Ce n’est pas Kaïs Saïed qui fera barrage à Abir Moussi

Après la fermeture de cette assemblée bordélique dont tout le monde a applaudi la mise sous scellés, Kaïs Saïed . commet une erreur stratégique grave quand il interdit à Abir Moussi d’agir politiquement, surtout quand elle le fait dans le respect de la loi.

D’ailleurs tous les partis doivent pouvoir se réunir, manifester, communiquer, s’organiser, tenir leur congres. C’est vital dans toute démocratie.

Que Abir Moussi soit la seule encore à mobiliser en dehors de cette assemblée, la seule à vouloir s’organiser en parti structuré, la seule à travailler pour remporter la nouvelle assemblée, ce n’est pas de sa faute si l’islamo fascisme ne peut plus le faire, si les autres partis satellites qui vivent aux crochets de Ghannouchi, les karama, les Abbou, les chaab disparaissent avec la Nahdha. On ne peut pas, sans être de mauvaise foi, mettre dans le même sac, les scorpions et les tueurs de scorpion ,  le pyromane et le pompier, le voleur et le volé, l’islamo fasciste qui ne reconnait que son parti sans la patrie et le patriote auquel on n’a rien trouvé au reprocher.

Finalement à ce jeu de vouloir éliminer les partis par décision verticale, c’est mépriser ce peuple qui a su les éliminer de lui même pour se mobiliser derrière celui qui lui semble le mieux le représenter.

A ce jeu d’ignorer A.M, de ne pas la laisser agir, Kais Saied sortira à la longue perdant. Abir Moussi a pu démolir toute une confrérie, celle des frères musulmans. Ce n’est pas K.S , fragilisé par la surveillance stricte de toute la planète sur la suite des événements, qui va pouvoir casser son élan et sa montée vers le pouvoir.

L’agitateur