Karin Wenger: «J’aime suivre les gens, pour voir comment leur vie évolue»

Karin Wenger

En Suisse, seuls quelques médias peuvent se prévaloir de leur propre réseau de correspondants à l’étranger. Qui sont ces personnes qui ont fait le choix de vivre à l’étranger pour raconter le monde à leurs compatriotes? Quel est leur rapport à la Suisse en tant que journaliste? SWI swissinfo.ch brosse le portrait de cinq d’entre eux. Quatrième escale: la Thaïlande.

Ce contenu a été publié le 20 juillet 2020 – 10:45 Plus

Karin Wenger a 41 ans. Et cela fait près de 20 ans qu’elle ne vit plus en Suisse, soit pratiquement la moitié de sa vie. De hasards en opportunités, de voyages en rencontres, l’étranger est devenu sa patrie. Actuellement, elle est correspondante pour Radio SRF en Asie du Sud-est et est basée à Bangkok, en Thaïlande.

Le bureau de Karin Wenger et son chien Raja (roi) dans son appartement de Bangkok. Elle a aussi un chat nommé Mr. Spock. Karin Wenger

Une série de hasards

Après des études de sciences politiques, sciences des médias et journalisme aux Universités de Fribourg et de Limerick (Irlande), cette native de la campagne zurichoise effectue un stage à la NZZ (Neue Zürcher Zeitung). Nous sommes en 2003. Durant ce stage, elle est envoyée en Palestine pour y faire un reportage qui marquera le début de sa carrière à l’étranger.

Alors qu’elle rédige son article, elle ne peut que constater la complexité de la situation et si elle «veut réellement la comprendre», elle va «devoir y passer beaucoup plus de temps». Forte de cette évidence, elle demande à pouvoir effectuer sa dernière année à l’Université de Birzeit près de Ramallah (Cisjordanie). En rentrant, elle écrit un livre puis repart, cette fois pour la Syrie. Elle est régulièrement en contact avec Radio SRF qui lui propose officiellement un poste de correspondante au studio de Berne.

«J’étais évidemment très intéressée, mais je ne voulais pas couvrir un pays depuis Berne. Je voulais découvrir le monde. C’est alors qu’ils m’ont proposé le poste en Inde». Depuis la capitale New Delhi, Karin Wenger se retrouve ainsi à couvrir un territoire immense qui s’étend de l’Afghanistan aux Maldives.

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l’actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 Android
👉 iPhone

End of insertion

ici (en allemand).

Pour vous procurer son livre (en allemand), suivez ce lien: Checkpoint Huwara, Israelische Elitesoldaten und palästinensische Widerstandskämpfer brechen das Schweigen

Suisse-Thaïlande: des liens privilégiés

En 2019, 9551 ressortissants suisses vivaient en Thaïlande de manière permanente. Elle est le pays d’Asie qui attire le plus d’expatriés suisses. En vingt ans, le nombre de Suisses établis en Thaïlande a plus que quadruplé.

De forts liens historiques et économiques lient les deux pays. Les premiers contacts remontent au XVIIème siècle. La Suisse a ouvert un consulat honoraire à Bangkok en 1932, puis une ambassade en 1949.

Après Singapour, la Thaïlande est le principal partenaire commercial de la Suisse dans le sud-est asiatique.

End of insertion

En interview avec des écolières dans le sud de la Thaïlande. Karin Wenger