À Genève, la cyberguerre plutôt que le risque nucléaire

Fermes et constructifs, selon leurs médias respectifs, Joe Biden et Vladimir Poutine ont convenu de leurs désaccords et rétabli un canal direct de discussions. S’il tient ses promesses, le sommet de Genève pourrait être le prélude de négociations sur les cyberattaques pour les cadrer, comme l’usage des bombes atomiques durant la Guerre froide. Revue de presse. C’est sur le risque de «destruction mutuelle assurée» par l’arme atomique que s’est construit l’équilibre entre les superpuissances. Et c’est à Genève que Reagan et Gorbatchev ont enclenché une désescalade des arsenaux nucléaires. Et ce 16 juin? «C’est sans doute ce que les deux hommes, qui ne se sont pas ménagés par le passé, pouvaient espérer de mieux: une rencontre où l’on met tout ce qui fâche sur la table, mais en se respectant, sans postures ou éclats de voix», relève Pierre Haski dans sa chronique géopolitique sur France Inter, qualifiant le sommet Biden-Poutine de «mésentente cordiale à Genève». À l’instar d’autres…

Lire la suite

Pour que les responsables de la crise en subissent seuls les retombées

S’il y’a un fait majeur qui mérite d’être signalé ces derniers mois , c’est la menace tout à fait réelle qui plane désormais sur les salaires des Tunisiens et sur leurs retraites .Le gouvernement l’a clairement annoncé et le ministre des finances n’a d’autres solutions que de brader une à une les richesses du pays . Le pouvoir semble donc décidé à faire porter le fardeau de la crise sur les épaules des innocents , des plus démunis et des travailleurs , les vrais créateurs de richesses ( travailleurs du public et du privé , fonctionnaires, retraités , petits métiers,

L’article Pour que les responsables de la crise en subissent seuls les retombées est apparu en premier sur Actualités Tunisie Focus.

Lire la suite

Affaire Jürgen Conings : le rapport de l’inspection militaire pointe plusieurs manquements (Mise à jour)

Le rapport de l’Inspection générale de la Défense sur l’affaire Jürgen Conings pointe du doigt plusieurs manquements au sein du Service Général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS), notamment l’absence à une réunion importante et la non transmission d’informations, est-il ressorti d’un exposé fait par la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, en commission de la Chambre.

Lire la suite

Coronavirus : Symptômes, évolution… On en est où avec le variant Delta ?

Les nouvelles mesures de déconfinement, annoncées ce mercredi par Jean Castex, ne devraient pas vraiment changer la donne

Lire la suite

L’ULM de Greenpeace à deux doigts d’être abattu par la police avant le match Allemagne-France: « Il l’aurait payé de sa vie »

Le militant de Greenpeace qui a failli s’écraser avec son ULM en tribune mardi soir avant le début du match France-Allemagne de l’Euro à Munich, a évité de justesse d’être abattu par des tireurs d’élite de la police, ont révélé mercredi les autorités allemandes.

Lire la suite

Rencontre Poutine-Biden: Genève joue ses atouts

Pour Genève et la Suisse, la rencontre au sommet entre Vladimir Poutine et Joe Biden est une marque de confiance. Et pour la «Genève internationale», c’est la réanimation après la paralysie due à la pandémie. Il n’y a rien à redire; c’est bel et bien un coup de maître: le fait que les présidents russe et américains se rencontrent à Genève constitue l’une des plus grandes réussites diplomatiques du gouvernement suisse ces dernières années. Sur le plan de la politique intérieure, cependant, il n’a pu l’exploiter que de manière limitée, car un jour plus tard, ce même gouvernement annonçait la mort de l’accord-cadre institutionnel avec l’UE – l’un des plus grands naufrages de politique étrangère depuis la fin de la Guerre froide. Mais aujourd’hui, c’est l’événement historique majeur qui domine. La Suisse est au centre de l’attention internationale, comme le montre cet article de la chaîne américaine CBS. Le moment est propice: en Europe et en Amérique du Nord, les mesures…

Lire la suite

Afghanistan: la Turquie assure le service après-vente des Américains

En accord avec les États-Unis et l’Otan, la Turquie sera le seul pays à maintenir des forces étrangères en Afghanistan. Cette présence militaire au sol réchaufferait les relations entre Biden et Erdogan et permettrait à Ankara d’étendre encore un peu plus ses vues vers l’est, estime Umar Karim, chercheur à l’université de Birmingham . Décidément, Erdogan est partout. Après le timide réchauffement des relations avec la France la semaine dernière, la reprise des contacts avec l’Arabie saoudite et l’Égypte au mois de mai, voilà qu’Ankara avance ses pions en Afghanistan. Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche 13 juin que la

L’article Afghanistan: la Turquie assure le service après-vente des Américains est apparu en premier sur Actualités Tunisie Focus.

Lire la suite