Depuis dix ans, Hamma ne fait que donner au public un piteux spectacle

J’ai écouté Midi Show tout à l’heure. Cela me coûte de l’écrire, puisque j’ai toujours éprouvé de la sympathie pour lui et pour son parti (Poct), mais à force de pinailler, de couper les cheveux en quatre, de s’acoquiner aux islamistes et d’en faire des alliés objectifs, Hamma Hammami ne bénéficie plus d’une once de crédibilité ; il a fini par dilapider bêtement un précieux capital sympathie gagné de haute lutte. Il ne cesse, depuis dix ans, de donner au public un piteux spectacle à cause de ses couillonnades et billevesées.

Ce qui est drôle chez Hamma Hammami, naguère icône de la gauche marxiste tunisienne, c’est qu’il n’est pas seulement une caricature de lui-même, c’est aussi une sclérose intellectuelle ambulante. A chacune de ses apparitions médiatiques, on a l’impression que Hamma nous invite à appliquer un programme simple et facile à suivre :

De 8h à 10h. Cours de chant choral avec au programme les éternelles de Cheikh Imam et Marcel Khalifa.
De 10h 15mn à 12h15. Critique herméneutique des concepts de base du Manifeste du parti communiste de Karl Marx.
De 12h 30mn à 14h. Repas de midi.
14h 30mn. Révolución.