Wang Zhian, une voix chinoise pour la démocratie

Massacre de la place Tiananmen, guerre en Ukraine, lutte pour le pouvoir au sein du parti communiste: malgré la censure et la répression, certains journalistes chinois continuent de traiter de sujets tabous du point de vue du pouvoir en place à Pékin. La République populaire de Chine est le plus grand marché médiatique du monde. Plus d’un milliard de personnes ont accès à l’Internet. Cela correspond à plus de 70% de la population totale du pays. Plus de la moitié de ces personnes utilisent le réseau social chinois Weibo. Sur cette plateforme, le journaliste d’investigation Wang Zhian, aujourd’hui âgé de 54 ans, avait plus de 6 millions de «followers». Mais le 3 juin 2019, à l’occasion du 30e anniversaire de la répression brutale du mouvement démocratique chinois de la place Tiananmen, le compte Weibo de Wang Zhian, ainsi que les autres canaux qu’il avait utilisés à l’époque, ont été supprimés par les autorités. «(Le président) Xi ne pense pas que les médias doivent être des…

Lire la suite

La Suisse s’oppose à l’accès équitable aux bienfaits de la science

La pandémie de Covid-19 a rouvert le débat sur la science en tant que droit de l’homme. Des milliards de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès aux vaccins et autres traitements vitaux, ce qui pose un problème de santé publique. Les pays riches, dont la Suisse, font pression pour conserver leur accès privilégié aux découvertes scientifiques. C’est en 1948 que l’égalité de participation au «progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent» a été inscrite au nombre des droits sociaux et culturels dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (article 27), pour éviter de répéter les erreurs commises pendant la Seconde Guerre mondiale. Au cours de ce sombre chapitre de l’histoire, la science a été instrumentalisée à des fins politiques, économiques et guerrières, causant mort et destruction. Cet événement a marqué la naissance de ce «droit à la science», qui devrait être garanti par tous les États, au même titre que le droit à la liberté d’expression ou à un…

Lire la suite

Suisse : La chambre basse du Parlement élargit nettement la définition du viol

C’est une décision qualifiée d’« immense succès » par Amnesty International. La chambre basse du Parlement suisse a grandement élargi lundi la définition très restrictive du viol en vigueur dans le pays.Selon la loi actuelle, seule une pénétration va

Lire la suite

Comment l’UDC s’est bâtie sur le socle du non à l’EEE

Il y a 30 ans, le refus de l’adhésion à l’Espace économique européen (EEE) marquait le début de l’ascension de l’Union démocratique du centre au rang de plus grand parti politique de Suisse. Le souvenir de ce premier succès reste central dans l’identité du parti de droite nationaliste. En 1992, tout était encore en ordre, affirme l’homme qui parle sur scène. «La Suisse comptait six millions d’habitants. La pénurie d’électricité était un problème inconnu. Manger végétarien n’avait rien de fondamentaliste, c’était simplement se nourrir de plats sans viande comme la raclette, les Älplermagronen ou une croûte au fromage.» Applaudissements. Le discours du président cantonal bâlois de l’UDC Dominik Straumann fait mouche. Dans la salle polyvalente de Pratteln (BL), l’assistance mange du fromage d’Italie et de la salade de pommes de terre. «Moins de bouchons», «Moins d’impôts», «Plus de CH!», peut-on lire en lettres capitales sur les affiches. Quelque 200 participants sont réunis pour…

Lire la suite

La liberté d’expression bafouée comme motif d’émigration

Au Venezuela, autrefois l’un des pays les plus progressistes d’Amérique latine, il n’y a aujourd’hui plus de place pour les opinions qui divergent de celles du gouvernement. C’est pourquoi le journaliste populaire Carlos Omobono exerce désormais son métier depuis l’Italie. Dans les années 1970 encore, le Venezuela était considéré comme un refuge – et un havre de liberté d’expression – par de nombreuses personnes persécutées en Amérique latine. Mais aujourd’hui, comme le rapporte le célèbre journaliste vénézuélien Carlos Omobono dans un entretien avec SWI swissinfo.ch, les voix indépendantes sont persécutées et chassées du pays par le régime du président Nicolás Maduro. Selon les dernières données de l’ONU, élaborées par la plateforme de coordination pour les réfugiés et les migrants au Venezuela «R4V» (qui regroupe plus de 200 organisations et associations), 7,1 millions de Vénézuéliennes et Vénézuéliens se trouvent actuellement à l’étranger. Un chiffre qui place le pays…

Lire la suite

«Pour l’Europe, les années d’insouciance sont terminées»

L’Union européenne est confrontée à une épreuve de déchirure similaire à celle que la Suisse a connue au milieu du 19e siècle, écrit un auteur germano-suisse. Pour éviter la désintégration, l’UE doit oser davantage de Suisse. swissinfo.ch: Jusqu’à quel point les belles années de l’Europe sont-elles révolues? Steffen Klatt: Après la chute du mur de Berlin, l’Europe a connu un élan incomparable vers la démocratie, la liberté et la prospérité. Parallèlement, pendant deux décennies et demie, personne n’a défié le continent de l’extérieur. L’Europe n’avait que des problèmes qu’elle s’était créée elle-même. Steffen Klatt Steffen Klatt est né en 1966 dans ce qui était alors l’Allemagne de l’Est. Il a étudié l’histoire, la philosophie et la littérature à Berlin, Bâle et Odense (Danemark), ainsi que l’économie politique à Leipzig. Dans les années 1990, il s’installe en Suisse et devient journaliste. Il a notamment travaillé pour le St. Galler Tagblatt comme correspondant auprès de l’UE…

Lire la suite

Le combat pour les droits civiques des personnes handicapées prend de l’ampleur

La mise en œuvre rigoureuse de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées fait l’objet d’une nouvelle dynamique en Suisse. Rendez-vous à la fondation lausannoise Eben-Hézer, où est né le projet Bla-Bla Vote. La nuit descend sur Lausanne mais François Desgalier n’en a cure. Il est intarissable au sujet d’un thème qui le passionne. «Environ 1,8 million de personnes en Suisse ont un handicap, qui va de difficultés d’apprentissage à des limitations lourdes de conséquences», explique-t-il. Pendant longtemps, en tant que personne handicapée, il a été considéré en Suisse comme un «citoyen entre guillemets». Il reprend: «Maintenant, je suis simplement un citoyen, sans guillemets.» Pour être citoyen ou citoyenne, il faut avoir des droits. «J’ai toujours eu des droits politiques. Mais je connais beaucoup de gens pour qui c’est différent», poursuit François Desgalier. Si les guillemets ont disparu pour lui, c’est parce que la Convention de l’ONU relative aux…

Lire la suite

Les risques d’écrire sur la mafia romaine

Pour les journalistes qui s’intéressent au côté obscur de l’Italie d’aujourd’hui, le pays reste un endroit dangereux, déclare Federica Angeli – la dernière intervenante de notre série «les voix de la liberté dans le monde». La journaliste italienne vit sous protection policière depuis neuf ans, en raison de ses reportages sur la mafia dans la commune côtière d’Ostie, à Rome. «La liberté d’expression, pour moi, c’est la liberté de pouvoir dire des choses que personne ne veut dire», explique-t-elle. A 46 ans, elle publie des enquêtes sur les réseaux du crime organisé pour le quotidien La Repubblica depuis plus de vingt ans. Après un de ses articles sur Ostie, Federica Angeli a commencé à recevoir de sérieuses menaces. «Avec cette enquête, j’ai également eu d’énormes difficultés d’ordre social car il y a une résistance culturelle ici à Rome à croire à l’existence d’une mafia qui parle le dialecte romain: pour beaucoup, la mafia en Italie est censée n’exister que dans le Sud»…

Lire la suite

Bill Browder dénonce les failles de la Suisse en matière de corruption russe

L’investisseur Bill Browder se bat contre la corruption et le blanchiment d’argent. Il réclame que les États-Unis et les organisations internationales fassent davantage pression sur la Suisse et explique pourquoi. Dans notre série d’interviews, plusieurs leaders de l’opposition russe reprochent à la Suisse son laxisme en ce qui concerne les actifs russes. Ils affirment que la politique de sanctions de la Suisse est trop timide, compte tenu de son importance pour les capitaux et les matières premières russes. Bill Browder est le militant le plus virulent contre la corruption en Russie. Directeur général de Hermitage Capital Management, une société de gestion de fonds basée à Londres, il s’est fait connaître pour son engagement contre le blanchiment d’argent, en particulier avec l’affaire Magnitsky. SWI swissinfo.ch: quelle est votre impression sur l’actuel procureur général de la Confédération suisse, Stefan Blättler? Bill Browder: Le nouveau procureur général a l’occasion de…

