« Une locomotive pour l’arbitrage féminin »: qui est Stéphanie Frappart, la première femme à diriger un match de Coupe du monde?

Si trois femmes ont été sélectionnées pour faire partie de l’équipe d’arbitres du Mondial 2022 au Qatar, aucune d’entre elles n’avaient encore foulé les terrains en tant qu’arbitre principale durant la compétition.

Jeudi, ce sera désormais chose faite. Stéphanie Frappart, 38 ans, dirigera en effet la rencontre qui opposera le Costa Rica à l’Allemagne, dans le groupe E. D’abord quatrième arbitre des matchs Mexique-Pologne et Portugal-Ghana lors des deux premières journées de compétition, c’est en tant qu’arbitre principale qu’officiera cette fois la Française.

Cette participation au Mondial est un nouveau jalon pour cette pionnière talentueuse et charismatique, qui gravit les échelons à toute vitesse : première femme au sifflet en Ligue 1 masculine (2019), puis à diriger la Supercoupe d’Europe (2019), la Française est passée au niveau supérieur lorsqu’elle a officié en Ligue des champions en 2020 et à l’Euro 2021.

La Coupe du monde, c’est encore un accomplissement supplémentaire. « Une Coupe du monde, c’est le summum, la plus grosse compétition au monde », avait-elle expliqué à la fin du mois de septembre lors d’un point de presse à Clairefontaine, après sa désignation pour le voyage au Qatar.

En Ligue 1 (division 1 française), Frappart fait l’unanimité : elle s’est attiré les louanges des acteurs du jeu. « Elle a beaucoup de diplomatie« , avait confié à l’époque l’entraîneur de Lille, Christophe Galtier (aujourd’hui coach du PSG) après ses débuts en Ligue 1, en 2019. « C’est une locomotive pour l’arbitrage féminin, et une femme exceptionnelle« , avait salué le président de la Commission française des arbitres, Eric Borghini.

Ancienne joueuse de l’AS Herblay (région parisienne), Stéphanie Frappart s’est orientée à l’adolescence vers l’arbitrage, qui lui a offert de meilleures perspectives professionnelles.