Quand le Graf Zeppelin fascinait la Suisse

Grands vaisseaux volants et rigides, les zeppelins étaient des moyens de transport dangereux, mais fascinants. Entre 1929 et 1934, l’un des plus grands de ces dirigeables, le Graf Zeppelin, a effectué plus de 70 excursions d’une journée en Suisse, entre ses voyages au long cours. Ce géant des airs attirait le public comme un aimant.

Ce contenu a été publié le 24 décembre 2021 – 10:00


Plus d’articles de cet auteur / cette autrice
| Multimedia

Les zeppelins n’ont jamais été de simples moyens de transport, mais un véritable phénomène. «Samedi, peu avant 8 heures, le ‘Graf Zeppelin’ est apparu comme invité matinal au-dessus de Berne. Il a décrit une boucle approximative au-dessus de la ville sous un soleil éclatant – un spectacle magnifique», s’enthousiasmait le quotidien bernois Bund en 1930.

L’inventeur du dirigeable, le comte Ferdinand von Zeppelin, né en 1838, avait une relation étroite avec la Suisse. Sa mère était issue d’une famille de fabricants genevois, et il avait passé son enfance avec son frère et sa sœur dans le domaine de ses parents, le château de Girsberg, dans la commune de Kreuzlingen (Thurgovie), où il a vécu jusqu’à sa mort en 1917.

Ce n’est qu’à sa retraite de l’armée qu’il a développé le premier dirigeable. En 1900, lui et son compagnon d’armes, l’ingénieur Theodor Kober, ont fait s’élever pour la première fois un dirigeable au-dessus du lac de Constance, devant des milliers de spectateurs des deux côtés du lac. Ce vol n’a duré que 18 minutes et le dirigeable a dû se poser en urgence après quelques tours.

À la mort du comte, c’est Hugo Eckener qui lui a succédé à la tête de l’entreprise. Par rapport aux dirigeables, ce dernier a fait son chemin de Damas: pourfendeur de ces objets volants lorsqu’il était journaliste, il est devenu plus tard leur plus ardent défenseur. C’est sous sa direction qu’a été construit le légendaire «Graf Zeppelin LZ 127», qui était le plus grand et le plus abouti des dirigeables à son lancement. En 1929, Hugo Heckner a effectué le premier et unique tour du monde à bord du Graf Zeppelin, parcourant 49’618 km en six étapes.

Le 24 juillet 1931, Hugo Eckener a embarqué à bord du Graf Zeppelin pour un voyage dans l’Arctique. Il y avait 45 personnes à bord, principalement des scientifiques d’Allemagne et de Russie. Sputnik Via Afp / Shterenberg Abram

Hugo Eckener était alors certain que l’avenir appartenait au dirigeable. En 1930, à l’occasion d’un vol au-dessus de Berne, il déclarait: «Nous nous laissons mener en dirigeable de Berlin au-dessus de l’Arctique et nous ramenons chez nous l’image de zones inaccessibles qui, jusqu’à présent, n’avaient pu être conquises que pas à pas en luttant contre les forces de la nature. Je suis intimement convaincu que plus jamais l’idée du comte Zeppelin ne sera fondamentalement rejetée et oubliée.»

Mais une tragédie en a décidé autrement. L’hydrogène du Hindenburg a pris feu lors d’un atterrissage aux États-Unis, provoquant la mort de 36 des 97 personnes à bord. Cette catastrophe a donné un brusque coup d’arrêt à l’histoire des dirigeables. En 1940, le «Graf Zeppelin» était dynamité.

Contenu externe

[embedded content]