L’Australie et la Suisse renforcent leurs liens

Attraction touristique, Uluru, ou Ayers Rock, est un immense monolithe s’élevant au centre de l’Australie. Les Aborigènes le considèrent comme une montagne sacrée. Keystone / Lukas Coch

Malgré une distance de près de 17’000 kilomètres, l’Australie et la Suisse sont plus proches que beaucoup ne le pensent. Aujourd’hui, les deux pays se rapprochent encore plus, avec une nouvelle ambassade à Berne et un visa spécialement conçu pour les jeunes globe-trotters.

Ce contenu a été publié le 12 janvier 2022 – 13:04


relations diplomatiquesLien externe entre les deux pays.

l’histoireLien externe de l’Australie depuis 1777 déjà. Cette année-là, le 27 janvier, John Webber – en fait Johann Wäber – était le premier Suisse à fouler le sol australien sur Bruny Island, au large de la Tasmanie. Ce fils de Bernois émigré à Londres était le peintre du troisième voyage dans les mers du Sud de l’explorateur britannique James Cook. Après la colonisation du continent rouge par des bagnards et des colons britanniques en 1788, des émigrants suisses se sont rendus dans ce territoire mystérieux de l’autre côté du globe.

La première vague d’immigration suisse a commencé après que Charles Joseph La Trobe a été nommé surintendant puis lieutenant-gouverneur de Victoria à Melbourne. Il avait épousé la Neuchâteloise Sophie de Montmollin, qui l’avait accompagné en Australie. Grâce à ces contacts, des vignerons de la région de Neuchâtel et du Pays des Trois-Lacs bernois ont commencé à émigrer. Des noms connus comme De Pury, De Castella, Leuben et De Meuron ont contribué à produire certains des meilleurs et des plus célèbres vins australiens.

La ruée vers l’or du milieu du 19e siècle a attiré des milliers d’orpailleurs suisses, en particulier du Tessin.

Plus tard, ce sont surtout des artisans de Suisse alémanique qui y ont cherché meilleure fortune. Aujourd’hui encore, les jeunes artisans ayant un apprentissage suisse en poche peuvent la plupart du temps fêter rapidement des succès commerciaux.

Investissements suisses

En 1855, la Suisse a ouvert un consulat à Sydney, puis un an plus tard à Melbourne. Les relations diplomatiques entre les deux pays ont officiellement débuté en 1961 avec l’ouverture d’une ambassade australienne en Suisse. Depuis lors, les deux pays ont signé une série d’accords visant à promouvoir les échanges politiques, économiquesLien externe et culturels.

Selon le ministère australien des Affaires étrangèresLien externe, «les relations économiques avec la Suisse se développent, en particulier dans le domaine de la recherche et développement scientifique, du commerce et des investissements réciproques». En 2019, le commerce mutuel de marchandises avec la Suisse représentait une valeur de 3,5 milliards de francs. La Suisse a exporté pour 2,32 milliards de francs de marchandises vers l’Australie, principalement des médicaments, des montres, des aéronefs et des pièces détachées ainsi que d’autres produits pharmaceutiques.

Les principales exportations de l’Australie vers la Suisse étaient l’or, les médicaments, la viande (sauf le bœuf) ainsi que l’argent et le platine. «La Suisse est un partenaire d’investissement apprécié pour l’Australie», indique le ministère. En 2019, le stock d’investissements suisses en Australie s’élevait à 37,2 milliards de francs, selon le ministère australien. Les investissements suisses en Australie se concentrent sur les secteurs des produits pharmaceutiques, de la technologie médicale et des services, des banques et des assurances.

Selon la chambre de commerce helvético-australienne SwisschamLien externe à Sydney, la Suisse est la 10e plus grande source d’investissements étrangers en Australie. Le groupe minier Glencore, Novartis Pharmaceuticals, Roche, Nestlé et les prestataires de services financiers Credit Suisse, Zurich et UBS font partie des entreprises suisses les plus connues ayant une représentation sur le continent. Les principales entreprises australiennes présentes en Suisse sont Sonic Healthcare, le groupe Macquarie et le groupe biopharmaceutique CSL.

Retour à Berne

Ces derniers mois, l’Australie a consolidé à deux reprises les liens avec la Suisse. D’une part, Canberra a annoncé son intention de rouvrir une ambassade à Berne après 30 ans. Comme l’explique l’ambassadeur suisse en Australie, Pedro Zwahlen, à swissinfo.ch, «cette décision reconnaît l’importance de la Suisse dans le réseau diplomatique mondial. À cela s’ajoute un renforcement structurel des relations bilatérales et le fait que la perception de la Suisse en Australie s’en trouve également améliorée».

Un autre pas a été franchi avec la décision du gouvernement australien de permettre aux jeunes Suisses de travailler à l’avenir en Australie avec le visa dit «Work and Holiday» et de pouvoir ainsi gagner l’argent nécessaire pour voyager. La Suisse est ainsi mise sur un pied d’égalité avec 44 autres pays auxquels l’Australie accorde ce privilège depuis des années déjà.

Voyager et travailler

«Si les jeunes ont l’occasion de vivre une fois dans un autre pays, d’apprendre la langue et de travailler, ils gagnent énormément en expérience de vie et de travail, ce qui ne peut que leur être utile dans leur future activité professionnelle en Suisse», plaide Pedro Zwahlen. Et puis, «il y a bien sûr aussi la dimension humaine. Les amitiés qui se nouent à cet âge peuvent vous marquer à vie et contribuer ainsi à la coopération dans de nombreux domaines entre la Suisse et l’Australie. C’est donc un programme où tout le monde est gagnant.»

>> Devenir australien, un reportage diffusé par Continents sans visa (RTS) en 1968 (39min.):

Contenu externe

Articles mentionnés