La Suisse, plaque tournante du commerce des masques

Des employés traitent des masques de protection chez le fabricant de matériel de pansement Wernli AG à Rothrist (canton d’Argovie), en avril 2020. Keystone / Ennio Leanza

Des intermédiaires parviennent à gagner des millions grâce au matériel de protection contre le coronavirus. La Suisse est devenue la plaque tournante du commerce mondial des masques. Le pays risque toutefois de se tailler une mauvaise réputation, selon certains experts.

Ce contenu a été publié le 12 janvier 2021 – 16:42

Laurina Waltersperger, NZZ am Sonntag

Grâce au coronavirus, il est devenu riche. Le commerce du matériel de protection indispensable en temps de pandémie a permis de gagner des millions en quelques mois à l’homme d’affaires suisse Jan Küng, et ceci sans qu’il voie les masques et les gants. Comment s’y prend-il? Jan Küng a un avantage que ses partenaires en Chine ou au Moyen-Orient n’ont pas: il possède un compte bancaire suisse. Il utilise ce compte pour transférer des millions d’euros d’un intermédiaire, rencontré sur la messagerie WhatsApp, à l’autre.

Jan Küng lève le voile sur un commerce qui se chiffre en milliards, celui du matériel de protection dont la pandémie a créé un besoin urgent. Son exemple montre comment la Suisse sert de plaque tournante au marché mondial du matériel qui nous permet de combattre le coronavirus.

Plus

Les horlogers suisses survivront-ils au 21e siècle?

On n’a plus besoin d’une montre pour savoir l’heure. Alors, pourquoi l’industrie horlogère suisse non seulement survit, mais en plus prospère?

Jan Küng, la quarantaine, porte en fait un autre nom. Il n’est disposé à fournir des informations que s’il peut rester anonyme. En tant qu’entrepreneur et investisseur, il est toujours là où se trouvent les opportunités. Ce faisant, il a déjà perdu beaucoup d’argent. Désormais, il en gagne, mais il ne fait que ce qui est légal, affirme-t-il.

10 à 20 pour cent de commission

Avant le coronavirus, cet homme d’affaires au réseau international était actif dans la finance. Il s’est lancé dans ce nouveau domaine grâce à des connaissances. Lorsque le matériel de protection a commencé à se raréfier au cours de la première vague du printemps, des groupes se sont formés sur WhatsApp afin de trouver des acheteurs européens pour des produits chinois qui valaient des millions. Ceux qui trouvaient des acheteurs percevaient des commissions. C’est ainsi que Jan Küng a gagné ses premiers millions grâce à des masques.

Plus

Des Suisses démocratisent la production de masques de protection

Ce contenu a été publié le 15 juil. 2020 Deux Suisses ont lancé l’action «Masques de protection». Ils entendent décentraliser et démocratiser la production de masques certifiés.

Entre-temps, il a découvert un modèle commercial plus lucratif: celui des commissions. Son travail consiste simplement à prendre l’argent des acheteurs et à le répartir entre les intermédiaires d’une transaction. Cela fonctionne ainsi: un acteur veut, par exemple, vendre un milliard de masques. Plus précisément, cet acteur ne détient la plupart du temps que des options sur des unités de production, qui peuvent être utilisées pour produire un milliard de masques sur une période de temps. Un réseau d’intermédiaires recherche des acheteurs.

Le contrat d’achat précise le montant de la commission versée aux intermédiaires – souvent entre 10 et 20 % du prix d’achat. Des sommes qui se chiffrent souvent en milliards, confie Jan Küng. La NZZ am Sonntag s’est procuré des documents contractuels pour une transaction de douze milliards de dollars. Jan Küng y a gagné cinq millions de dollars – simplement parce qu’il a payé une partie des commissions aux intermédiaires. Les courtiers en commission comme lui perçoivent entre un et deux pour cent des frais de courtage.

Comment se fait-il que des gens comme Jan Küng ratissent des millions pour quelques coups de téléphone et quelques clics, alors qu’il s’agit de masques et gants qui se vendent normalement pour quelques centimes? Bettina Borisch, professeur de santé publique à l’Université de Genève, commente: «Dans une telle situation de crise, il y a toujours des profiteurs qui exploitent l’urgence à leur avantage.»

Les fonds spéculatifs entrent en jeu

En particulier pendant la première vague de la pandémie au printemps, les prix du matériel de protection ont augmenté de manière fulgurante. Des millions de dollars ont souvent dû être mis à disposition du jour au lendemain, les gouvernements n’étant pas en mesure de fournir directement de l’argent. Cela a permis d’attirer des investisseurs financièrement solides. Il s’agissait notamment de fonds spéculatifs, de financiers et de sociétés d’investissement. Les gens se sont retrouvés sur WhatsApp.

Dans des extraits du printemps, qui sont à la disposition de la NZZaS, un acteur portant un numéro marocain écrit qu’il cherche des masques de protection pour le compte du gouvernement israélien. Un courtier allemand répond: «Salut. 1 milliard de masques pour 2,42 plus le fret. Je peux livrer n’importe où». Une autre fois, le même courtier propose à un avocat 20 millions de masques provenant d’une action privée au Portugal. «Quand avez-vous le temps pour une conférence téléphonique?», demande-t-il. Beaucoup se rencontrent dans des chats pour la première fois. Une fois les conditions de base clarifiées, les smileys suivent, les pouces se lèvent.

