Partir ou rester? Le dilemme cornélien des entreprises suisses en Russie

Après le déclenchement de la guerre en Ukraine, plusieurs entreprises suisses ont suspendu leurs activités sur le marché russe en raison du risque important pour leur réputation. Mais le choix de quitter le pays n’est pas toujours évident. Notre enquête. Juin 2019, les ministres des Affaires étrangères Ignazio Cassis et Sergueï Lavrov portent un toast en l’honneur de la nouvelle ambassade de Suisse à Moscou. La fête a coûté environ 700’000 francs, dont une grande partie payée par des sponsors privés. Parmi eux, des entreprises contrôlées par des oligarques suisses basés en Russie: Eurochem, le géant des engrais basé à Zoug et dirigé par Andrey Melnichenko, Volga Group de Guennadi Timtchenko, ainsi que Sulzer et OC Oerlikon, deux entreprises industrielles helvétiques de tradition dont Viktor Vekselberg est actionnaire. Parmi les soutiens figurent également Nord Stream 2, une société basée à Baar, dans le canton de Zoug, qui exploite le gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne et…

Lire la suite

Le monde est-il déterminé à rendre l’OMS plus forte?

L’Assemblée mondiale de la santé (AMS), l’organe décisionnel suprême de la principale autorité de santé globale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), se réunit cette semaine à Genève. Objectif: mieux préparer le monde à la prochaine pandémie. «S’il y avait une nouvelle menace de pandémie cette année, l’année prochaine ou dans deux ans, nous serions quasiment dans la même position qu’en décembre 2019.» Voici le constat posé par Helen Clark, ancienne coprésidente du Panel indépendant pour la préparation et la réponse aux pandémies (Panel indépendant), lors d’une conférence de presse la semaine dernière. Le Panel indépendant a été mis sur pied en 2020 pour tirer les leçons de la pandémie et suggérer des réformes de l’OMS qui lui permettraient de mieux faire face aux futures menaces sanitaires. Ses anciennes coprésidentes ont publié en mai un rapport pour évaluer le suivi de leurs recommandations. «En termes de réformes, il y a eu quelques petits pas, mais pour nous, ils…

Lire la suite

La Suisse en fait-elle assez pour geler les avoirs russes?

Les pressions sur la Suisse se renforcent pour l’inviter à mettre plus de zèle dans la traque et le gel des avoirs russes sous sanctions. Mais peut-elle vraiment en faire davantage? 6,3 milliards de francs, est-ce suffisant? La Suisse, premier centre de gestion de fortune offshore de la planète, qui est également leader du négoce de matières premières, a gelé jusqu’ici 6,3 milliards de francs et identifié 11 propriétés appartenant à des oligarques russes. Mais des voix critiques, dans le pays comme à l’étranger, en attendent davantage. L’Association suisse des banquiers (ASB) estime jusqu’à 200 milliards de francs les avoirs de clients russes détenus dans les banques suisses, en majorité épargnés par les sanctions. Ce qui explique que ces seuls 6,3 milliards soient gelés. En politique nationale, les partis de gauche jugent que la Suisse devrait en faire davantage pour geler les avoirs. Les socialistes (PSS), par exemple, ont réclamé sans succès la création d’une taskforce…

Lire la suite

«Il est devenu très difficile de financer ou d’assurer du négoce avec la Russie»

Très implanté en Suisse, le secteur du négoce des matières premières est fortement impacté par la guerre en Ukraine. De nombreuses entreprises tentent de mettre fin à leur dépendance à l’égard de la Russie, souligne Florence Schurch, secrétaire générale de l’Association suisse du négoce de matières premières et du transport maritime (STSA). Peu connu du grand public, le négoce des matières premières est une activité clé de l’économie suisse, en particulier pour l’arc lémanique, le canton de Zoug et la région de Lugano. Selon la STSA, ce pôle d’activités représente 35’000 emplois et 4% du produit intérieur brut. Malgré sa discrétion traditionnelle, ce secteur est régulièrement sous le feu des projecteurs car visé – directement ou indirectement – par des initiatives populaires au niveau fédéral. Actuellement, c’est à cause de la guerre en Ukraine que le négoce défraye la chronique. Trois quarts du commerce d’hydrocarbures et de céréales russes et ukrainiens seraient gérés depuis la…

