L’entrepreneur et les «jeunes filles» italiennes

Emil Bührle, au premier plan, montre à l’empereur Haïlé Sélassié Ier d’Éthiopie l’un des canons de son usine d’armement Oerlikon, le 26 novembre 1954. Emil Bührle a fait sa fortune principalement dans l’industrie de l’armement. Keystone / Ilse Guenther, Ilse Mayer-guenth

Dans sa filature du Toggenburg, l’industriel Emil Bührle employait dans les années 1950 non seulement des victimes suisses de l’internement forcé, mais aussi de jeunes filles italiennes. Le consulat italien est intervenu pour les défendre.

Ce contenu a été publié le 21 janvier 2023 – 08:30


SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative