Le secourisme est aussi une passion

Chaque année, ils consacrent 250 heures de leur temps libre au secourisme. À Lugano dans le canton du Tessin, la Croce VerdeLien externe s’appuie sur l’engagement de 110 bénévoles pour faire fonctionner son service ambulancier. Reportage en images au cœur de cette structure unique en Suisse.   

Lugano, canton du Tessin. Au quatrième étage d’un immeuble de la ville, un homme âgé de 70 ans, inanimé, est allongé sur le dos dans son salon. Deux secouristes professionnels, deux volontaires et un docteur de la Croce Verde de Lugano s’affairent autour du patient dont le cœur ne répond plus.

Le massage cardiaque ne suffit pas. Après 25 minutes d’efforts, le médecin ne peut que constater le décès du patient. Le miracle n’a pas eu lieu, la vie s’est éteinte et l’équipe de la Croce Verde de Lugano rentre dépitée à sa base. Un combat de perdu parmi tant d’autres gagnés quotidiennement.

Une structure unique

La Croce Verde de Lugano est une association privée sans but lucratif, reconnue d’utilité publique, apolitique et aconfessionnelle. Elle gère trois domaines d’activités très différents: un service ambulancier, un service médical dentaire qui offre à bas prix des soins de qualité et des cours de formation aux premiers secours pour les particuliers ou les entreprises.

Fondée le 3 mars 1910, l’association fête cette année ses 109 ans d’existence. Elle s’est appuyée exclusivement sur le travail des volontaires jusqu’en 1989 avant de se professionnaliser. La Croce Verde conserve toutefois la particularité de s’appuyer sur un réservoir de 110 bénévoles, en plus des 95 personnes qu’elle emploie. Ces volontaires s’engagent gratuitement dans le secours préhospitalier durant leur temps libre. Cette structure est unique en Suisse; aucun autre canton n’a intégré des bénévoles à ses secours d’urgence.

250 heures d’engagement

Qu’est-ce qui pousse des bénévoles à rejoindre la Croce Verde? Leurs réponses sont à la fois multiples et souvent similaires: le besoin d’aider, l’adrénaline que procure les urgences, les rapports qui se créent avec les patients et leur famille, l’imprévisibilité des journées, le sentiment de faire partie d’une équipe ou simplement donner un sens à sa vie.

En septembre 2017, près de 90 femmes et hommes ont envoyé une candidature spontanée à la Croce Verde. L’association en a retenu une quinzaine et a entamé leur formation. Après 300 heures de formation, le candidat passe un examen écrit théorique et est évalué lors des interventions. Une fois ce seuil franchi, il devient l’un des trois piliers d’une équipe durant les urgences médicales. L’investissement est important: chacun doit accomplir un minimum de 250 heures d’engagement par année, auxquelles s’ajoutent 20 heures de formation continue.

Sur les chapeaux de roue

Retour à la base de la Croce Verde de Lugano. L’équipe a à peine eu le temps de boire un café que l’alarme retentit à nouveau. 90 secondes suffisent aux deux secouristes et à un volontaire pour prendre la route. Un homme de 88 ans a eu un malaise et a perdu connaissance pendant un court instant. Arrivé au domicile du patient, l’équipe de secouristes contrôle au moyen d’un moniteur ses fonctions vitales. Une perfusion intraveineuse est posée et une solution saline est administrée.

L’homme est conscient et parle normalement. Il s’est totalement ressaisi de son malaise, malgré une pression basse. Il va néanmoins être emmené à l’hôpital pour des contrôles plus approfondis. Le patient se lève de son canapé aidé par le volontaire qui lui demande comment il se sent. Avec un air malicieux, il répond: «Mieux, mais pas encore assez pour vous inviter à danser ce soir».