Lire la suite

Dans les coulisses de SWI swissinfo.ch

En tant que service international de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR), nous apportons des nouvelles et des informations de la Suisse à un lectorat et un public internationaux. Travaillant en dix langues, nos journalistes utilisent des techniques de narration multimédia pour replacer les questions et les débats d’actualité dans leur contexte. Jetez un coup d’œil à notre vidéo pour en savoir plus. Nous fournissons des reportages indépendants sur la politique, l’économie, la science, la culture et la société suisses. En outre, nous rendons compte de questions pertinentes pour les Suisses vivant à l’étranger, afin de nous engager à leurs côtés et de les aider à exercer leurs droits politiques en Suisse. En tant que média purement en ligne, nous combinons textes, images, vidéos, animations et graphiques pour raconter nos histoires et vous les apporter, où que vous soyez – sur Instagram, Facebook, YouTube et d’autres plateformes. Et nous aimons rester en contact…

Lire la suite

Comment une demi-tonne de cocaïne s’est retrouvée chez Nespresso

Dissimulés dans une vingtaine de sacs de café, 500 kilos de cocaïne ont été découverts à Romont début mai. Les enquêteurs privilégient la piste d’une erreur de livraison. De nombreux indices pointent vers le port d’Anvers en Belgique. Le port d’Anvers est un lieu de tous les superlatifs. Plus de 60’000 employés, 900 entreprises et des dizaines de kilomètres de quai. Chaque jour, des navires géants déversent des milliers de containers venus du monde entier. Anvers est l’un des plus grands ports d’Europe, mais aussi le plus important point d’entrée de la drogue. En 2021, 89 tonnes de drogue ont été saisies par les douanes belges, un record. Sans surprise, la drogue retrouvée chez Nespresso est passée par Anvers. Pour rappel, le lundi 2 mai, des sacs remplis de cocaïne terminent dans l’usine Nespresso à Romont, dans le canton de Fribourg. Selon une source interne, la ligne de production automatique est stoppée. Des employés ont découvert de la poudre blanche à la place du café. Le…

Lire la suite

L’humanité à l’aube du déclin démographique

Selon une étude de l’Université de Washington, la grande majorité des pays feront face à une diminution de leur population d’ici 2050. En Corée du Sud, au Japon ou en Italie, le déclin démographique a déjà commencé. Avec en moyenne 1,1 enfant par femme, la Corée du Sud détient le record du taux de fécondité le plus bas du monde. Dans de nombreux établissements scolaires du pays, les classes ferment les unes après les autres, faute d’écoliers. La population sud-coréenne a même commencé à décliner en 2021. La Corée du Sud n’est pas le seul pays dans ce cas. Le Japon et la Russie, par exemple, se battent depuis des années contre une démographie déclinante. En Europe, l’Italie est un cas d’école avec 1,3 enfant par femme en moyenne, l’un des taux les plus bas du continent. «C’est une nouvelle réalité qui ne concerne pas l’ensemble du monde», analyse Philippe Wanner, professeur de démographie à l’Université de Genève. «Elle concerne certains pays et certaines régions qui sont…

Lire la suite

La Suisse, laboratoire des robots de demain

Moins connue que les montres, le chocolat, lindustrie pharmaceutique ou les technologies spatiales, la Suisse a une autre grande spécialité: la robotique. Elle s’y distingue principalement dans la recherche, même si nombre de ses machines sont déjà sorties des laboratoires. Dans un pays qui excelle en mécanique de précision et en électronique, les robots semblent une évolution naturelle. En 2010, le Fonds national suisse (FNS) lance le Centre de compétence national (NCCR) Robotique, le premier de son genre en sciences de l’ingénieur. Après 12 ans et quelque CHF85 millions investis, les financements vont s’éteindre en novembre 2022. Pour quel résultat? Aujourd’hui, les robots les plus populaires ne sont pas fabriqués en Suisse, mais au Japon, en Corée, en Chine, en Allemagne ou aux Etats-Unis. Le pays n’en est pas moins un leader mondial dans la recherche, et les produits de ses start-ups trouvent leur chemin vers le marché. A la tête du Laboratoire d’algorithmes et systèmes…

Lire la suite

À la redécouverte des sculptures écorchées d’Heidi Bucher

De fil en aiguille, la couture l’avait conduite aux beaux-arts puis à la création de sculptures malléables. Heidi Bucher s’était ensuite frottée à l’architecture via le dépeçage de lieux chargés d’histoire. Une vaste rétrospective retrace cette œuvre méconnue du public. Venice Beach, Los Angeles, 1972. Quatre grandes sculptures en mousse synthétique glissaient sur le sable, dansaient puis tournoyaient, scintillant dans un halo de mystère. Émergeaient-elles de la mer ou d’une autre galaxie? De ces œuvres surgissaient des pieds, là une main, ici une tête qui dodelinait quand ces sculptures mouvantes s’inclinaient. L’application de ces nouvelles peaux leur donnait maintenant l’apparence d’un vêtement, d’une maison, d’un récipient. En arrière-fond, l’océan Pacifique se dissipait dans la brume tandis qu’Heidi Bucher filmait ces scènes animées avec le clapotis des vagues pour bande-son. Avec son mari Carl et ses fils Mayo et Indigo, elle avait exploré sur cette plage les possibilités…

Lire la suite

La créativité est de mise pour la recherche sur les microplastiques en Antarctique

En théorie, l’échantillonnage de l’eau de mer pour détecter la contamination par les microplastiques est relativement simple: on filtre une grande quantité d’eau et on analyse les particules retenues par le filtre. Mais dans un environnement aussi sauvage que l’océan Austral, cela s’est avéré plus compliqué que prévu. L’an dernier, des chercheurs de nos laboratoires de Bâle ont montré que les microplastiques étaient présents dans les eaux de l’Antarctique, mais que les concentrations étaient faibles: en moyenne, un fragment de microplastique a été trouvé dans 25’000 litres d’eau. Cependant, plus de la moitié des fragments échantillonnés semblaient être des éclats de peinture provenant du navire de recherche Polarstern sur lequel l’équipe voyageait. Pour collecter les échantillons, les chercheurs avaient utilisé des filets manta, qui ressemblent à une raie manta vue d’en haut et sont remorqués à la surface de l’eau, ainsi que des filtres installés sur la pompe à eau de mer du navire.

Lire la suite

La Suisse ne peut pas atteindre l’indépendance énergétique sans le nucléaire

La stratégie énergétique de la Suisse ne peut pas se passer de l’énergie nucléaire. Sinon, le pays pourrait se retrouver dans la fâcheuse position de l’Allemagne, obligée de s’en remettre à la Russie pour éviter le risque de pannes d’électricité, estime Natalia Amosova, consultante dans l’industrie nucléaire. Le jour où il a été décidé que l’énergie nucléaire ne jouerait plus de rôle dans l’avenir de l’approvisionnement énergétique de la Suisse, de nombreuses personnes ont poussé un soupir de soulagement: notre pays allait enfin bénéficier lui aussi de la transition vers les énergies alternatives. «Il n’est pas nécessaire d’être scientifique pour comprendre qu’il pourrait devenir plus difficile de produire suffisamment d’électricité, notamment en hiver» En 2017, cependant, le peuple suisse n’était peut-être pas conscient de certains aspects. D’une part, le mix électrique suisse générait, à l’époque déjà, relativement peu d’émissions de CO2; d’autre part, la stratégie énergétique…

Lire la suite

L’avenir de la Suisse doit s’écrire sans le nucléaire

Cinq ans après le «oui» du peuple suisse à une stratégie énergétique ambitieuse avec un mix électrique composé de solaire, d’hydroélectrique et d’éolien, mais sans énergie nucléaire, une chose est claire: la stratégie est sur la bonne voie, mais le changement se fait trop lentement, affirme Fabian Lüscher, de la Fondation Suisse de l’Energie (SES). L’engagement clair en faveur d’une stratégie énergétique durable a été mal accueilli par certains représentants du lobby du pétrole, du gaz et du nucléaire. Cinq ans après la votation historique, ils demandent que la décision populaire exemplaire de 2017 soit annulée et que l’énergie nucléaire soit remise au goût du jour. Une idée qui n’est pas dans l’air du temps en 2022. Aujourd’hui, il est clair que nous avons besoin d’un approvisionnement en électricité à faible taux d’émission, à faible risque, décentralisé, fiable et durable et, surtout, qui puisse être développé rapidement. La transition énergétique est en fait aussi une course…

Lire la suite

Le WEF est-il en mesure d’enrayer la démondialisation?

