Il faut faire vite

Puisque les dés sont jetés, le temps est compté pour agir, traduire les trois décisions par des actes sans se soucier d’expliquer quoique ce soit ou de consulter qui que se soit.

Tout est supposé avoir été réfléchi, préparé et mis en formes de mesures précises, ordonnées dans le temps et dans l’espace avant d’en faire l’annonce, sinon, laisser les précieuses heures filer en vaines parlotes, généralement significatives d’improvisation et annonciatrices d’hésitation ou de recul, redonnera de l’espoir aux tyrans d’hier et à leurs soutiens, mènera à l’échec et replongera le pays, à peine effleuré par l’espoir, dans un cauchemar sans fin.

Les réserves et inquiétudes exprimées par quelques puissances étrangères, impliquées dans les mauvais choix que nous avions faits et que nous avons chèrement payés, sont des tests dont il faut savoir renvoyer des échos de résolution et de fermeté. Rien ne vaut les actes pour apporter les meilleures réponses à toutes les interrogations. Courage!

Abdessalem Larif