Aux idées courtes et à la mauvaise foi apparente… qui pourra se targuer d’un tel parcours ?

Aux idées courtes et à la mauvaise foi apparente , je rappellerais volontiers le parcours plus qu’honorable de Abdelkrim Zbidi , candidat à la présidentielle :

— titulaire d’un doctorat de médecine de l’université Claude-Bernard de Lyon
— maîtrise de psychologie humaine et exploitations fonctionnelles
— maîtrise de pharmacologie humaine
— diplôme d’études approfondies en physiologie humaine
— diplôme d’études et de recherches en biologie humaine
— coordinateur de la formation des techniciens supérieurs de santé à la faculté de médecine de Sousse ( 1981-1988 )
— chef de département des sciences fondamentales (1982-1989 )
— professeur hospitalo-universitaire à partir de 1987
— chef de service des explorations fonctionnelles à l’hôpital Farhat-Hached de Sousse (1990-1999 )
— chargé de missions d’expertise dans le domaine des applications médicales du nucléaire auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique
— président du Collège de physiologie et explorations fonctionnelles entre 1994 et 1997
— recteur de l’université de Sousse de 1995 à 1999
— doyen de la faculté de médecine de Sousse entre 2005 et 2008
— auteur d’une centaine de publications scientifiques et directeur de plusieurs thèses en médecine
— Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé de la Recherche scientifique et de la Technologie de 1999-à 2000 , puis ministre de la Santé publique en 2001 dans le gouvernement de Mohamed Ghannouchi
— ministre de la Défense nationale de 2011-2013 ; en fonction depuis le 12 septembre 2017 ( 1 an , 11 mois et 14 jours ) . Il se porte candidat à la présidence le 6 août 2019.

Maintenant , qui pourra se targuer d’un tel parcours ? Des confrères moins bardés de diplômes et de distinctions que lui suggèrent un avis médical pour  » troubles de langage avec perte partielle ou totale de la capacité à communiqué avec parfois une recherche des mots pour compenser cette difficulté en utilisant des mots comme  » machin  » ,  » truc  » …etc ce trouble de langage associé à une perte des faits récents , et se souvenirs des faits anciens , ça évoque des diagnostics comme la maladie d Alzheimer et le syndrome parkinsonien dans leurs signes prodomiques ; on va pas attendre que le patient se perd dans des phrases compliquées , ou dans un vocabulaire particulier et , peu à peu , les phrases et les mots simples perdent leur sens quand même  » etcetera etcetera
Encore heureux que ce médecin n’ait pas écrit  » comme même  » pour dépeindre de la sorte un  » confrère  » éminemment respectable et extrêmement respectueux d’autrui , puisqu’il n’admet aucune agressivité ou invectives de la part de ceux et de celles qui le soutiennent.
Et puis , ce  » confrère  » devrait retourner sur les bancs de l’école , son post étant truffé de fautes impardonnables. À moins qu’il ne s’agisse d’oubli et , dans ce cas , c’est lui qui devrait s’inquiéter pour sa santé mentale !
Encore une fois , pourrait-il se targuer d’un tel CV qui sied bien à un tel candidat ou à un autre , d’ailleurs ? J’en doute fort ! Comment avait-il pu enseigner à des générations de praticiens s’il ne savait pas parler ? «  Ce n’est pas le titre qui honore l’homme , mais l’homme qui honore le titre. «  Machiavel. Cette citation convient merveilleusement bien à ce  » confrère  » !

Mounira Aouadi