Les forces qui s’opposent à la vision de l’ordre économique mondial défendue par le World Economic Forum (WEF) gagnent du terrain un peu partout sur la planète. En conséquence, assiste-t-on aux derniers élans du WEF tel que nous le connaissons? Réunis dès dimanche dans la station de Davos, les leaders économiques et politiques se trouvent confrontés à un paysage singulièrement différent de celui de janvier 2020, lors de leur dernière rencontre en présentiel. Dérogeant à la tradition, la réunion annuelle du WEF se tient cette fois-ci au printemps plutôt qu’en hiver. Si les Alpes suisses bénéficient de températures plus clémentes, l’invasion russe en Ukraine a glacé l’atmosphère de cette édition 2022. «Cette réunion annuelle se déroule dans le contexte de la situation géopolitique et géoéconomique la plus complexe que nous ayons connu depuis des décennies», a observé Borge Brende, président du WEF, à quelques jours du coup d’envoi de la manifestation davosinne. «Nous devrons nous…

Lire la suite

Tim Bucher, un tracteur plein d’idées

De ses parents, qui ont quitté la Suisse pour l’Amérique du Nord, Tim Bucher a appris la prise de risque et la persévérance. Il est devenu agriculteur et entrepreneur informatique, les deux à grande échelle. Portrait. Dry Creek est une vallée située au cœur du comté de Sonoma, en Californie. Des contours doux de collines avec de longues rangées de vignes, d’oliviers et de cours d’eau forment ici un paysage qui rappelle l’Italie. Cela explique aussi les nombreux noms italiens des fermes de la région. C’est ici que se trouve Trattore Farms. Les tracteurs sont la passion de Tim Bucher. «Le dimanche, je passe jusqu’à dix heures dans les champs, explique ce Suisse de l’étranger. Pendant ce temps, je réfléchis en toute tranquillité à mes idées. Je suis seul avec moi-même et je réfléchis.» Tim Bucher est un entrepreneur high-tech avec une passion pour la viticulture – et dans tout ce qu’il entreprend, il est extrêmement performant. Des Suisses à San Francisco swissinfo.ch dresse le…

Lire la suite

Fribourg célèbre les 200 ans de l’émigration suisse au Brésil

Avec un retard dû à la pandémie, les autorités des deux pays ont dévoilé le lundi 16 mai à Fribourg une plaque de bronze en souvenir des émigrants qui ont fondé en 1820 une colonie dans les montagnes de Rio de Janeiro et lui ont donné le nom de leur lointaine patrie. «En souvenir des Fribourgeois.es qui cherchèrent une vie meilleure au Brésil», écrit la plaque dévoilée le 16 mai 2022 sur la place Nova Friburgo par le syndic de Fribourg Thierry Steiert, Mme l’Ambassadeur du Brésil en Suisse Cláudia Fonseca Buzzi et Raphaël Fessler, président de l’Association Fribourg-Nova Friburgo, à l’origine du postulat du Conseil général pour construire un monument commémorant le bicentenaire de la fondation de Nova Friburgo. Les autorités communales ont placé un code QR à côté de la plaque, qui permet aux touristes d’accéder à une page internet de la ville de Fribourg racontant l’histoire de la colonisation. «Notre objectif avec cette plaque est aussi d’expliquer à la population de notre ville…

Lire la suite

La Suisse expérimente la forêt du futur

Quels arbres résistants aux canicules et à la sécheresse seront en mesure de garantir les fonctions de la forêt dans 50 ou 100 ans? La Suisse cherche des réponses en plantant des essences exotiques provenant de régions au climat plus sec. Nous sommes allés sur une parcelle expérimentale pour voir si c’était une bonne idée. Peter Brang avance à pas lents. Il regarde autour de lui, à travers les troncs. Cela fait plus d’un an qu’il n’est pas venu ici, et en cette chaude journée de printemps, il n’est pas facile de trouver son chemin dans la broussaille. «Nous y sommes», dit l’expert en dynamique forestière, en désignant un grillage fixé à des piquets en bois. C’est la clôture de son laboratoire en plein air. Les grands mélèzes qui peuplaient autrefois la zone ont été coupés. Il ne reste que quelques souches éparses. À leur place, on a planté des cèdres du Liban (Cedrus libani), une essence de conifères sempervirens originaire du Moyen-Orient. Certains arbres atteignent jusqu’à trois…

