Coronavirus: comment définir ce qui est essentiel?

donne di fronte a un chiosco

Un esercizio essenziale? Chiosco alla stazione ferroviaria di Berna, 23 marzo 2020.

(Keystone / Anthony Anex)

La Suisse a interdit toutes les activités considérées comme secondaires pour contrer la propagation du coronavirus. Une occasion de réfléchir à ce qui compte vraiment pour la société, estime l’économiste Sergio Rossi.

Magasins, marchés, restaurants, bars, musées, bibliothèques, cinémas, salles de concert, théâtres, centres sportifs, piscines, salons de coiffure, centres de beauté et stations de ski: du 17 mars au 19 avril, tous ces établissements restent fermés en Suisse. Selon les autoritésLien externe, il s’agit d’activités «non essentielles» qui, en tant que telles, doivent être suspendues afin de protéger la santé publique.

Hormis les conséquences de cette décision pour les salariés et les indépendants, la liste des activités interdites n’est pas contestée. Comment un centre sportif ou un théâtre pourraient-ils garantir la santé de ceux qui les fréquentent, vu la forte contagiosité du coronavirus?

Ce qui est surprenant, du moins à première vue, ce sont les activités encore autorisées et donc implicitement considérées comme fondamentales pour la société. Si personne ne doute de la nécessité de maintenir les épiceries ou les pharmacies ouvertes, on peut s’interroger sur les fournisseurs de plats à l’emporter, les garages et les kiosques, qui peuvent continuer à fonctionner s’ils respectent les règles d’hygiène et de distanciation sociale.

Des exceptions qui interrogent aussi Sergio RossiLien externe, professeur de macroéconomie à l’Université de Fribourg. «La définition de l’essentiel est subjective. Elle dépend de la manière de classer nos besoins essentiels ou superflus», explique-t-il à swissinfo.ch.

«L’éducation est également un bien essentiel. Les écoles ont pourtant été fermées, note l’économiste. Les choix politiques actuels ont principalement pris en compte la santé physique des gens, tout en fermant les yeux sur les kiosques et les cigarettes, par exemple. En poussant cette logique jusqu’au bout, on pourrait donc penser que le tabac est considéré comme un bien essentiel.»

D’un point de vue économique, poursuit-il, les seules activités véritablement essentielles sont celles qui répondent à des besoins fondamentaux et vitaux. C’est le cas de la production alimentaire, de l’agriculteur au commerce de détail, et des soins de santé.

>> Faut-il fermer complètement l’économie pour ralentir le rythme des transmissions de coronavirus? Le débat de l’émission Forum de la RTS:

dans ses mesuresLien externe les établissements autorisés, en plus des centres médicaux: épiceries, kiosques, restauration à l’emporter (take-away), cantines d’entreprise, services de repas, pharmacies, stations-service, garages, gares, banques, bureaux de poste, hôtels et fournisseurs de services de télécommunications.

Les entreprises commerciales peuvent également poursuivre leurs activités, mais doivent prendre des mesures pour protéger les employés et les clients (mesures d’hygiène et distanciation sociale).

Fin de l’infobox

Coronavirus, responsabilité et fragilité

La crise multidimensionnelle provoquée par la pandémie mondiale agit comme un révélateur. La réflexion du médecin Bertrand Kiefer.

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.