L’archéologie sous-marine révèle les secrets d’un lac suisse

Le passé préhistorique de la ville de Lucerne reste largement inconnu. Cependant, le lac qui l’entoure pourrait bien receler quelques indices.

Ce contenu a été publié le 15 janvier 2022 – 11:45


Plus d’articles de cet auteur / cette autrice
| Multimedia

Les archéologues soupçonnent depuis longtemps l’existence d’habitats sur pilotis dans les eaux bordant la ville, mais ce n’est que lors de travaux de construction, en mars 2020, que des vestiges d’un établissement palafittique ont été remontés pour la première fois du fond du lac des Quatre-Cantons.

Cet automne, en vue de la construction éventuelle d’une gare souterraine à Lucerne, le service cantonal d’archéologie a examiné le fond du bassin lacustre. L’objectif était de localiser les établissements préhistoriques à l’origine de la ville actuelle. Comme les spécialistes prévoyaient d’examiner une grande partie du fond du lac, il fallait une alternative à la traditionnelle plongée sous-marine. Les archéologues s’attendaient également à ce que la plupart des vestiges soient recouverts de sédiments, et donc dissimulés à l’œil humain.

La solution a consisté à examiner le fond du lac par une méthode acoustique, en utilisant la technologie du sonar. Pour cette mission spéciale, le service d’archéologie du canton de Lucerne a reçu l’aide de spécialistes du service d’archéologie sous-marine de Zurich et de l’Université de Copenhague. Les découvertes qui ont été faites coïncident avec le dixième anniversaire du classement des Sites palafittiques préhistoriques autour des AlpesLien externe au patrimoine mondial de l’UNESCO.