Pourra-t-on bientôt imprimer son bulletin de vote à domicile?

Les Suisses de l’étranger pourraient avoir la possibilité de recevoir leur bulletin de vote en ligne et de l’imprimer. 

(Keystone / Alessandro Della Bella)

Recevoir son matériel de vote via Internet, l’imprimer, puis le renvoyer par correspondance. C’est la solution qui pourrait être retenue pour faciliter la participation de la Cinquième Suisse aux scrutins. La proposition acceptée mardi par le Conseil national séduit aussi l’Organisation des Suisses de l’étranger.

Changement de paradigme dans le combat pour permettre aux Suisses de l’étranger de participer plus facilement aux votations et élections dans leur pays d’origine. Alors que l’extension du vote électronique est dans la tourmente, le Conseil national (Chambre basse du Parlement) a accepté ce mardi par 115 voix contre 69 une motion Lien externequi demande le remplacement du vote électronique par l’envoi électronique.

Ainsi, au lieu de développer les possibilités de voter en ligne, le texte déposé par le député de l’Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice) Claudio Zanetti propose d’empoigner le problème à l’envers. Il demande au gouvernement d’envoyer le matériel de vote des Suisses de l’étranger par voie électronique. Ces derniers devront ensuite l’imprimer et le retourner par voie postale.

Pour Ariane Rustichelli, la directrice de l’Organisation des Suisses de l’étranger, l’envoi électronique constitue une bonne solution alternative à l’e-voting. 

(Butterfly-Photoart)

Dans certains pays, la diaspora helvétique reçoit son matériel de vote trop tard pour pouvoir voter. Claudio Zanetti estime que sa proposition permettrait de résoudre le problème, en réduisant en tout cas de moitié le temps nécessaire à l’acheminement et au renvoi des documents. Le vote électronique, qu’il considère comme dangereux, ne constitue pas une solution aux yeux du député UDC.

De son côté, le gouvernement estimait «plus judicieux» de continuer à étendre l’e-voting. Il a rappelé que l’envoi électronique nécessiterait tout de même l’envoi physique de codes de vérification. Ainsi, le «remplacement du vote électronique par l’envoi électronique ne ferait pas gagner de temps aux électeurs», a plaidé en vain le Conseil fédéral.

Le vote électronique dans la tourmente

L’argument sécuritaire semble avoir été entendu, dans un contexte où l’e-voting est sous les feux de la critique. En janvier, une alliance interpartis a lancé une initiative populaire réclamant un moratoireLien externe sur son introduction, estimant qu’il ne garantit pas la sécurité du vote.

En outre, des pirates informatiques ont récemment pointé du doigt des failles dans le système électronique de la Poste. CH Vote, l’autre système existant et développé par le canton de Genève, sera abandonné à partir de 2020 pour des raisons financières.

«C’est le signe d’un énorme soutien de la classe politique à la participation des Suisses de l’étranger aux scrutins»
Ariane Rustichelli

Fin de la citation

Le vote électronique mais pas à tout prix

«C’est le signe d’un énorme soutien de la classe politique à la participation des Suisses de l’étranger aux scrutins», se réjouit la directrice de l’Organisation des Suisses de l’étrangerLien externe (OSE), Ariane Rustichelli. Compte tenu de la mauvaise posture de l’e-voting, elle considère que l’envoi électronique serait une solution alternative qui permettrait à davantage d’émigrés de voter, au moins à ceux qui sont établis en Europe. «Le vote électronique est pour nous un moyen de permettre à la Cinquième Suisse d’exercer ses droits civiques, mais s’il y a une meilleure option nous la soutenons aussi», précise Ariane Rustichelli.

L’OSE est désormais suspendue à la décision du gouvernement, qui doit décider s’il autorise la Poste à continuer l’exploitation de son système de vote électronique malgré les failles mises en lumière. Pour les élections fédérales d’octobre prochain, il se pourrait toutefois bien que personne ne puisse voter en ligne.

Deux motions retirées

Deux autres motions sur le vote électronique ont été retirées ce mardi par leurs auteurs. La premièreLien externe, déposée par le député du Parti libéral radical (PLR / droite) Laurent Wehrli, demandait au gouvernement d’inscrire l’e-voting dans le mandat de service public universel de la Poste Suisse. La secondeLien externe, du député socialiste Carlo Sommaruga, proposait une reprise par les pouvoirs publics du système du canton de Genève.

Fin de l’infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Les musées suisses exposent peu d’artistes femmes

subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.