Sensation: Malik Umayev décroche le bronze à Antalya !

Engagé au Grand Chelem d’Antalya, aux côtés de Matthias Casse en -81 kg, Malik Umayev a créé une énorme sensation en décrochant la médaille de bronze, ce samedi, aux dépens de l’Ukrainien Manukian (23 ans/n°54). Grâce à son extraordinaire explosivité, le Liégeois de 21 ans a mis son adversaire au tapis à deux reprises, l’une dans le temps réglementaire, l’autre en prolongation, après que l’Ukrainien est parvenu à égaliser. Les deux judokas se rencontraient pour la troisième fois, les deux premières datant de l’époque où ils étaient juniors. Visiblement, Malik a vite et bien grandi depuis lors, entrant dans la cour des grands.

Au début de sa folle journée, Malik retrouvait au premier tour le Bulgare Martirosyan (28 ans/n.c.), qu’il avait battu à Sarajevo pour, finalement, y décrocher la médaille d’argent. Le jeune Liégeois dut se montrer patient face à cet adversaire refusant le combat en « cassant » les prises de garde, raison pour laquelle il fut sanctionné par l’arbitre à deux reprises. Mais Malik finit par trouver l’ouverture sur un magnifique mouvement !

Dans la foulée, Malik Umayev fut opposé au Marocain Moutii (25 ans/n°29), exempté du premier tour suite au forfait de dernière minute du Grec Demourtsidis. Un véritable test pour lui face au champion d’Afrique en titre et récent médaillé de bronze à Tunis. Mais notre compatriote l’a passé avec succès, renversant son adversaire après un peu plus de deux minutes et demi et gérant ensuite la fin du combat pour atteindre les huitièmes de finale, face au Hongrois Ungvari (33 ans/n°13) qui s’était, quant à lui, débarrassé de l’Allemand Gramkow après… 9’40 d’un face-à-face absolument intense et aussi indécis.

Médaillé de bronze à Antalya et d’or à Kazan, courant 2021, Ungvari est retombé les pieds sur terre ou plutôt le dos sur le tatami, balancé après… 33 secondes (!) par Malik Umayev qui, dans la foulée, sauta de joie en se tournant vers son coach, Cédric Taymans. Le Liégeois tenait là un coup d’éclat !

Opposé alors, en quarts de finale, au Turc Albayrak (28 ans/n°3), champion d’Europe en titre et encore médaillé d’argent à Paris (battu par… Matthias Casse), Malik se défendit avec cran, mais il ne put empêcher son adversaire de le renverser après un peu plus de deux minutes et demi. Direction les repêchages face à un autre cador de la catégorie, le Français Djalo.

Et Malik a livré un formidable combat, prenant son adversaire à bras-le-corps pour le renverser ! Une victoire qui a qualifié le Visétois en vue du combat pour le bronze.