Hauts-de-France : La consommation de protoxyde d’azote a explosé pendant la crise sanitaire

Pour tâcher de comprendre les conséquences sanitaires de la consommation régulière de protoxyde d’azote à des fins récréatives et établir un parcours de soins, un groupe de travail a &eacut

Lire la suite

Coronavirus : Un antidépresseur efficace pour éviter les formes graves ? Les preuves s’accumulent

Plusieurs essais cliniques concluent que la prise de Fluvoxamine, un antidépresseur peu cher, permettrait de réduire de 66 % le risque d’être hospitalisé et de 90 % de mourir du Covid-19

Lire la suite

Climat : Des experts fustigent la géoingénierie solaire pour limiter le réchauffement

Selon 60 experts et scientifiques, le procédé pourrait effectivement permettre de renvoyer une partie des rayons du soleil, mais avec des effets secondaires supérieurs aux bénéfices

Lire la suite

Coronavirus: feu vert à un 5e vaccin en France, celui de Novavax

Le vaccin contre le Covid-19 du laboratoire américain Novavax, basé sur une technologie classique, va devenir le cinquième à être disponible en France après le feu vert de la Haute autorité de santé (HAS) vendredi.

Lire la suite

«Nous considérons comme un crime ce que la recherche fait subir aux animaux»

Renato Werndli milite au sein du comité d’initiative «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine», afin de convaincre le peuple suisse d’accepter le texte en votation le 13 février. Il dévoile ses arguments en faveur d’une meilleure protection des animaux et d’une médecine plus sûre. Une interdiction totale de l’expérimentation animale et humaine est au menu des votations fédérales du 13 février. Si l’initiative populaire était acceptée, la Suisse deviendrait le premier pays au monde à introduire de telles restrictions. Renato Werndli est membre fondateur de l’organisation suisse alémanique «Ärztinnen und Ärzte für Tierschutz in der Medizin» (Médecins en faveur de la protection des animaux en médecine) et cofondateur du premier cabinet médical végane de Suisse. Il s’engage depuis des décennies en faveur des droits des animaux. Renato Werndli explique pourquoi il fait campagne pour une interdiction totale de l’expérimentation animale. Liens utiles Le texte…

Lire la suite

«Interdire l’expérimentation animale aurait un effet dévastateur»

La mise en œuvre de l’initiative populaire «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine» affecterait gravement le secteur suisse de la santé, met en garde Ensar Can. Ce représentant d’economiesuisse explique pourquoi l’organisation faîtière des milieux économiques fait campagne contre ce texte soumis au peuple le 13 février. Une interdiction totale de l’expérimentation animale et humaine est au menu des votations fédérales du 13 février. Si l’initiative populaire était acceptée, la Suisse deviendrait le premier pays au monde à introduire de telles restrictions. Ensar Can est économiste et travaille depuis 2016 comme chef de projet au sein de l’organisation faîtière economiesuisse. Il est notamment responsable des sujets liés à l’innovation et à la recherche. Ensar Can dévoile les raisons qui poussent les milieux économiques à faire campagne contre une interdiction totale de l’expérimentation animale. Liens utiles Le texte complet de l’initiative populaire «Oui à…

Lire la suite