Bent sadrine a écarté ses jambes pour nous pisser dessus !!!

Comment.en est on arrivé à ce stade où tous partis politiques confondus, une quasi unanimité du peuple – toutes tendances confondues- , une planète entière se revendiquant de Bourguiba , assistent impuissants devant le spectacle d’une roturière surgie de nulle part, exhumer leur leader de la tombe, le traîner dans la boue et en faire un assassin.
Comment en est on arrivé à ce stade où tout un peuple.se comporte en un ensemble de mauviettes , de tapettes et d’esclaves sous les jupons d’une dame qui écarte ses jambes et nous pisse dessus ?
La honte ! Putain ! Une envie de disparaître sous terre pour complicité de viol à regarder impuissant une salissure de l’histoire. La peur et la rage qu’on puisse dire à mes arrières petits enfants, dans leur cours d’histoire que leurs aïeuls puaient la pisse de Bent sadrine.

Fadhi Ch’ghol

*****

Le Zaïm, le grand Habib Bourguiba paix à son âme, sera « jugé » aujourd’hui, 19 ans après sa disparition physique, pour avoir laissé faire l’opération d’assassinat de Salah Ben Youssef. La chargée de la transition démagogique a tenu à se venger à sa manière et à faire plaisir à ses marionnettistes par ce pétard mouillé pour créer la diversion habituelle afin de leur alléger le fardeau des pressions allant crescendo. L’inoubliable Habib Bourguiba égal à lui même, courageux et défiant les lâches, avait reconnu les faits dans la série de conférences qu’il avait données à l’IPSI dans les années 70. Bourguiba n’avait pas à se dérober de sa responsabilité, justifiant les raisons de cette dissension et des répercussions néfastes du bicéphalisme dans un pays en proie à une instabilité dévastatrice au lendemain de l’obtention de son indépendance. Bourguiba, que des miasmes et des nabots cherchent inlassablement à souiller sa mémoire, n’avait jamais caché à son peuple quoique ce soit, n’avait jamais tripoté dans les caisses de l’Etat, n’avait jamais détourné des fonds, n’avait jamais reçu des financements occultes de l’étranger. Bourguiba avait construit un Etat que des vendus et des traîtres essaient aujourd’hui de démolir. Bourguiba avait misé sur les tunisiens hommes et femmes par une éducation de haut niveau, par une protection sociale appropriée, par une politique extérieure transparente qui avait forcé l’estime et la considération, par la dignité des citoyens tunisiens qui étaient respectés partout dans le monde et bien accueillis sans visa. Bourguiba c’était l’homme, le patriote, le respect de la femme etc. Bourguiba vit en nous et ne pourra jamais quitter nos esprits malgré les campagnes orchestrées par les ingrats, les rancuniers, les mercenaires et les traîtres. Bourguiba n’avait pas assassiné comme ceux qui se dérobent aujourd’hui et qui tentent de dissimuler le sang qui est sur leurs bras, celui des martyrs Chokri Bélaid et Mohamed Brahmi, ceux qui avaient commandité le lynchage du martyr lotfi Nagueth. Bourguiba était un homme, un vrai patriote. Il doit ricaner dans sa tombe en voyant de haut les petits nains politiques gesticuler pour se frayer un chemin. Bourguiba, reposez en paix, c’est encore un autre épisode de la mascarade de 2011.!!!!

Ezzeddine Zayani