« Une humiliation », « Un tremblement de terre », « Un film d’horreur »: la presse abasourdie après l’exploit du FC Bruges à Porto

Incroyable mais vrai. Ce mardi,le FC Bruges a littéralement surclassé le FC Porto dans un stadeO Dragão en pleine détresse. Si un parieur avait misé sur le score de 0-4 en faveur des Brugeois, il serait aujourd’hui probablement très riche et fier. Tout le contraire de la presse portugaise, complètement sonnée ce mercredi matin. « Scandale dans le Dragao », s’exclame A Bola, journal sportif du pays. Le quotidien souligne également la différence entre un Sporting « brillant » qui s’impose contre Tottenham et un Porto « sombre » qui prend une raclée contre les Belges.

A Bola a également donné quelques informations intéressantes sur l’ambiance qui régnait dans le rang des Dragons après la rencontre. « Le président du FC Porto, Pinto da Costa, et le vice-président Vítor Baía sont descendus dans le vestiaire des Dragons après l’hécatombe contre le Club Bruges. Les principaux managers sont allés parler aux joueurs et à l’équipe technique pour les remobiliser. » Comme quoi, il n’y a pas qu’à Anderlecht que la direction prend la parole lorsque tout tourne à l’envers.

De son côté, RTP Sport annonce qu’il s’agit d’une « Soirée noire pour le club portugais ». Difficile d’en dire autrement. Une statistique incroyable permet de mesurer l’exploit du Club: « Les triples champions de Belgique ne sont devenus que la deuxième équipe à marquer quatre buts à l’Estádio do Dragão, dans un match comptant pour la Ligue des champions. Jusque-là, seul Liverpool avait réussi à dépasser cette barre à trois reprises : 0-5 en 2017, 1-4 en 2019 et 1-5 en 2021. »

Pour Record, Porto était face à « un ouragan de stade 4 ». « Le FC Porto est rouge de honte à domicile et doit déjà s’accrocher à sa calculette pour se qualifier au prochain tour », poursuit le quotidien. Pour O’Jogo, les Dragons ont vécu « un film d’horreur ». « Les joueurs étaient méconnaissables et ont déroulé le tapis rouge au Club de Bruges », ajoute le quotidien.

"Une humiliation", "Un tremblement de terre", "Un film d'horreur": la presse abasourdie après l'exploit du FC Bruges à Porto
©BELGA

« Un tremblement de terre »

Après sa difficile victoire à domicile contre Leverkusen, Bruges a donc surclassé des Portugais impuissants. Forcément, en Allemagne, on a suivi cette rencontre avec beaucoup d’attention. « Bruges humilie le FC Porto à l’extérieur », titre Kicker dans ses pages. « Les Belges sont à leur meilleur niveau lors de cette phase de groupe. (…) Plus mordants, ils sont sortis avec une furieuse envie de croquer leurs adversaires après la pause. » Avant ensuite de conclure simplement: « Les Belges ont humilié Porto devant leurs propres supporters. De plus, ils n’ont pas perdu de point et n’ont pas encaissé de but. » Preuve que les Gazelles font peur chez nos voisins.

"Une humiliation", "Un tremblement de terre", "Un film d'horreur": la presse abasourdie après l'exploit du FC Bruges à Porto
©BELGA

En Espagne aussi, cette victoire a été saluée par la presse. « Bruges tourmente Porto », titre Marca sur son site internet. De son côté, AS souligne surtout la performance XXL d’un joueur qui a tapé dans l’oeil depuis son arrivée en Belgique cet été en provenance du FC Barcelone. « Jutglá déclenche un tremblement de terre à Porto », commence le journal espagnol pro-Madrid. « Le Club a pris un mois et demi d’avance sur le soir d’Halloween en battant le FC Porto », poursuit le quotidien. « Bruges s’impose comme le rival inattendu de l’Atletico Madrid dans la lutte pour les huitièmes de finale. Tout semblait pourtant indiquer que la visite des Belges au Portugal serait facile pour une équipe de Porto qui n’a miraculeusement rien obtenu au Metropolitano. Mais les Belges sont entrés sur le terrain avec beaucoup de nerf et ont rapidement montré à Porto que la nuit allait être longue. »

Selon le quotidien, les Colchoneros vont devoir se méfier d’un concurrent plus coriace que ce qu’ils imaginaient. « Pour Bruges, le cauchemar s’est transformé en conte de fées. Et ils recevront l’Atletico en tant que leader du groupe dans ce qui promet d’être une nuit historique au stade Jan Breydel. »

Le rendez-vous est pris !