeurs ont élu des représentants aux postes locaux, régionaux et fédéraux. >> Des élections sous la pression meurtrière des narcotrafiquants Ils doivent maintenant répondre à une question dont la complexité devient évidente au premier coup d’œil: «Êtes-vous d’accord ou non que les actions pertinentes soient menées conformément au cadre constitutionnel et juridique, pour entreprendre un processus de clarification des décisions politiques prises au cours des dernières années…

Lire la suite

Les demandeurs d’asile ont aussi besoin de la liberté d’expression

Après un long périple entre le Malawi, l’Afrique australe et l’Irlande, Ellie Kisyombe a réussi à faire entendre sa voix en devenant l’une des premières personnes avec un parcours d’asile à se présenter à une élection. Elle est la dernière participante à notre série consacrée à la liberté d’expression dans le monde. «J’ai dû quitter mon pays d’origine, car la liberté d’expression n’y existait pas à l’époque», se souvient cette mère célibataire de jumelles de 21 ans. «Je suis née dans une famille politique et à un moment donné, j’ai reçu un signe clair qu’il était temps de quitter le Malawi», dit-elle. En 2010, Ellie Kisyombe est arrivée en Irlande après un voyage long et difficile. Bien qu’elle ait dû attendre dix ans de plus pour devenir une résidente légale, elle n’a pas attendu pour faire entendre sa voix. Elle a en effet utilisé sa voix pour défendre d’autres demandeurs d’asile et a créé en 2016 l’entreprise sociale à but non lucratif Our Table, dont l’objectif est de «créer…

Lire la suite

Tunisie : Que sait-on de la crise politique qui agite le pays ?

Après les limogeages de ministres en série et la suspension du Parlement, la situation politique de la Tunisie, en pleine crise sanitaire, paraît très instable

Lire la suite

Des signes positifs: la Fédération suisse des sourds fête 75 ans d’adversité

En Suisse, les personnes sourdes subissaient autrefois des pressions pour qu’elles ne se marient pas et n’aient pas d’enfants. Dans les années 1970, celles qui utilisaient la langue des signes étaient encore battues à l’école. Des pratiques choquantes qui mettent toutefois en lumière les progrès réalisés en 75 ans. «Nous avons été totalement oubliés. Dans la phase la plus dramatique de la pandémie, les personnes sourdes n’avaient absolument aucun accès aux informations susceptibles de sauver des vies. C’était une source de grande inquiétude partout», explique Tatjana Binggeli, présidente de la Fédération suisse des sourds. Mais avant d’aborder les questions d’actualité, revenons au 17 février 1946, lorsque huit associations de sourds de Suisse alémanique, lassés d’être traités comme des citoyens de seconde zone, unissent leurs forces pour donner aux sourds une voix plus forte. Huit autres organisations les rejoignent la même année, dont une de Suisse romande et une du Tessin…

Lire la suite

La liberté de la presse, un pilier de la démocratie moderne

L’éminent journaliste russe Dmitry Skorobutov a longtemps couvert les affaires nationales et internationales pour la grande chaîne de télévision «Russia 1». Aujourd’hui exilé politique en Suisse, il s’est entretenu avec SWI swissinfo.ch dans le cadre de la série «les voix de la démocratie». Le destin de Dmitry Skorobutov est révélateur de l’évolution de la liberté d’expression en Russie. Après être devenue une société plus ouverte et plus libre il y a 30 ans, à la suite de la dissolution de l’Union soviétique, la situation de la Russie en matière de démocratie représentative et de garantie des droits humains fondamentaux n’a cessé de se dégrader. Pendant des années, Dmitry Skorobutov a été un rouage de l’appareil de propagande de l’État russe. Toutefois, après que ses doutes se soient transformés en un profond conflit interne, il a finalement dû quitter le pays. Aujourd’hui, il est un exilé politique en Suisse. Dans notre série sur les «voix de la liberté dans le monde», Dmitry…

Lire la suite