C’est ainsi que des milliards de masques et de gants ont été échangés dans le monde entier depuis le début de la pandémie. La pression exercée sur les marchés publics était souvent si forte que les autorités ne regardaient pas toujours de près. En Suisse, la pharmacie de l’armée a versé à deux jeunes entrepreneurs suisses plus de huit millions de francs pour près de 900’000 masques FFP2 au printemps, soit environ trois fois plus que d’habitude. Au Royaume-Uni, le gouvernement a créé une «VIP Lane» pendant la crise pour acheter du matériel de protection selon des procédures raccourcies, sans grande diligence, comme l’a écrit le «New York Times». Le gouvernement a également signé des contrats de plusieurs milliards avec des entreprises qui avaient auparavant attiré l’attention pour corruption ou évasion fiscale.

Plus

Cinq réglages à faire pour remettre l’horlogerie suisse à l’heure

Ce contenu a été publié le 12 janv. 2021 Voici les cinq défis majeurs que devra relever l’horlogerie suisse pour sortir de l’une des pires crises de son histoire.

Pour les investisseurs, il s’agit déjà d’un nouveau marché sur lequel spéculer, déclare l’entrepreneur Jan Küng. Ils spéculent sur des masques et des gants, tout comme ils pariaient auparavant sur d’autres marchandises comme le blé, l’or ou la poitrine de porc. «Ils accumulent des contingents de production pour faire monter les prix. Et revend les unités de production à des entreprises qui achètent du matériel de protection principalement pour le compte de gouvernements, d’organisations et d’hôpitaux.» Plusieurs commerçants et fabricants de masques en Suisse et en Allemagne disent la même chose.

Un précieux compte bancaire suisse

Un compte bancaire suisse a beaucoup de valeur dans cet écosystème de profiteurs. Depuis septembre, Jan Küng reçoit de plus en plus de demandes de renseignements. Il gère les paiements de commissions pour huit transactions, et dans les prochains mois, il fera circuler plus d’un milliard de dollars. L’argent arrive par tranches sur ses comptes en Suisse. De là, il est envoyé aux intermédiaires en Europe de l’Est, en Russie, en Afrique, aux États-Unis ou au Moyen-Orient.

Pour Daniel Thelesklaf, expert suisse en finances et en blanchiment d’argent, il n’est pas surprenant que les commissions de ces méga-opérations passent par la Suisse. Il n’y a pratiquement aucun autre centre financier ayant la même stabilité géopolitique, la même expertise professionnelle et la même efficacité, dit-il.

La Suisse offre un écosystème dense qui comprend des institutions financières universitaires, la Crypto-Vallée de Zoug, des fintechs et des avocats spécialisés. Mais le spécialiste met en garde: «pour la Suisse, il est risqué de se construire une réputation de plaque tournante du commerce du matériel de protection». Cela est particulièrement vrai dans le domaine du blanchiment d’argent, dit-il.

Plus

Coronavirus: la situation en Suisse

Ce contenu a été publié le 12 janv. 2021 Le vaccin de Moderna est autorisé, 200’000 doses seront livrées demain.

Des groupes d’intermédiaires du monde entier sont souvent impliqués dans une seule entreprise de masques. Des avocats, des sociétés d’investissement et d’autres se mélangent et gagnent de l’argent. Des structures aussi complexes dans le monde entier ne sont pas seulement inhabituelles pour ce qui est en soi une simple activité commerciale, mais elles augmentent également le danger de blanchiment d’argent. Des organisations criminelles pourraient par exemple utiliser le commerce des masques pour blanchir l’argent gagné illégalement jusqu’à ce que les revenus du trafic de drogue ne puissent plus être identifiés comme tels.

Dangers du blanchiment d’argent

Les risques sont également connus de l’Office fédéral de la police: «La pandémie constitue un terrain fertile pour les activités criminelles. La place financière suisse joue ainsi un rôle central dans la lutte contre le blanchiment d’argent», déclare une porte-parole. La coopération avec les banques est notamment en train d’être renforcée.

Le Groupe d’action financière (GAFI), le principal organisme international de lutte contre le blanchiment de capitaux, écrit: Les États du monde entier constatent une augmentation de la criminalité économique dans le secteur du matériel de protection. Le blanchiment d’argent dans les transactions commerciales devait être davantage pris en compte.

Jan Küng fait vérifier par un spécialiste les destinataires de son argent – pour s’assurer qu’ils ne figurent sur aucune liste de terroristes et qu’ils ne sont pas impliqués dans le blanchiment d’argent. Jusqu’à présent, dit-il, il n’y a pas eu d’irrégularités. Les banques suisses sont tenues légalement de vérifier l’origine de l’argent et de surveiller les transactions de leurs clients en fonction du niveau de risque. UBS, par exemple, déclare: «La banque contrôle toutes les opérations commerciales ainsi que les personnes qui les réalisent dans le cadre des réglementations fixées par le législateur et la Finma».

D’ailleurs, Jan Küng entrevoit déjà la prochaine affaire: «De plus en plus de courtiers veulent que leur argent reste en Suisse», relève Jan Küng. Ils cherchent de l’aide pour mettre en place des structures d’optimisation fiscale ici. Les demandes s’accumulent. Il est tout à fait possible que Jan Küng se lance.

Cet article a été publié pour la première fois dans le journal dominical alémanique NZZ am Sonntag et a été publié ici avec l’autorisation du titre.