La Russie veut-elle en finir avec la Genève internationale?

Les sanctions prises par la Suisse et son ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis à l’égard de la Russie ont des répercussions sur les pourparlers syriens à Genève. Keystone / Salvatore Di Nolfi

Les négociations de paix du Comité constitutionnel syrien, qui devaient se tenir la semaine dernière à Genève sous la houlette de l’ONU, n’ont pas eu lieu. C’est parce que la Russie, principal allié de Bachar al-Assad, ne considère désormais plus la Suisse comme neutre.

Ce contenu a été publié le 04 août 2022 – 16:30


conseiller national John DuprazLien externe évoquait la même idée. Pour député genevois, il était urgent de déménager le siège des Nations unies à Genève, sur fond de guerre en Irak.

Les Etats-Unis ne s’étaient alors pas conformés aux décisions du Conseil de sécurité des Nations unies, dont ils sont pourtant membre. Sur recommandation du Conseil fédéral, le postulat avait cependant été rejeté par le Parlement. 

End of insertion

Articles mentionnés

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative