Estimez vous heureux bandes d’Ingrats ! vous dit Bhiri

Selon Bhiri, on devrait être heureux. Plus que ça! on devrait remercier, plutôt se prosterner aux pieds de son gourou Ghannouchi. . Sans lui à Davos, on mangerait dhleff el hindi mtaa3 Djebeniana, et tabbet el ardh mtaa son frère Néji le pédophile serait livrée aux chèvres du voisin.

C’est que Cheikhouna a troqué sa Jebba de toujours par un costume étroit de circonstance qui lui serre trop ses deux bonbons habitués à se suspendre allègrement dans son saroual pour défendre notre cause. Il s’était pomponné de 3tr , ce qui a fait chavirer le coeur de Christine Lagarde , de Merkel , de l’ anglaise Thérésa Mills et de toutes les vieilles puissantes de ce monde aux rotules fripées que lorgnaient dessus les yeux fureteurs vraiment pudiques ses accompagnateurs .

C’est que nous Tunisiens ne savions pas que toutes ces dames avaient insisté pour faire venir le don Juan de l’espèce humaine, loin d’être un boujelgha , mais le sauveur de l’humanité sur qui elles fantasmaient.

Les médias de Ben Ali ne nous ont pas transmis son discours ensorceleur où , après la « besmela » d’usage, le cheikh récita quelques versets de coran sur la liberté d’entreprendre et de vendre personnes et biens – plus libéral que Allah tu meurs- , vanta Dieu le bienfaiteur possesseur de tout qui aimait les riches, louangea son prophète qui permettait les échanges commerciaux et dont la femme khadija était la Rothschild de l’époque, versa dans un style fanfaron à encenser Omar et sa zakat rappelant ce qu’il disait « la valeur de toutes les bibliothèques se trouve dans ce seul livre (le Coran), et finit en concluant que « Vous n’aurez que ce que Allah veuille bien vous donner, lui qui n’aime pas les pauvres ».
C’était sa manière de prouver à la banquière et aux grands de ce monde que l’islam n’est pas seulement barbes, tueries, jihaz secret , mais aussi politique, économie, social, finances…
Estimez vous heureux bandes d’Ingrats ! vous dit Bhiri . Et bénissez notre vénéré cheikh , le abou koutata de l’économie. le banou koulayb revenu de Davos en Marshall avec un plan pour rendre le pays  ( la Tunisie ) le Japon .

Fadhi Ch’ghol