Washington s’engage à soutenir la démocratie Tunisienne

Lors d’un appel d’une heure avec le président tunisien, le conseiller à la sécurité nationale du président Joe Biden, Jake Sullivan, a fait part , samedi , de son soutien à «la démocratie tunisienne fondée sur les droits fondamentaux, des institutions fortes et un engagement en faveur de l’État de droit», selon un communiqué de la Maison-Blanche ( lire en anglais ci-bas ) .

« Le conseiller en sécurité nationale Jake Sullivan s’est entretenu aujourd’hui avec le président Kais Saied de Tunisie. En une discussion d’une heure, il a exprimé le fort soutien du président Biden au peuple tunisien et à la démocratie tunisienne fondée sur les droits fondamentaux, les institutions solides et un engagement envers l’État de droit. Dans cet esprit, l’appel s’est concentré sur la nécessité critique pour les dirigeants tunisiens de décrire un retour rapide sur la voie démocratique de la Tunisie. Le conseiller à la sécurité nationale Sullivan a souligné que cela nécessitera la formation rapide d’un nouveau gouvernement, dirigé par un premier ministre capable de stabiliser l’économie tunisienne et de faire face à la pandémie de COVID-19, ainsi que d’assurer le retour rapide du parlement élu. Alors que les dirigeants tunisiens répondent aux demandes largement exprimées des Tunisiens en faveur d’un meilleur niveau de vie et d’une gouvernance honnête, les États-Unis et d’autres amis du peuple tunisien sont prêts à redoubler d’efforts pour aider la Tunisie à parvenir à un avenir sûr, prospère et démocratique. ′′

Le président tunisien Kais Saied a limogé lundi le ministre de la Défense, au lendemain de sa décision de suspendre les activités du Parlement et de limoger le Premier ministre, plongeant dans l’inconnu la jeune démocratie, par ailleurs durement éprouvée par la pandémie de Covid-19.

Après une journée de manifestations dimanche dans de nombreuses villes du pays contre la gestion sanitaire du gouvernement de Hichem Mechichi, le président Saied a limogé ce dernier et annoncé « le gel » des activités du Parlement pour 30 jours.

Le Président a annoncé qu’il combattra la corruption et une enquête sur le financement illégal présumé de partis politiques a été déclenchée .

Le communiqué des États-Unis indique que l’appel «s’est concentré sur le besoin crucial pour les dirigeants tunisiens d’esquisser un retour rapide à la voie démocratique de la Tunisie».

«Cela nécessitera la formation rapide d’un nouveau gouvernement, dirigé par un premier ministre compétent, afin de stabiliser l’économie tunisienne et de faire face à la pandémie de la COVID-19», ajoute le communiqué.

La Tunisie est paralysé par une crise économique marquée par une inflation galopante et un taux de chômage très élevé, ainsi que par une recrudescence des infections au coronavirus.

Le 27 juillet ,Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a téléphoné lundi au président tunisien Kais Saied pour l’exhorter à « respecter les principes démocratiques » après le limogeage du Premier ministre et la suspension par ce dernier des activités du Parlement.

Le chef de la diplomatie américaine l’a appelé à « maintenir un dialogue ouvert avec tous les acteurs politiques et le peuple tunisien », a précisé le département d’Etat. Il a aussi « encouragé le président Saied à respecter les principes démocratiques et les droits humains qui sont au fondement de la gouvernance en Tunisie ».

Antony Blinken a également promis le soutien américain à l’économie tunisienne et à la lutte contre le Covid-19, un élément clé dans les manifestations qui ont éclaté dans le pays et conduit M. Saied à suspendre les travaux du parlement. Plus tôt lundi, les Etats-Unis avaient appelé la Tunisie à ne pas « dilapider » les fragiles progrès de la toute jeune démocratie, selon un communiqué du département d’Etat.

Le département d’Etat s’était dit « particulièrement troublé » par la situation des médias en Tunisie, après la fermeture sans explications ni base légale du bureau de la chaîne qatarie Al-Jazeera à Tunis.

La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki n’avait pas fait de commentaire sur une qualification éventuelle de « coup d’Etat » des événements qui se succèdent en Tunisie, une terminologie immédiatement employée par le principal parti au Parlement tunisien, la secte islamiste Ennahdha.

*******

Readout by NSC Spokesperson Emily Horne of National Security Advisor Jake Sullivan’s Call with President Kais Saied of Tunisia

National Security Advisor Jake Sullivan spoke today with President Kais Saied of Tunisia. In an hour-long discussion, he conveyed President Biden’s strong support for the people of Tunisia and for Tunisian democracy based on fundamental rights, strong institutions, and a commitment to the rule of law. In this spirit, the call focused on the critical need for Tunisian leaders to outline a swift return to Tunisia’s democratic path. National Security Advisor Sullivan underscored that this will require rapidly forming a new government, led by a capable prime minister to stabilize Tunisia’s economy and confront the COVID-19 pandemic, as well as ensuring the timely return of the elected parliament. As Tunisia’s leaders answer the widely expressed demands of Tunisians for improved standards of living and honest governance, the United States and other friends of the Tunisian people stand ready to redouble our efforts to help Tunisia move toward a secure, prosperous, and democratic future.

Maison Blanche