Le Suisse qui blanchissait les millions des narcos

Des agents de la Direction nationale pour le contrôle des stupéfiants surveillent 1747 kilos de cocaïne à Saint Domingue en novembre 2020. La drogue saisie venait de Colombie et devait arriver à Rotterdam. AFP

Un habitant du canton de Vaud est accusé d’avoir recyclé en Suisse dix millions de francs provenant d’une organisation de trafiquants de drogue colombiens. Déjà condamné en Espagne, l’homme comparaitra en justice avec deux intermédiaires financiers, actifs en Suisse.

Ce contenu a été publié le 13 août 2021 – 10:49


roi bulgare de la cocaïneLien externe, Evelin Banev. Le lieutenant présumé du boss en Suisse avait en effet engagé son employeur valaisan pour faire le voyage. Et dans ce cas aussi, l’homme avait été découvert et condamné par la justice suisse. Les Bulgares investissaient leur argent sale dans de l’immobilier en Suisse ou l’injectaient dans le circuit bancaire par des versements en cash sur des comptes ouverts au nom des épouses des trafiquants ou de sociétés offshores. L’enquête a également mis en lumière le rôle du monde financier: Credit Suisse et l’une de ses anciennes employées sont en effet accusés dans cette affaire, qui devrait déboucher sur un procès en 2022.

On peut également tirer un parallèle avec l’affaire du «banquier de la ‘ndrangheta», condamné par le TPF, fin 2017. L’homme s’était établi en Suisse pour blanchir l’argent de l’organisation. Il occupait des postes fictifs dans des sociétés-écrans au Tessin et faisait transiter d’importantes sommes d’argent liquide sur des comptes bancaires au nom de sociétés offshores et de membres de la famille des patrons de l’organisation. Cet individu avait également acheté un immeuble commercial à Chiasso. Et dans ce cas aussi, il avait pu compter sur un intermédiaire financier suisse, qui a été condamné pour recyclage.

End of insertion

Articles mentionnés