Tamim ben Hamad Al Thani, l’émir du Qatar qui a décroché la Coupe du monde

Au départ prince héritier, Tamim ben Hamad Al Thani sort diplômé de l’Académie royale militaire de Sandhurst en 1998. Le journal Le Monde rappelle qu’il est nommé prince héritier au profit de son frère aîné.

Une fois nommé, il commence alors à s’occuper des affaires de son pays. Durant dix ans, de 2003 à 2013, il sera à la tête des conseils supérieurs de la santé et de l’éducation ainsi que du conseil des administrateurs des fonds souverains de son émirat et enfin il présida également le conseil d’administration de l’Université du Qatar.

Une politique sportive qui paie

Passionné de sport, le futur émir mène une politique ambitieuse misée sur le sport, comme le souligne Arte. Le pays du Moyen-Orient, a déjà par le passé accueilli les jeux asiatiques en 2006, le championnat mondial masculin de handball en 2015 et les championnats du monde d’athlétisme plus récemment en 2019.

Sans oublier en 2011, le pays s’offre le club français du Paris Saint-Germain. Lors d’une récente interview avec Le Point, le monarque se confie sur cet investissement dans le club parisien : « Le sport n’est pas un business comme les autres. Si on veut investir, quel que soit le sport, il est nécessaire d’avoir une passion pour ce sport… Si on le gère bien, la valeur du projet croît« , explique-t-il. L’émir est aussi président du conseil exécutif du Conseil national olympique de son pays. De ce fait, il use du sponsoring pour que son nom soit présent sur tous les maillots qui se vendent comme des petits pains à des équipes presque luxueuses.

L’utilisation du sport comme outil de « soft power » s’est-elle retournée contre le Qatar ?

Le plus jeune souverain du Moyen-Orient

Il accède au trône en 2013 âgé seulement de 33 ans. Tamim ben Hamad Al Thani devient alors le plus jeune monarque du monde arabe. Il saura utiliser les médias à son avantage pour accentuer son influence face aux pays de l’Occident. Notamment avec la chaîne d’information en continu qatarienne Al Jazeera et beIn Sports.

Avec tout cela, l’émir est devenu une figure incontournable dans le sport planétaire, il a été l’élément déclencheur de l’organisation de cette Coupe du monde dans son pays.

LIRE AUSSI – « Pour cette Coupe du monde, je crois en une victoire de la France, mais pas de la Belgique. Les Diables rouges sont des outsiders »