Van Herck vit sa dernière année en tant que sélectionneur national

Parmi ses plus grands faits d’armes, on notera évidemment les deux finales masculines, face à la Grand-Bretagne en 2015 et contre la France en 2017.

Dans la salle de presse du BW Open, les noms des éventuels candidats à sa succession ne faisaient pas réellement débat : Kirsten Flipkens et Steve Darcis semblent être les pistes les plus sérieuses. La première a joué les capitaines lors de la United Cup disputée en début de saison à Perth et n’est plus présente sur le circuit qu’en double. Le second n’a, lui, jamais caché que reprendre les rênes de l’équipe nationale était dans un coin de sa tête. “Devenir capitaine ? C’est quelque chose qui me tiendrait fort à cœur. Ça me plairait bien. Maintenant, est-ce qu’on va faire appel à moi ? Est-ce que l’équipe va estimer que je peux être la bonne personne ? Est-ce que Johan va s’arrêter ?”, avait expliqué “Mister Coupe Davis” fin 2019, au moment de prendre sa retraite comme joueur. Sa dernière question a désormais trouvé réponse.

De Loore remplace Coppejans

Plus tôt dans la journée, Johan Van Herck avait dévoilé ce qui sera donc l’une de ses dernières sélections. Avec une petite surprise en la personne de Joris De Loore. Le Brugeois, auteur d’un très bon début de saison avec une victoire en Challenger suivie d’une finale à Oeiras (Portugal), est désormais le numéro 3 belge. Pour une petite place, devant Kimmer Coppejans qui n’effectuera pas le voyage en Corée du Sud. “C’était un choix compliqué, relevait David Goffin lundi soir. Kimmer et Joris ont le même classement, ce n’était pas évident de trancher. D’autant qu’ils ont déjà joué tous les deux en Coupe Davis. Je crois que Johan a opté pour le style de jeu de Joris qui, s’il devait jouer en simple, sert bien, est un peu plus agressif. Si la surface va vite, il va peut-être plus correspondre au jeu des Coréens.”

Outre David Goffin et Joris De Loore, Zizou Bergs, Sander Gillé et Joran Vliegen complètent la sélection.