Oui à une initiative qui promeut le logement à loyer modéré

En Suisse, le marché libre a produit des logements restant vides parce que trop chers ou isolés, selon la sénatrice Marina Carobbio Guscetti. Pour la socialiste, l’initiative «Davantage de logements abordables» soumise au vote le 9 février permettrait de remédier à ces distorsions. Au profit de la classe moyenne et des moins fortunés.

Non à une initiative «dirigiste, coûteuse et mal ciblée»

L’initiative «Davantage de logements abordables» ne correspond ni aux exigences économiques ni aux nécessités écologiques, affirme Fabio Regazzi.

Au mauvais endroit et trop cher 

En Suisse, les constructions sont en augmentation. En raison des taux d’intérêt bas, terrains et espaces verts régressent au profit de nouveaux logements. Dans de nombreuses communes, on observe des appartements vides au sein d’immeubles neufs. Essentiellement dans les régions périphériques, loin des centres et là où se fait surtout sentir le besoin de nouveaux lieux d’habitation. Le plus souvent, il s’agit de logements de haut standing ou de luxe, bien éloignés des exigences et des possibilités de la classe moyenne. Les loyers restent donc élevés, surtout dans les centres, difficilement accessibles pour de nombreuses familles, pour les personnes âgées et les jeunes qui veulent vivre de façon autonome. Concrètement, l’offre de logements n’a pas contribué à faire baisser les loyers.

La difficulté à trouver des logements à loyer modéré, en particulier pour les familles de la classe moyenne ou à faible pouvoir d’achat, est un problème que reconnaît le Conseil fédéral dans son message sur l’initiative populaire «Davantage de logements abordables». Mais le gouvernement demande le rejet de l’initiative au motif qu’elle serait financièrement coûteuse et contraire aux lois du marché. Mais c’est précisément lorsque le marché ne tempère pas ses ardeurs sur les loyers que l’État doit jouer un rôle actif! En ce qui concerne les coûts, il faut rappeler que les prêts destinés à la construction de logements d’intérêt public ont toujours été remboursés et que la Confédération en perçoit également les intérêts.

Médecin de formation, Marina Carobbio Guscetti siège au Parlement suisse depuis 2007. D’abord au Conseil national, qu’elle a présidé du 26 novembre 2018 au 1er décembre 2019, puis au Conseil des Etats depuis décembre dernier. Cette Tessinoise de 53 ans est la première femme et la première députée socialiste de son canton élue à la Chambre haute. Vice-présidente du Parti socialiste suisse et vice-présidente de l’Association suisse des locataires, elle est la première signataire de l’initiative populaire «Davantage de logements abordables».

(Keystone / Gaetan Bally)

Un modèle plus social qui protège le territoire

L’initiative populaire vise à promouvoir la construction de logements publics à loyers accessibles pour les familles à faible revenu et la classe moyenne: au moins 10% des nouveaux logements seront d’utilité publique. Actuellement, ce type d’habitation ne représente que 5% du parc immobilier suisse. 

Selon une étude de l’Office fédéral du logement (2017), les loyers ordinaires pour un appartement de trois pièces sont en moyenne 16,5% plus élevés que ceux d’un logement à but non lucratif. Ce chiffre passe à 26% en prenant seulement en compte les centres urbains. Autrement dit, un locataire paie en moyenne chaque année deux mois de loyer en plus, voire trois mois dans les centres urbains. 

Les loyers des logements appartenant aux coopératives, aux communes et aux fondations d’utilité publique sont inférieurs à ceux des autres appartements sur le marché et ont un effet modérateur sur celui des autres types d’habitation. Un modèle que l’initiative veut favoriser par l’introduction d’un droit de préemption en faveur des cantons et communes afin de promouvoir la construction de logements d’utilité publique, y compris en cas de vente de biens-fonds appartenant à la Confédération ou aux entreprises liées à celle-ci. Il s’agit sans aucun doute d’une étape importante étant donné que ces biens-fonds sont souvent situés dans les zones privilégiées des villes ou des agglomérations, précisément là où s’observe une pénurie de logements à loyer modéré. Enfin, l’initiative populaire demande que les assainissements énergétiques ne contribuent pas à faire exploser les loyers.

2020 sera donc une année importante pour les locataires avec cette initiative «Davantage de logements abordables» qui vise à promouvoir le logement locatif à loyer modéré et à garantir ce droit pour les ménages à faibles et moyens revenus.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.