De Budapest à Helsinki, des villes s’accrochent à l’idéal démocratique

Des cités progressistes telles que Budapest, Amsterdam, Helsinki ou Lausanne en Suisse, défendent avec acharnement les principes de la démocratie. Un idéal aujourd’hui mis sous pression dans le monde entier. «C’est ici que va être érigé le nouveau centre de rencontre de Budapest», explique Marietta Lee. Dévouée à la participation citoyenne dans la capitale hongroise, cette fonctionnaire municipale sait de quoi elle parle. Le bâtiment semble un peu perdu sur l’esplanade de l’hôtel de ville. Situé en plein cœur de la capitale hongroise peuplée de deux millions de personnes, l’immense parking apparaît surtout comme mal entretenu. Cela fait quinze ans déjà que la neuvième plus grande ville de l’Union européenne (UE) a passé commande au réputé architecte néerlandais Erick van Egeraat de la transformation de ce complexe délabré s’étendant sur 120’000 m2. Sur place, d’autres projets ambitieux de ce type n’ont jusqu’à présent pu aboutir par manque d’argent. À la tête du pays depuis douze…

Lire la suite

La Belgique à la 18e place de l’Indice de perception de la corruption

Les niveaux de corruption restent au point mort dans le monde, 86 % des pays n’ayant que peu progressé, voire pas du tout au cours des dix dernières années, selon l’Indice de perception de la corruption (IPC) 2021, publié mardi par l’ONG Transparency International.

Lire la suite

Léger recul de la Suisse dans le classement mondial de la corruption

La Suisse est perçue comme un pays relativement «propre» en matière de corruption dans le secteur public, mais elle pourrait en faire plus pour éradiquer cette pratique, selon l’organisation Transparency International. Le secteur public helvétique est considéré comme particulièrement exposé au népotisme, tandis que le secteur privé est propice à la corruption et au blanchiment d’argent. Comme chaque année, la Suisse réalise globalement un bon score dans l’indice de perception de la corruption 2021, publié mardi par Transparency International. Elle recule néanmoins de la troisième à la septième place, en obtenant un point de moins qu’en 2020. «En matière de lutte contre la corruption dans le secteur public, la Suisse est une fois de plus loin d’être irréprochable et se fait même dépasser par d’autres pays», déclare Martin Hilti, directeur de la branche suisse de l’organisation. Une mesure de la corruption perçue dans 180 pays Créé en 1995, l’indice de perception de la corruption…

Lire la suite

La Suisse et la fin de l’URSS: une discussion d’un quart d’heure

Berne n’a pas tardé à trouver une voie auprès des nouveaux Etats nés au lendemain de la dislocation de l’ex-Union soviétique en 1991, révèlent aujourd’hui des documents d’époque. Mais trente ans plus tard, ce qui semblait n’être alors qu’une formalité s’est retournée contre elle. C’est sous couvert de sa neutralité que la Suisse a traversé la «Guerre froide» dans le camp occidental. Mais depuis les années 1970, de premiers indices laissaient poindre l’issue qui allait clore ce chapitre de l’Histoire. Berne observait certes encore avec une certaine inquiétude la présence de chars soviétiques au-delà du lac de Constance, mais cette menace commençait déjà à s’estomper. Dès 1991, la vision à laquelle la Suisse s’était accoutumée, celle d’un monde composé de deux blocs, s’était effondrée. Dans les sphères du pouvoir en Suisse, des réflexions ont commencé d’émerger sur la politique à mener à l’Est. Rendus publics récemment, des documents des archives diplomatiques (Dodis) dévoilent la…

Lire la suite

Conflit en Ukraine: la Suède renforce sa présence militaire sur l’île de Gotland

Les autorités suédoises perçoivent avec inquiétudes les activités russes dans la mer Baltique, alors que les tensions entre la Russie et l’Ukraine sont des plus vives.

Lire la suite

«La Suisse a une bonne réputation à l’ONU»

En juin 2022, l’Assemblée générale de l’ONU se prononcera sur la candidature de la Suisse à un siège non permanent au Conseil de sécurité. À l’origine de ce projet, l’ancienne ministre des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey dit pourquoi. swissinfo.ch: Pourquoi vous êtes-vous engagée pour la candidature de la Suisse? Micheline Calmy-Rey: Je suis convaincue qu’elle est utile pour développer nos réseaux et donc notre influence au niveau international. La Suisse a une bonne réputation à l’ONU. Elle défend des positions indépendantes, objectives et consensuelles et sa voix est appréciée et prise au sérieux. C’est pourquoi j’ai lancé [en tant que ministre des Affaires étrangères et présidente de la Confédération] la candidature de la Suisse en 2011 La Suisse profite donc d’un siège non permanent au Conseil de sécurité? Oui. L’adhésion au Conseil de sécurité est certes un défi, mais c’est aussi une chance – avec une bonne dose de réalisme, mais aussi de confiance en soi -…

Lire la suite

Êtes-vous incollable sur les exploits sportifs de 2021? Voici notre grand quiz consacré au sport mondial

1. En février 2021, Novak Djokovic remporte l’Open d’Australie de tennis, à Melbourne, en battant en finale le Russe Daniil Medvedev 7-5, 6-2, 6-2. Quel nombre de titres en Grand Chelem atteint-il ce jour-là ?

A – 19

B – 18

<

Lire la suite