Daniele Finzi Pasca distille sa magie à la Fête des Vignerons

Daniele Finzi Pasca

Daniele Finzi Pasca lors du lancement de la billetterie de la Fête des Vignerons en septembre dernier sur le bateau Vevey, naviguant sur le Lac Léman.

(© Keystone / Laurent Gillieron)

Concepteur de la Fête des Vignerons 2019, qui s’ouvre le 18 juillet à Vevey, le metteur en scène et chorégraphe tessinois monte un spectacle qui s’annonce féerique, comme tout ce qu’il produit. Rencontre avec un artiste rêveur, d’envergure internationale.

Dans le cadre opulent du Grand Théâtre de Genève, Daniele Finzi PascaLien externe apparaît comme un lutin échappé d’un conte pour enfants. Silhouette fine, œil brillant, démarche agile, gestes vifs, le metteur en scène tessinois est un magicien des planches qui sait également jongler avec les mots. Sa parole est fluide, tressée de métaphores. Dans un français parfait, il s’adresse à la presse réunie en mai dernier au Grand Théâtre, qui présentait alors sa saison lyrique. Finzi Pasca y participe. En septembre prochain, il crée pour l’institution genevoise «Einstein on the Beach», un opéraLien externe de Philip Glass.

Metteur en scène, auteur, chorégraphe et comédien, Daniele Finzi Pasca est né en 1964 à Lugano. Il est le concepteur des cérémonies de clôture des Jeux olympiques de Turin en 2006, et de Sotchi en 2014. Il crée notamment des spectacles pour le Cirque du Soleil et le Cirque Eloize. Sa compagnie a deux sièges, l’un à Lugano, l’autre à Montréal.

(Viviana Cangialosi – Compagnia Finzi Pasca)

C’est là que nous avons rendez-vous avec lui pour parler non pas d’art lyrique mais de la Fête des VigneronsLien externe 2019, dont il est le concepteur. Artiste international très sollicité, toujours en déplacement, son temps est compté. Nous avons profité de sa présence à Genève pour le rencontrer. Son attaché de presse avait prévenu: vous disposerez de 15 minutes pour l’interview, pas une seconde de plus.

Un travail d’archéologie

Nous voici donc dans l’une des loges du théâtre où Daniele nous reçoit. L’homme est détendu malgré la pression. Dans une atmosphère silencieuse, presque pieuse, il chuchote et on l’écoute. «Il y a 7 ans, l’Abbé-Président de la Confrérie des VigneronsLien externe est venu me trouver pour me proposer la conception de la Fête. L’édition 1999 lui avait paru quelque peu intellectuelle, et il souhaitait que la formule de cette année soit plus émotionnelle, plus touchante».

Va donc pour la féerie! Daniele Finzi Pasca mettra tout son talent pour faire vibrer le public, comme il le fit aux Jeux Olympiques de Turin (2006) et de Sotchi (2014) dont il a signé les cérémonies de clôture. La Confrérie sait que pour ces deux événements mondiaux il a su raconter l’Italie et la Russie. Elle s’attend donc à ce que Daniele se surpasse pour l’Helvétie, sa terre natale.

Vous n’êtes pas fils de vignerons, comment donc allez-vous procéder pour raconter la Fête dans votre spectacle? lui demande-t-on. Finzi Pasca répond du tac au tac: «On n’a pas besoin d’être fils de militaire pour raconter une guerre».

Blaise Hofmann, l’homme des grands crus

Blaise Hofmann publie, à l’occasion de la Fête des Vignerons, trois livres «arrosés» par une cuvée de Chasselas et de Gamay. Rencontre.

Les musées suisses exposent peu d’artistes femmes

subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.