La géopolitique a-t-elle lâché les islamistes tunisiens cette fois ci ?

Les surenchères sur les éventuelles alliances de la Nahda de Ghannouchi avec des candidats à la présidence et leurs partis politiques sont vaines.
Ghannouchi n’est allié avec personne à l’intérieur de la Tunisie et les islamistes n’ont confiance en personne.
Les islamistes ne font pacte qu’avec la partie étrangère qui a une influence directe sur les affaires tunisiennes et c’est à cette puissance étrangère de leur trouver l’allié sûr en contrepartie pour la Nahda de rendre des services au niveau stratégique et de jouer le rôle de frein à la modernité de la société Tunisienne.
Même Bajbouj n’a jamais été l’allié de la Nahda ni porter dans son coeur Ghannouchi. Il a simplement accepté les conditions de Paris de partage et de protection des islamistes pour pouvoir accéder à la magistrature suprême.
L’incertitude actuelle et la panique au sein du mouvement, malgré l’urgence est un bon signe, il n’est pas exclu que les alliés géopolitiques des islamistes hésitent encore à les parrainer cette fois ci ou trouver un allié sûr du calibre de Bajbouj.

Mohamed Hafayedh

Illustration : Rached Ghannouchi et son équipe avec Madeleine Albright, une des instigatrices du «printemps arabe»