Empêtré dans le scandale de la FIFA, le premier procureur du pays jette l’éponge

Michael Lauber en mai 2019. «Le fait que l’on ne me croie pas en qualité de Procureur général est préjudiciable au Ministère public de la Confédération», déclare-t-il pour justifier sa démission. Keystone / Anthony Anex

Tout en continuant à rejeter fermement les accusations de mensonge, Michael Lauber annonce sa démission «dans l’intérêt des institutions». Une réaction au jugement le même jour du Tribunal administratif fédéral sur son recours ne lui donnant que très partiellement raison.

Ce contenu a été publié le 24 juillet 2020 – 14:01 Plus

«Je respecte la décision du Tribunal administratif fédéral. Je continue toutefois à rejeter fermement l’accusation de mensonge. Cependant, le fait que l’on ne me croie pas en qualité de Procureur général est préjudiciable au Ministère public de la Confédération. Par conséquent, et dans l’intérêt des institutions, j’offre ma démission à la Commission judiciaire compétente. Les modalités seront discutées avec cette dernière directement.» Par ces quelques lignes, Michael Lauber annonce son départ de la direction de l’organe public d’investigation et d’accusation le plus élevé du pays, un poste qu’il occupait depuis 2012.

Si le Tribunal administratif fédéral (TAF) reconnait que «le procureur général n’a pu, à aucun moment, consulter certains documents», il souligne dans son arrêt rendu ce jour «que le procureur général Lauber s’est rendu coupable de plusieurs violations du devoir de fonction et que l’enquête disciplinaire (contre laquelle il recourrait) aboutit à une décision formellement valable.»

À l’issue de cette enquête liée aux rencontres du procureur général avec le président de la FIFA Gianni Infantino, l’Autorité de surveillance avait conclu à des violations graves et répétées du devoir de fonction. Elle avait prononcé une sanction équivalant à une réduction de 8% de son salaire annuel, réduite à 5% par le TAF.

Fifagate

Au cœur de l’affaire, les discrètes rencontres entre Michael Lauber et le président de la FIFA Gianni Infantino ont été dénoncées dès mai 2018, alors que le Ministère public de la Confédération (MPC) avait plusieurs procédures en cours contre la FIFA. Elles n’ont cessé de prendre de l’ampleur en Suisse et à l’international. En mai 2019, l’autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération lance son enquête disciplinaire et le mois suivant, le Tribunal pénal fédéral juge que Michael Lauber doit se retirer de l’enquête sur la FIFA. Le MPC confie alors l’enquête au procureur général suppléant Jacques Rayroud.

Ce qui n’a pas dissuadé le parlement suisse de l’élire le 25 septembre 2019 pour un troisième mandat à la tête du Ministère public de la Confédération.

Plus

Ving-cinq procédures pénales et un procureur sur la sellette

Ce contenu a été publié le 28 mai 2020 Michael Lauber fait face à une procédure de révocation pour ses rencontres avec le président de la FIFA. Bilan des enquêtes en cours.

Enquêtes en cours

Concernant la Fifa, il reste une vingtaine de procédures pénales encore ouvertes. La plus aboutie est celle contre Jérôme Valcke, Nasser Al-Khelaïfi et un troisième homme. Le MPC a déposé un acte d’accusation pour corruption, gestion déloyale et faux dans les titres, mais certaines charges ont été allégées après que la FIFA ait retiré sa plainte, ayant trouvé un arrangement avec Nasser Al-Khelaïfi. Le procès doit commencer le 14 septembre au Tribunal pénal fédéral, mais le temps presse car certains faits seront prescrits en novembre.

Une partie de la procédure à l’encontre de Sepp Blatter a été classée par le MPC. Les investigations se poursuivent sur les 2 millions de francs qu’il a versés à Michel Platini.