Lotfi Laamari a raté une occasion de se taire

Lotfi Lamaari a déclaré la semaine dernière dans une chaîne de télévision que le Président de la République n’est éveillé que durant 30 mn par jour. Le reste du temps, il roupille laissant le pays à la dérive.
A supposer que c’est vrai, le respect de la plus haute instance de l’Etat impose une certaine obligation de réserve. Mitterrand a passé deux investitures soit 14 ans, tout en étant malade du cancer. Il a une maîtresse avec laquelle il entretient une relation intime et une fille est née de cette relation. Une protection rapprochée est affectée à la mère et à sa fille. Son fils est brouillé dans des affaires louches en Afrique. Tout ce manège est connu évidemment par les services de renseignement. Mais rien n’a filtré sur la place publique. Les médias n’en ont pas parlé. Ce n’est que suite au décès de Mitterrand que ces secrets ont été dévoilés. Nous sommes dans un pays où la sacralité de l’Etat et de sa plus haute instance qui cristallise son unité et sa cohésion, était respectée. Le système a pu trouver un arrangement honorable à son fils. Le fils du Président de la République ne doit pas être jeté en pâture surtout que ses désinvoltures n’ont pas nuit à l’Etat et au peuple. Car, il ne fallait pas ternir l’image de l’Etat. Il ne fallait pas que le petit peuple doute de l’Etat, car, on ne peut prévoir les conséquences des débordements éventuels. C’était la raison d’Etat. Quand le Président de la République Macron a été traîné dans la boue par la presse à scandale, le doute a gagné les masses et les gilets jaunes ont faillit rougir.
Donc, ya Lotfi, certes, tu as un rôle à jouer dans ces chaînes T V et tu es payé pour cela tout comme ce Chakib l’avocat des frères musulmans, mais delà à dénigrer intentionnellement l’institution de la présidence, le plus haut symbole de l’Etat, c’était une limite à ne pas franchir surtout que c’est la seule institution du pays qui demeure debout. Faut-il tout détruire ?
Ya Lotfi, peux tu nous dire comment si Béji, pouvait avoir cette superbe présence dans sa dernière tournée en Europe et en Afrique du mois dernier, s’il n’avait qu’une demie heure d’éveil et de lucidité par jour ? Et à ma connaissance, ce n’est pas toi, ya Lotfi qui a peaufiné les préparatifs du Sommet de la Ligue des Etats Arabes qui se tiendra fin mars 2019. Hargneux que tu es, tu ne sauras pas apprécier les retombées positives de ce sommet sur notre pays.
Ya Lotfi, comment si Béji pouvait il être au fait de ce qui se passe dans le pays avec si peu de temps d’éveil? A mon sens, rien que dans le dossier de Chokri Bélaid et de Mohamed Brahmi, si Béji a prouvé qu’il n’est pas un koala. Il a fait sortir ce dossier des oubliettes et il en a fait une affaire d’Etat qu’il est en train de suivre scrupuleusement. Il l’a bien martelé, encore une fois, le 11 mars 2019 lors de la réunion du Conseil national et son entretien, le lendemain, avec les députés ayant intenté une action en justice contre la cellule secrète.
Pour lui, le décès de nos bébés relève de la sécurité suprême du pays et il a demandé des têtes.
Par ailleurs, lors de la réunion sus citée, Yousef Chahed est désigné du doigt, encore une fois aussi, comme premier responsable des catastrophes qui secouent le Pays et pour avoir péché par son silence complice dans l’affaire de la cellule secrète de la secte frériste.
Le Président a fait son travail. Il a attiré l’attention et bousculé. C’est aux autres de faire le leur, quitte à descendre dans la rue pour demander la démission du gouvernement et faire pression sur la justice. Quand on n’a pas de couilles, on ne doit pas faire attribuer la cause de son impuissance aux autres. Quand, par lâcheté, on s’est tu sur ces dossiers on n’a pas le droit d’accuser Si Béji de vouloir les instrumentaliser à des fins personnelles et familiales comme tu l’as prétendu en ce jeudi 14 mars.
Depuis un certains temps Lotfi Lamaari ne manque pas une occasion pour s’attaquer au Président de la République surtout quand il a commencé à cligner de l’œil en direction d’Abir Mousi. Y a-t-il anguille sous roche ? Certainement, car à voir la cruauté avec laquelle il a démystifié le Président de la République ce soir du 14 mars dans l’une de ces chaînes à scandale, on ne serait pas surpris qu’il l’aurait agressé ou poignardé même s’il l’avait trouvé devant lui. Lotfi Lamaari a dépassé les bornes. La plus haute instance de l’Etat, celle qui cristallise son unité son autorité et sa souveraineté, ne doit en aucune manière être traîné dans la poussière à la vue de tout le monde par un chroniqueur à la petite semaine. Aujourd’hui Lotfi Laamari a appelé à l’anarchie et à l’effondrement de l’Etat, demandant le Conseil de la sécurité nationale de se désolidariser du Président, donc de ne plus se réunir. Aujourd’hui, Lotfi Laamari a appelé au lynchage du Président. C’est inacceptable.
En tous les cas, Lotfi Lamaari est représentatif de toute cette élite qui se prétend démocrate et progressiste qui a brillé par son ingratitude et son opportunisme et son manque de patriotisme. Car, si ce n’était ce vieux renard qui a défait la secte frériste et desserré l’étau sur tous les opposants à la troïka en 2013 et 2014, ni Lotfi Lamaari, ni les anarcho-syndicalistes de l’UGTT ni les lâches devenus téméraires comme cette Abir, ni ceux qui ont trahi si Béji et devenus ministres, n’auraient le statut qu’ils ont actuellement. Ils auraient été étouffés par manque d’oxygène.
Ya Lotfi, depuis des années que tu pètes et t’égosilles à la télé et tu n’as même pas pu ou voulu faire taire ce Chakib Darwich. Si Béji a fait trembler bien de fesses nahdhaouies en ces derniers temps. Rien que pour cela, tu dois le soutenir. Il semble que tu carbures actuellement pour des agendas louches.
Les nuages sombres des années Troïka, c’était hier. Ils avancent de nouveau et sont plus menaçants. Alors, les lâches, les traîtres seront aux pieds de si Béji pour l’implorer comme des madeleines pour qu’il retourne sur la scène politique et les délivre de la pieuvre, ou les faire bénéficier d’un sursis quelle que soit sa durée. El 3ARBI MA YEFHMOU BAGRI KAN BIL KIRCHA  ( العرْبي ما يِفْهمُو بَقْري كانْ بالكِرْشَة ) . En ce moment, ce serait trop tard.
Ya Lotfi, si la parole est d’argent, le silence est d’or.

Mounir Chebil