Des humains sur Mars? Parlons-en ensemble – et avec des experts

Le 18 février 2021, le rover américain Perseverance s’est parfaitement posé sur Mars. Mais y faire arriver des humains sera une toute autre affaire. Keystone

Juillet 1969: l’homme fait ses premiers pas sur la Lune. Plus d’un demi-siècle après, on attend toujours le premier homme ou la première femme sur Mars. Dans 5? 10? 20? 30 ans? Jamais? swissinfo.ch ouvre le débat.

Ce contenu a été publié le 07 avril 2021 – 15:00


En savoir plus sur l’auteur.e
| Rédaction en langue française

Février 2021: les images de Mars du robot américain Perseverance fascinent le monde. Juste avant, il y avait eu la mise en orbite du premier rover chinois (qui doit se poser en mai) et de la première sonde des Émirats Arabes Unis. Et bientôt, il y aura à nouveau les Russes (leur sonde Mars 3 fut la première sur place, dès 1971), les Européens, les Japonais et les Indiens. La Planète Rouge n’a jamais semblé aussi accessible. D’ailleurs, Matt Damon y est allé et s’en est plutôt bien sorti. Avant lui, Arnold Schwarzenegger, Gary Sinise, Val Kilmer et tant d’autres y ont posé le pied…

Mais c’était au cinéma. Dans la vraie vie, les choses sont un peu plus compliquées: les Américains parlent d’un horizon à 15 ans, les Russes ne communiquent guère sur le sujet, pas plus que les Chinois. Reste Space X. Malgré l’optimisme de son patron Elon Musk, la compagnie californienne a crashé ses deux premiers Starships à l’atterrissage, tandis que le troisième a explosé peu après. Et pour l’instant, l’engin censé emmener un équipage «sur la Lune, sur Mars et au-delà» n’est qu’un gros container vide.

C’est qu’un voyage vers Mars n’est pas simplement un voyage vers la Lune en plus long. C’est un concept totalement différent, qui met en jeu des technologies dont la plupart n’existent pour l’instant que sur le papier. Sans parler des conséquences sur l’organisme humain.

Mission impossible?

Pour Sylvia Ekström et Javier G. Nombela, la cause est entendue. À la fin de l’année dernière, ils publient Nous ne vivrons pas sur Mars, ni ailleursLien externe, un pavé dans la mare en forme de liste des obstacles à une mission habitée vers Mars.

Pourtant, la Planète Rouge, depuis 50 ans, de nombreuses personnes très compétentes ont fait plus que d’en rêver. Seraient-ils toutes et tous dans l’erreur? Nous avons sollicité Pierre Brisson, président de la Mars Society SwitzerlandLien externe, qui répond aux arguments des deux auteurs.

Et vous, amis lecteurs, qu’en dites-vous?

Les agences spatiales sont des organisations publiques, financées par le contribuable. Votre avis compte!

Envoyez-nous vos remarques, avis, questions et rejoignez-nous en direct le 15 avril, entre 16h30 et 18h, pour

le grand débat

Sylvia Ekström / Javier Nombela vs. Pierre Brisson.

Vous pourrez alors aussi questionner directement les deux parties.

End of insertion

Articles mentionnés