La Suisse met à son menu la lutte contre le gaspillage alimentaire

Jesse David Falls/shutterstock

Hausse des prix alimentaires, difficultés d’approvisionnement, consommation gigantesque des ressources: autant d’incitations à économiser la nourriture. Le tiers des denrées produites finit pourtant à la poubelle dans le monde. Comment l’agriculture, le commerce de détail et les groupes d’intérêt empoignent-ils ce dossier en Suisse? Et tout un chacun? 

Ce contenu a été publié le 11 mai 2022 – 11:29


plan d’actionLien externe produit par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

Il n’existe aucune solution simple pour y parvenir, juge l’OFEV. De la culture à la production jusqu’à la vente et la consommation, d’innombrables protagonistes sont à l’œuvre. Et dans un monde aussi globalisé, ils sont souvent dispersés dans différents pays.

Les efforts et initiatives sont nombreux pour réduire le gaspillage alimentaire, mais la plupart ont «un impact local et concernent des niches», écrit l’OFEV. Agir efficacement passe donc par une extension de ces mesures.

En chiffres, le long de la chaîne de création de valeur, où la Suisse enregistre-t-elle le plus de pertes alimentaires évitables? Dans le secteur de la transformation, puis au niveau des ménages et de l’agriculture, comme le montre le graphique ci-dessous.

SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative