L’entreprise suisse Crypto sous enquête pour espionnage

Un bâtiment industriel

Les bâtiments de l’entreprise Crypto à Zoug. Une partie des activités de la compagnie et son nom ont été rachetés en 2018 par un groupe suédois, Crypto International. L’entreprise suédoise précise sur son site internet qu’elle est une entité totalement différente de Crypto AG et qu’elle n’a jamais eu de connections avec la CIA ou le BND.

(Keystone / Urs Flueeler)

Le gouvernement suisse ouvre une enquête pour espionnage. La CIA et les services de renseignement allemands (BND) ont intercepté des milliers de documents de plus de 100 pays via l’entreprise Crypto durant des dizaines d’années.

Le Conseil fédéral a commandé une enquête le 15 janvier, a fait savoir mardi le Département fédéral de la défense, confirmant une information de l’émission Rundschau de la télévision suisse alémanique SRF.

L’enquête a été confiée à l’ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer, qui devra rendre son rapport au département d’ici fin juin.

Appareils de chiffrement truqués

La CIA et les services de renseignement allemands (BND) ont acheté des parts de l’entreprise zougoise Crypto en 1971 en passant par une fondation du Liechtenstein. Mais la collaboration entre les trois parties existait déjà auparavant.

Crypto est le leader des machines qui permettent de crypter les communications secrètes. Grâce à des appareils de chiffrement truqués, la CIA et le BND ont écouté les conversations de plusieurs États étrangers.

Le BND a quitté l’opération en 1993. Mais les États-Unis ont prolongé les écoutes jusqu’en 2018 au moins, selon des recherches conjointes de l’émission de la Rundschau, de ZDF et du Washington Post.

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.