Suisse

Loi sur le climat: la transition énergétique de la Suisse soumise au verdict du peuple

Les Suisses se rendent aux urnes le 18 juin pour se prononcer sur la nouvelle Loi sur le climat. Le projet prévoit que la Suisse accélère la transition vers les énergies renouvelables et réduise ses émissions nettes de gaz à effet de serre à zéro d’ici à 2050.

Ce contenu a été publié le 26 mai 2023




La nouvelle loi a été acceptée par le Parlement en septembre 2022. Elle stipule que la Suisse doit atteindre un bilan d’émissions nettes nulles (neutralité climatique) d’ici à 2050. Cela signifie que la Suisse ne devra pas émettre plus de gaz à effet de serre qu’elle n’en absorbera par les puits de carbone naturels, comme les forêts, ou par des moyens techniques (technologies de captage et d’élimination du CO2).

Cette nouvelle loi ne plaît cependant pas à l’Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice), le plus grand parti au niveau national, qui a lancé avec succès le référendum. L’UDC qualifie cette nouvelle loi de «gouffre à électricité», nuisible à l’économie et à la population. Selon l’UDC, atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050 signifie de fait interdire l’essence, le diesel, le mazout et le gaz.

Au Parlement, le texte, qui fait office de contre-projet à l’initiative sur les glaciers, a toutefois été soutenu par tous les grands partis, à l’exception de l’UDC. À leurs yeux, la Loi sur le climat permettra à la Suisse de se libérer des énergies fossiles et de bénéficier d’une plus grande indépendance énergétique. Les investissements dans des technologies et des processus innovants permettront également de créer des emplois, affirment les partis qui soutiennent la nouvelle loi.