Thomas Didillon revient sur ses moments plus difficiles à Anderlecht: « Kompany ne m’a jamais donné d’explication »

Thomas Didillon se confie sur son transfert et ses périodes difficiles à Anderlecht.

La côte belge. Destination de vacances familiales par excellence et désormais lieu de résidence de Thomas Didillon. Pas d’appartement au cœur de l’agitation mais une maison un peu isolée. À l’image du Français qui se dit volontiers « casanier ».

Enfin un peu de calme après douze mois faits de turbulences, de trous d’air et d’un atterrissage en douceur au Cercle Bruges. Une chute après être passé à Anderlecht et à Genk ? Pas pour lui. C’est même un homme heureux et toujours aussi affable qui s’est confié à nous durant 90 minutes.

Quel était le projet en signant pour quatre ans au Cercle Bruges ?

« L’idée était de rejouer, de retrouver de la compétition, de montrer ce que je vaux. Le Cercle collait à cette idée, surtout dans une situation bizarre. Chaque mercato est compliqué pour les gardiens, mais c’était encore plus le cas avec le Covid-19. J’ai décidé rapidement et c’était ce qu’il y avait de mieux à faire. »