«Soudain, la frontière suisse devient très profonde»

Les 50 maquettes réparties dans l’espace d’exposition apparaissent comme un paysage insulaire. © Keystone / Gaetan Bally

La frontière de la Suisse n’est pas une ligne, mais un espace aux multiples visages. Dans le pavillon suisse de la Biennale d’architecture de Venise, cet espace se déploie en un portrait collectif.

Ce contenu a été publié le 13 octobre 2021 – 13:00


pavillon suisseLien externe et lui a rendu officiellement hommage. Le premier Salon Suisse, une série de manifestations organisées par la Fondation culturelle Pro Helvetia sur des thèmes architecturauxLien externe, a également eu lieu durant ces journées.

End of insertion

La perspective esthétique de Jacqueline Kissling est une invitation à laisser notre regard errer sur l’archipel des modèles, des images et des voix. De nouvelles combinaisons émergent constamment de la superposition d’images de films et de modèles. Depuis l’avion qui décolle au-dessus du lac de Constance, nous arrivons à l’appartement de Gail Menzi à Genève, qui a pris en charge un enfant sans papiers. L’enfant observe également les avions par la fenêtre sans avoir l’occasion de monter à bord. L’espace frontalier ouvert du lac de Constance se superpose à celui de la Bétaillère, les bateaux du lac Léman qui transportent les frontaliers vers et depuis leur lieu de travail.

Les corps sculpturaux en polystyrène blanc flottent dans la pièce comme des blocs de glace. Keystone / Gaetan Bally

La Suisse comme zone frontalière

«Nous voulons que les visiteurs développent leur propre perception de la frontière, leurs propres récits», explique Fabrice Aragno. Et dans le catalogue, il y a cette phrase: «À la frontière, la relation entre les choses est plus importante que les choses elles-mêmes.» Peut-être y a-t-il dans ces déclarations une réponse à la question «Comment voulons-nous vivre ensemble?» posée par Hashim Sarkis, le commissaire de la Biennale d’architecture de 2021. Que nous pouvons apprendre des frontières, utiliser ce changement de perspective pour la conception de l’espace de vie.

La Suisse, en tant que petit pays au milieu de l’Europe, avec ses nombreux migrants et son réseau mondial, a un rapport à ses frontières différent de celui d’un grand État. L’agronome Matthieu Calame, que l’équipe a consulté pour le projet, va jusqu’à décrire la Suisse comme une «immense frontière entourée d’Europe». Son espace frontalier, tel que décrit dans orae, est détaché des frontières nationales.

En traversant le pavillon, j’ai l’impression d’être à nouveau en vaporetto. La ligne de 1935 kilomètres qui dessine la forme de la Suisse le long des cinq États voisins se déploie en un espace de vie.

La Biennale How will we live together?Lien externe de Hashim Sarkis est visible jusqu’au 21 novembre 2021.

Articles mentionnés