Centenaires!

Vieil homme avec une barbe blanche

(Musée national suisse / ASL )

Il y eut un temps, avant les téléphones portables, où les photographes de presse étaient les yeux d’une nation toute entière. Nombre de leurs photographies sont aujourd’hui tombées dans l’oubli. Par exemple les portraits de Suisses et de Suissesses qui vers 1940 avaient atteint l’âge de 100 ans, voire au-delà. 

swissinfo.ch publie régulièrement d’autres articles tirés du blog du Musée national suisseLien externe consacré à des sujets historiques. Ces articles sont toujours disponibles en allemand et généralement aussi en français et en anglais.  

Fin de l’infobox

En 1940, la Suisse comptait huit femmes et un homme âgés de 100 ans ou plus. Forcément, leurs anniversaires ne passaient pas inaperçus. Non seulement ils étaient entourés, pour ces événements rares, de leur famille et de leurs proches, mais la presse aussi leur rendait hommage.

Toujours en quête de héros du quotidien, les agences de presse dépêchaient leurs photographes aux quatre coins du pays – et en cela, répondaient à la demande de leur lectorat, qui réclamait des images de personnalités célèbres, mais aussi d’habitants lambda.

Vieille femme assise dans un fauteuil

Pour bien commencer sa 100e année, Marie Louise Pitiot du Locle avait reçu en 1940 un fauteuil avec inscription offert par le canton de Neuchâtel.

(Musée national suisse / ASL )

On voulait des récits: Marie Louise Pitiot du Locle (NE) se souvenait avoir admiré à l’âge de quinze ans la première patineuse sur glace sur le Doubs gelé. Elle-même était ensuite devenue la première fleuriste du canton de Neuchâtel, après avoir repris l’affaire de son père, dont elle avait pris soin jusque dans ses vieux jours. En général, les histoires les plus appréciées étaient celles qui parlaient de continuité et de modestie: Alois Gabriel d’Ennetbürgen (NW) avait vécu toute sa vie dans la maison dont la construction s’était achevée à peine deux mois avant sa naissance. 

Femme centenaire félicitée par un politicien

Camille Brandt, conseiller d’état de Neuchâtel, complimente Elisa Morin de Colombier pour son 99e anniversaire.

(Musée national suisse / ASL)

Les portraits en noir et blanc montrent des visages marqués par l’âge, sillonnés de ces rides profondes que nous aimons interpréter comme l’empreinte du passé. Entourés de fleurs et de visages bienveillants, les centenaires qui fêtent leur anniversaire trônent souvent dans des fauteuils qui leur ont été offerts par leur canton natal. Dans le canton de Neuchâtel, jusqu’au début des années 2000, on avait l’embarras du choix: plutôt un confortable fauteuil ou une élégante horloge? En tout cas, tous recevaient les vœux personnels des représentants du gouvernement et se voyaient exemptés d’impôts. Et ce dès le 99e anniversaire. Car «centenaire», on le devient dès que l’on entre dans sa 100e année de vie.

Vieille femme avec un enfant

Marie Bachmann d’Uerkheim (AG) fêta son 100e anniversaire le 11 avril 1941.

(Musée national suisse / ASL )

Autres visages bienvenus sur ces photos: ceux des enfants, qui par leurs bonnes joues font figure de contraste, mais aussi de garantie cérémonielle de la transmission et de la pérennité – au sein de la famille, de l’humanité et de l’histoire. Aujourd’hui, ils n’ont pas encore atteint l’âge de cent ans. Mais dans une dizaine d’années, eux aussi deviendront centenaires. Quid, alors, de la presse? Elle ne couvrira plus ces anniversaires qu’à titre exceptionnel. Rien d’étonnant à cela: la Suisse compte désormais plus de 1500 personnes âgées de cent ans ou plus, qui ne sont donc plus des raretés comme en 1940. Et de toute façon, ce nombre est trop élevé pour que l’on puisse écrire un article sur chacun d’entre eux.

L’agence photographique de presse ASL

Actualités Suisses Lausanne (ASL) a été fondée en 1954 par Roland Schlaefli et était considérée jusqu’à sa fermeture en 1999 comme l’agence photographique de presse la plus importante de Suisse romande. En 1973, Roland Schlaefli racheta en outre les archives de l’agence Presse Diffusion Lausanne (PDL) fondée en 1937. Les fonds des deux agences représentent environ six millions de photographies (négatifs, épreuves, diapositives). Dans le large spectre des thèmes traités, trois principaux ressortent: la politique nationale, le sport et la Suisse romande. L’agence ne survécut pas au passage à l’ère du numérique. Depuis 2007, les archives d’ASL et de PDL sont en la possession du Musée national suisse. Le blog présente, de façon aléatoire des photographies et séries de photographies qui ont particulièrement attiré notre attention lors de leur remise en état.

Fin de l’infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Votations du 9 février 2020

Votations du 9 février 2020

subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.