L’histoire cachée de l’Université

L’ancien recteur de l’Université de Zurich Alfred Ernst (avec un casque colonial) lors d’un «voyage d’études botaniques» dans l’archipel malais. Fotoalbum Studienreise Alfred Ernst, 1905-1906, Deutsche Marineexpedition 1907

À Zurich, des recherches ont longtemps été menées sur «l’amélioration de la race blanche». L’Université a du mal à accepter cette confrontation au passé.

Ce contenu a été publié le 18 février 2021 – 11:37

Stephanie Caminada et Nuria Tinnermann (Zürcher Studierendenzeitung)

À l’Université de Zurich, des anthropologues, des médecins et des biologistes ont mené des recherches sur l’hygiène raciale et l’eugénisme. De nombreux scientifiques ont profité dans leurs recherches des structures de domination coloniales. Pascal Germann, historien de la médecine à l’Université de Berne, a concentré ses recherches en particulier sur l’Institut d’anthropologie de Zurich. «L’institut est devenu un centre de recherche raciale mondial au début du 20e siècle», déclare-t-il.

Le recteur de l’université avait une mentalité eugénique

L’institut s’est surtout fait connaître par ses méthodes et ses instruments de mesure, qui ont connu un succès mondial à l’exportation. Ces instruments pourraient être utilisés pour déterminer la taille du corps, la circonférence du crâne ou les angles du visage. «Ces mesures étaient souvent humiliantes, relève Pascal Germann. Les manuels d’étude, par exemple, exigeaient que les sujets d’examen soient complètement nus.» Le développement et l’essai de ces méthodes et instruments de mesure ont eu lieu dans les colonies européennes. Par exemple, en Nouvelle-Guinée allemande, où l’anthropologue zurichois Otto Schlaginhaufen était accompagné de soldats allemands lors de ses expéditions de mesure.

Otto Schlaginhaufen a trouvé des alliés influents à l’Université de Zurich pour promouvoir la recherche en eugénisme. «Le botaniste Alfred Ernst, qui il est devenu recteur de l’université en 1928, a joué un rôle important», déclare Pascal Germann. Alfred Ernst a également mené des recherches dans les territoires coloniaux de l’Asie du Sud-Est, où il a bénéficié des infrastructures de l’impérialisme néerlandais.

L’Université a proposé des cours d’études raciales jusqu’en 1979

Alfred Ernst et Otto Schlaginhaufen ont été parmi les cofondateurs de la Fondation Julius Klaus en 1922. Lors de sa création, les actifs de la fondation étaient plus importants que le budget annuel de l’université. Les statuts stipulaient que des réformes d’hygiène raciale devaient être initiées pour «l’amélioration de la race blanche». Selon Pascal Germann, cela illustre comment l’eugénisme universitaire était souvent lié à des «idées de racisme colonial». Jusqu’à la modification des statuts en 1970, quatre autres recteurs de l’Université étaient membres de la Fondation Julius Klaus, qui existe encore aujourd’hui.

Otto Schlaginhaufen (en haut à droite) lors d’une expédition de recherche scientifique. Schlaginhaufen, 1959

L’Université de Zurich a proposé un cours d’études raciales jusqu’en 1979. «Cela m’a étonné qu’il n’y ait pratiquement pas eu de voix critiques à l’Université jusque dans les années 60», dit Pascal Germann. Ce n’est qu’alors que l’acceptation des études raciales a commencé à s’effriter en Suisse. «Une véritable confrontation avec le sujet n’a débuté que dans les années 90.» Aujourd’hui, l’institut est très ouvert à l’idée de se confronter à sa propre histoire, mais les recherches sur l’implication coloniale des chercheurs zurichois ne font que commencer.

Le pouvoir ne veut pas être remis en question

Ne s’agit-il pas alors d’un oubli actif de sa propre histoire coloniale, c’est-à-dire d’une amnésie coloniale? Pour le déterminer, il est important de comprendre comment fonctionnent les cultures de la mémoire. «Surtout parce que la mémoire a aussi beaucoup à voir avec le pouvoir», explique Ana Sobral, professeure de littérature mondiale au département d’anglais de l’Université de Zurich. Elle s’intéresse également au postcolonialisme, qui appelle à la reconstruction d’une histoire des «autres», car l’histoire enseignée en Occident est fortement déformée par les idées eurocentriques.

D’autre part, les structures de pouvoir du colonialisme qui se perpétuent doivent être démasquées. La dissimulation de sa propre histoire coloniale est due au fait que les conditions économiques de cette époque n’ont pas simplement disparu. «Les injustices que nous voyons aujourd’hui viennent de la période coloniale et sont étroitement liées au capitalisme – il y a une énorme continuité», explique Ana Sobral. Même aujourd’hui, ce qui ne correspond pas à son récit est marginalisé. «Ceux qui sont puissants ne veulent pas être remis en question.»

Oublier au lieu de remettre en état

«Les universités sont en premier lieu concernées par leur propre préservation», estime Ana Sobral. C’est pourquoi les institutions ont tendance à ne pas poser certaines questions. Elles ont juste d’autres priorités, dit-elle, motivées par certaines notions de succès, comme les classements. «Quand on veut changer quelque chose, on se heurte toujours à un certain conservatisme. L’Université et l’École polytechnique fédérale de Zurich mettent l’accent sur l’innovation et l’ouverture. Mais en même temps, elles réagissent souvent avec une résistance à la critique qui ne leur convient pas pour le moment», explique Ana Sobral., qui estime que leurs fondations profondément enracinées les rendent passives et rigides.

Mais critiquer uniquement les institutions et les tenir pour responsables serait trop réducteur. «La mémoire collective des nations tend également à mettre en valeur les moments de triomphe et à oublier les moments de honte.» C’est ainsi qu’en Suisse, par exemple, s’est enracinée l’image d’un pays neutre qui ne veut pas avoir été une puissance coloniale. «Mais la Suisse n’a jamais été neutre et elle a certainement bénéficié du colonialisme.» Pour changer, estime Ana Sobral, il faut une pression extérieure. Un exemple est le buste de l’eugéniste Auguste Forel, qui a été retiré en 2006 sous la pression des étudiants.

Selon Ana Sobral, cependant, l’important ne se passe pas à l’Université, mais dans la société. Parce que le savoir universitaire ne se diffuse pas toujours. Le buste de Forel a disparu de l’entrée de l’université sans aucune contextualisation perçue par le public. Comme le souvenir de l’histoire de Forel, le poste d’Ana Sobral sera supprimé à la fin du semestre d’automne 2020. Cela réduira considérablement l’éventail des études post-coloniales proposées au département d’anglais également.