Lire la suite

Le rôle du hasard dans la démocratie suisse

Lorsque le hasard décide, tout le monde peut s’exprimer, y compris les personnes étrangères et les jeunes. Le hasard n’a, en revanche, pas d’influence sur le temps de parole imparti. Carnet de bord d’un panel de citoyennes et citoyens à Thalwil, dans le canton de Zurich. Le groupe s’est rassemblé dans la grande salle d’une maison de retraite. «Je ne sais pas, dit-il, je ne suis pas un expert, c’est mon interprétation». L’orateur est âgé, et l’auditoire plus diversifié que n’importe quel parlement. Le tirage au sort a sélectionné 22 personnes, en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur formation et de leurs opinions politiques. Sept d’entre elles n’ont pas de passeport suisse, une est mineure. Elles ont toutes en commun leur lieu de résidence: Thalwil. Cette commune située au bord du lac de Zurich compte 18’000 âmes. C’est plus un gros village qu’une ville. Il n’y a pas de parlement local, c’est le gouvernement communal composé de huit hommes et d’une femme qui décide du sort…

Lire la suite

Les référendums russes en Ukraine sont un «affront à la démocratie»

Le Kremlin a annoncé vouloir organiser des référendums dans les zones de l’Ukraine qu’il contrôle en vue de leur rattachement à la Fédération de Russie. Pour Andreas Gross, spécialiste suisse de la démocratie directe, ces consultations populaires n’ont rien à voir avec une quelconque autodétermination. swissinfo.ch: Le président Poutine a annoncé la tenue de référendums sur le rattachement à la Russie dans les régions de Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporijia. En Suisse, on les qualifie de référendums fictifs. À juste titre? Andreas Gross: Absolument, c’est même un véritable affront à la démocratie. Il ne s’agit pas non plus de référendums, mais de plébiscites, de votes populaires organisés d’en haut. Cela n’a rien à voir avec la démocratie et l’autodétermination. Les référendums qui ont été annoncés sont-ils dès lors de la pure propagande pour légitimer les actions militaires sur la scène politique intérieure? Non, c’est bien plus que de la propagande, c’est plutôt un acte…

Lire la suite

«Une votation sur le F-35 aurait été passionnante»

Contrat de vente signé, initiative populaire retirée: Giada Gianola analyse dans une interview la dernière étape de la lutte autour de l’achat d’avions de combat suisses. Bien qu’elle aurait trouvé une votation passionnante, le fait que le gouvernement ait signé le contrat d’achat des jets avant une nouvelle votation populaire ne pose, selon elle, pas de problème démocratique. Depuis plus de dix ans, la Suisse se penche sur l’achat de nouveaux avions de combat. Deux votations populaires ont déjà eu lieu à ce sujet. La ministre de la Défense Viola Amherd a maintenant signé le contrat d’achat pour 36 avions de type F-35. Pourtant, suffisamment de signatures avaient été récoltées et déposées pour valider une initiative populaire contre l’achat de cet avion américain. Le Parlement a toutefois décidé de ne pas attendre la votation populaire et a donné son feu vert à la signature du contrat. L’«Alliance contre le F-35» en a tiré les conséquences et retiré son initiative. L’alliance à…

Lire la suite

Zaira Esposito, artisane de la démocratie

A l’occasion de la Journée internationale de la démocratie, nous présentons deux personnalités qui promeuvent la participation politique en Suisse. Parmi elles, Zaira Esposito. Avec la Session des migrant-e-s, elle veut permettre à ces personnes de participer activement à la vie politique suisse. Asphalte, bruit de tram, éclats de voix: nous voici dans le quartier de Zaira Esposito, à Bâle. C’est ici qu’elle vit depuis quinze ans et s’engage pour la participation et l’inclusion politiques. La jeune femme de 34 ans est coprésidente de l’association Mitstimme et, en tant que telle, elle est davantage une facilitatrice en matière de politique qu’une politicienne. Mitstimme est à l’origine de la Session bâloise des migrant-e-s, qui pourra à nouveau avoir lieu cet automne. Autrefois, elle était elle-même politicienne. Elle a touché à la démocratie pour la première fois au parlement local du village de montagne tessinois de Sessa. Elue à 18 ans, elle a même été présidente de l’organe…

Lire la suite

Le non à la réforme des retraites gagne du terrain

Les Suisses approuveraient à 59% la réforme de l’Assurance vieillesse et survivants (AVS), selon le deuxième sondage de la SSR en vue des votations fédérales du 25 septembre. Mais le non progresse et l’issue du vote reste incertaine. L’initiative contre l’élevage intensif et la réforme de l’impôt anticipé se dirigent vers un refus. Le suspense autour de la réforme de l’AVS va durer jusqu’au bout. Les soutiens au projet AVS 21 se sont érodés au cours de la campagne, révèle le deuxième sondage de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR, dont fait partie swissinfo.ch). À dix jours des votations fédérales du 25 septembre, 59% de l’électorat soutient la réforme, dont la mesure phare est le relèvement de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans. 38% s’y opposent et 3% sont encore indécis. Le camp du oui a perdu cinq points de pourcentage au profit de celui du non par rapport au premier sondage de la SSR, réalisé par l’institut gfs.bern. Les Suisses de l’étranger se…

