Le marché suisse de l’électricité, un ovni au milieu de l’Europe

© Keystone / Jean-christophe Bott

La crise énergétique fait exploser les prix de l’électricité dans toute l’Europe, y compris en Suisse. Mais le pays est affecté de façon très inégale en raison des spécificités de son marché.

Ce contenu a été publié le 12 septembre 2022 – 11:34


les prixLien externe peuvent varier fortement d’une commune à l’autre: en 2022, les habitantes et habitants de la ville de Bâle ont payé 28 centimes le kWh alors que la population de la commune valaisanne du Simplon n’a déboursé que 11 centimes.

Qui sont les principaux acteurs de l’électricité en Suisse?

Le pays compte environ 630 gestionnaires de réseaux de distribution, dont 70% ne produisent pas d’électricité. Il s’agit souvent de communes, qui doivent garantir l’approvisionnement dans une zone clairement délimitée. Une poignée d’entreprises se sont développées plus largement au niveau national, voire même international. Le gouvernement suisse a identifié trois fournisseurs d’électricité d’importance systémique, dont la défaillance risque d’affecter l’alimentation de l’ensemble du territoire: Axpo, Alpiq et BKW.

Swissgrid est également un acteur majeur du marché helvétique, puisque l’entreprise gère l’ensemble du réseau de transport à haute tension et assure l’échange d’électricité avec les pays européens. La société est détenue par les grandes entreprises énergétiques suisses.

>> Pour en savoir plus sur la gestion du réseau électrique suisse:

Comment les prix de l’électricité sont-ils fixés en Suisse?

Le tarif de l’électricité pour la clientèle captive est une addition du prix de l’énergie, du prix de transport ainsi que de différentes taxes et redevances. La facture varie d’une commune à l’autre en raison du montant des taxes perçues localement, mais également en fonction de la stratégie d’approvisionnement du fournisseur local. Certaines entreprises produisent elles-mêmes une part importante d’électricité alors que d’autres l’achètent, certaines ont déjà conclu des contrats plusieurs années à l’avance alors que d’autres se fournissent sur le court terme. Des stratégies qui se répercutent directement sur la facture des consommatrices et consommateurs en fonction des aléas du marché.

La loi actuelleLien externe garantit à la clientèle captive un accès au réseau, la quantité d’énergie désirée et des «tarifs équitables». En 2021, le prix moyen était de 18,5 centimes CHF par kWh en Suisse, alors que la moyenneLien externe dans les pays de l’UE était de 22 centimes d’euros.

Même si la clientèle captive n’a pas la possibilité de changer de prestataire, les entreprises ont le droit d’augmenter les prix si la hausse est justifiée. Chaque année, les 630 gestionnaires de réseau doivent soumettre leurs tarifs à la Commission fédérale de l’électricitéLien externe. Celle-ci peut interdire les augmentations infondées ou réduire rétroactivement les montants trop élevés.

Quelles sont les conséquences en Suisse de la hausse internationale des prix de l’électricité?

La production nationale, majoritairement composée de centrales hydroélectriques, couvre largement les besoins durant la belle saison. Mais pendant l’hiver, la Suisse doit importer environ 40% de son électricité. Les fournisseurs doivent donc acheter de l’énergie sur le marché européen, où les prix atteignent des niveaux record. Par conséquent, les consommatrices et consommateurs helvétiques verront leur facture augmenter en 2023. La Commission fédérale de l’électricité table sur une hausse moyenne de 27%.

l’accord-cadre avec l’UE. En attendant une éventuelle reprise du dialogue, c’est Swissgrid qui a pris le relais et qui mène des négociations plus techniques avec les exploitants des réseaux européens.

Pourquoi le marché suisse n’est-il pas totalement libéralisé?

Le gouvernement helvétique a voulu suivre le mouvement européen, mais il a été stoppé par le peuple en 2002Lien externe: 52,6% des votantes et votants ont refusé de libéraliser le marché suisse. En 2017Lien externe, l’électorat a en revanche approuvé une nouvelle loi sur l’énergie qui prévoit la fermeture progressive de toutes les centrales nucléaires du pays.

L’évolution du marché européen et la volonté de la Suisse de sortir du nucléaire ont poussé le gouvernement à élaborer une nouvelle loiLien externe sur l’approvisionnement en électricité. Celle-ci prévoit notamment une libéralisation totale du marché et un développement rapide des énergies renouvelables sur le territoire suisse. Ce texte sera examiné prochainement par le Parlement. Un débat qui s’annonce particulièrement mouvementé dans le contexte actuel.

>> Les mesures que la Suisse envisage de prendre cet hiver en cas de pénurie de gaz et d’électricité:

Articles mentionnés

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative