Abir Moussi, seule contre tous

Le marasme politique et économique qui paralyse la Tunisie depuis le 14 janvier 2011 ne peut être stoppé que par un Leader d’exception, capable d’imposer l’application de la loi sur tous et sans ségrégation.
Aujourd’hui, ni la constitution, ni les textes de loi qui en découlent ne sont appliqués de manière équitable. Celui qui détient le pouvoir interprète la loi selon ses propres intérêts et les intérêts de sa confrérie.
La Tunisie se trouvant depuis 2011 dans lœil  du cyclone « printemps arabe» s’est enfoncée dans un gouffre sans fond.
La troïka dominée par les islamistes et les gouvernements successifs ont transformé le rêve tunisien en cauchemar.
La Tunisie ne peut se redresser de nouveau que par un homme ou une femme de fer qui ne craint ni les hors la loi, ni les rapaces qui tiennent la Tunisie dans leurs griffes.
La Tunisie a besoin d’un gabarit d’exception capable de mettre en échec le complot tissé par le sionisme internationa et ses alliés qui se sont arrangés pour livrer le sort des pays arabes aux mercenaires islamistes.
En contrepartie les frères musulmans se sont engagés à s’aligner à la politique de « l’Oncle Sam » dictée par le « Cousin » Netanyahu.
En plaçant des islamistes arrivistes et incompétents aux postes de pouvoir, les sionistes garantissent la déstabilisation des états arabes dont la Tunisie. Ils ont misé sur l’affaiblissement du pouvoir exécutif, sur l’effritement de nos sociétés par la création de conflits de religion et de régions . Le climat d’insécurité défavorable à l’investissement et au développement économique n’est qu’une conséquence directe de cette stratégie. Leur grand souhait était d’éclater la centrale syndicale UGTT afin de pérenniser l’emprise du pouvoir par les islamistes.
Si par malheur, ce plan réussi, les sionistes auront garanti l’enterrement définitif du conflit israélo-palestinien et l’assurance de protéger leurs intérêts par les islamistes au pouvoir.
Le redressement économique, l’amélioration du pouvoir d’achat, la justice sociale et la sécurité, passent obligatoirement par l’écartement, via les urnes , des islamistes des postes de pouvoir.
Pour y parvenir, on ne peut plus compter sur les parties politiques qui ,par opportunisme,ont flirté avec les frères musulmans en l’occurrence avec ennahdha.
La seule actuellement sur la scène politique, capable de redonner espoir aux tunisiens est sans doute Abir Moussi, jusqu’à preuve du contraire.
Abir Moussi la visionnaire, la combattante est déterminée à sortir la Tunisie et les tunisiens de la gueule du loup ennahdha et ses complices.
Abir est la seule qui a des couilles en acier à l’ère où les hommes politiques ont été castrés par la vipère ennahdha

B.N

N.B: les idées exprimées dans ce papier n’engagent que l’auteur