Lire la suite

Les droits politiques ne sont pas un outil d’inclusion

Demi Hablützel est présidente des Jeunes UDC du canton de Bâle-Ville. Comme la majorité de ses concitoyens et concitoyennes, cette juriste de profession estime que les droits politiques devraient rester réservés aux citoyens et aux citoyennes helvétiques. La nationalité suisse s’obtient soit par filiation, c’est-à-dire que nous la recevons de nos parents (ius sanguinis ou principe de filiation), soit, plus tard, par naturalisation. Les droits politiques sont ensuite liés à la nationalité. Le droit de vote et d’éligibilité permet de faire (davantage) partie politiquement de la société d’un pays (démocratique) avec la nationalité appropriée. Que ce soit de manière active ou passive. Plusieurs événements récents nous amènent à réfléchir sur les raisons qui ont amené les crises que nous avons connues ces dernières années sur le plan national, européen et mondial. En ce qui concerne la Suisse: comment notre démocratie doit-elle être organisée à l’avenir, et jusqu’où la participation…

Lire la suite

Le chemin escarpé vers la citoyenneté des saisonniers

Venus travailler en Suisse après 1945, les saisonniers ont d’abord été perçus comme de la simple main-d’œuvre par une partie du monde politique. Voire une source de problèmes. Mais vers la fin des années 1970, le mouvement Être solidaires a prôné leur intégration au lieu de leur exclusion. Et posait ainsi les bases d’une nouvelle politique en dépit d’un échec dans les urnes. «Stands divers, musique et des effluves délicieux qui s’échappaient des cuisines. Aussi savoureuses les unes que les autres, des spécialités italiennes et espagnoles avaient été très appréciées. Des compositeurs et interprètes de chansons s’étaient également produits sur scène. On avait bien guinché». Ce qui peut apparaître comme la description type d’un festival dédié aux chants et cuisines du monde incarna, en juin 1978, l’espoir d’un renouveau en matière de politique des étrangers en Suisse. Cet été-là, la ville de Bâle avait accueilli le festival Nostra Festa, un raout mis sur pied par des organisations…

Lire la suite

Face aux guerres et aux crises, la démocratie se défend pacifiquement par l’inclusion

Prolifération des autocrates, pandémie, fake news, guerre en Ukraine: face aux menaces, les démocraties doivent gagner en résilience, affirment d’une même voix politiciennes et politiciens. Activistes et spécialistes ajoutent que pour se renforcer, elles doivent miser sur l’équité. Ce qui signifie une participation pleine et entière de toutes les minorités aux processus politiques. swissinfo.ch consacre une série à cette fameuse inclusion. «La guerre de la Russie en Ukraine est dirigée contre toutes les démocraties en Europe» et la «résilience est fondamentale pour la démocratie». Ce sont là deux mantras répétés à l’envi durant la conférence sur la reconstruction de l’Ukraine organisée récemment à Lugano, dans le sud de la Suisse. On a pu les entendre dans les bouches de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et de Ruslan Stefanchuk et Irène Kälin, respectivement président et présidente des parlements ukrainien et suisse. Dans ce contexte, il est une…

Lire la suite

Neuchâtel ou comment Raymonde Schweizer a rompu l’hégémonie masculine en Suisse

Ironie de l’histoire, la première femme à avoir été élue dans un parlement cantonal en Suisse s’appelait Raymonde Schweizer. Originaire de La Chaux-de-Fonds, dans le Jura neuchâtelois, cette socialiste, syndicaliste et féministe avait été élue en 1960 sans coup férir. A une époque où les Suissesses ne pouvaient pas encore voter au plan fédéral. Par deux fois, le canton de Neuchâtel a été le théâtre de la percée des femmes dans une démocratie helvétique supposément exemplaire. Mais la première à avoir véritablement crevé le plafond de verre de l’exclusion, en Suisse et en Europe aussi, fut sans doute Emilie Kempin-Spyri. Originaire d’Altstetten, une commune du canton de Zurich, elle fut en effet la première à obtenir sur le Vieux Continent un doctorat en droit. En 1887, cette pionnière des droits des femmes avait déposé plainte au Tribunal fédéral, exigeant que le mot «suisse» soit reconnu comme adjectif de genre masculin. «Tous les Suisses» – femmes et hommes – sont égaux devant…

Lire la suite