Lire la suite

Comment la guerre en Ukraine alimente la prochaine crise alimentaire mondiale

La guerre perturbe l’approvisionnement du monde en nourriture, en carburant et en engrais. La situation est particulièrement difficile pour des millions de personnes sur le continent africain et pour les organisations humanitaires qui tentent de leur venir en aide. Au début de l’année, la Corne de l’Afrique faisait face à sa troisième grave sécheresse en dix ans. La région avait déjà souffert ces dernières années d’une recrudescence de criquets pèlerins, de la pandémie de Covid-19, de prix alimentaires élevés et de conflits prolongés qui la rendaient particulièrement vulnérable à une nouvelle crise. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) craignait qu’une catastrophe se produise si on n’arrivait pas à acheminer plus d’aide humanitaire dans la région. Pour éviter que la faim ronge l’Éthiopie, la Somalie et le Kenya, l’agence prévoyait de venir en aide à 1,93 million de personnes dans des communautés rurales au cours des six mois suivants.

Lire la suite

En Suisse, les thérapies de conversion continuent à faire des ravages

Contrairement à de nombreux pays, la Suisse refuse d’interdire les thérapies de conversion, qui prétendent «guérir l’homosexualité». Souvent pratiquées derrière les portes des églises évangéliques, elles existent pourtant toujours. Plusieurs victimes racontent leur lente reconstruction. «J’étais à genoux au milieu d’un cercle de personnes, qui criaient pour faire sortir de moi le démon de l’homosexualité. Il fallait que quelque chose se passe pour qu’ils arrêtent. L’épuisement psychologique finissait par faire couler des larmes sur mes joues. Pour eux, c’était le signe que j’étais guéri.» Mario, 29 ans, raconte avec aplomb les nombreuses thérapies de conversion qu’il a subies, entre 2009 et 2014. D’origine libanaise, le jeune homme arrive à l’âge de 13 ans à Genève. Il est le seul garçon d’une fratrie de cinq. Les attentes parentales à l’égard du seul fils de la famille sont importantes. Très religieuse, la famille fréquente une Église évangélique libre genevoise. «Dans notre…

Lire la suite

En Suisse aussi, le travail au noir est un problème

Dumping salarial, heures supplémentaires, activités non déclarées. Malgré l’image propre du marché suisse du travail, le travail au noir y est répandu. De nombreuses personnes, le plus souvent étrangères, travaillent dans de mauvaises conditions. Un film du réalisateur suisse Ulrich Grossenbacher lève un voile sur ce monde souterrain. «Tu en as combien?» «Il me manque un Tamoul. Il y en a un qui s’est enfui.» Deux inspecteurs du travail contrôlent un restaurant quelque part en Suisse. L’un descend à la cave avec une petit lampe de poche pour chercher l’homme manquant. Il inspecte une première pièce. Personne. Puis une seconde. Une salle de jeu clandestine. Et encore une. Il est là. «Bonjour. Venez avec moi. Calmez-vous.» Malgré les paroles aimables, l’homme qui vient d’être découvert, un Sri-Lankais, sera emmené sans ménagement par la police, car l’interrogatoire a établi qu’il est un immigré illégal. Cette scène est réelle, c’est une des inspections que le réalisateur Ulrich…

Lire la suite

Les dossiers qui attendent le président italien avant sa visite d’Etat en Suisse

Le congrès des Suisses d’Italie s’est tenu ce week-end à Florence. Un événement convivial et informatif, qui a permis de rappeler la qualité des relations entre la Suisse et l’Italie mais aussi les quelques problèmes qui subsistent. Environ 56’000 Suisses vivent en Italie et plus d’une centaine de ces personnes se sont réunies ce week-end à Florence. La nouvelle ambassadrice de Suisse à Rome, Monika Schmutz Kirgöz, a souligné à cette occasion les liens étroits qui unissent la Suisse à l’Italie. La Suisse achète autant en Italie que la Chine, l’Inde et la Russie réunies, a-t-elle illustré dans un italien parfait, avant de préciser que cette statistique est antérieure à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. «Nos deux pays partagent une frontière de 800 kilomètres, qui les unit plus qu’elle ne les sépare», a déclaré l’ambassadrice. Dernière ligne droite pour l’accord sur les frontaliers Les relations entre la Suisse et l’Italie ne sont toutefois pas totalement exemptes de nuages.

Lire la suite