Quand humiliation et déception sont noyées par l’émotion pour Lukaku

« Chris, Chris, sterkte jongen (force à toi), I love you. » Le 12 juin dernier, après avoir fait trembler les filets face à la Russie à l’Euro et empoigné la caméra, Romelu Lukaku n’a pu s’empêcher d’avoir une pensée pour Christian Eriksen, victime d’un arrêt cardiaque quelques heures auparavant. Logique quand on connaît la force et la nature du lien qui unit les deux hommes. Le Diable et le Danois ont passé 18 mois ensemble à l’Inter, remportant notamment le titre l’an dernier.

Ce samedi par contre, Lukaku et Eriksen ont été opposés l’un à l’autre quand Chelsea a reçu Brentford. Depuis le banc, Big Rom a pu voir son ami embellir encore un peu plus l’histoire de son incroyable come-back. Après avoir marqué son retour en équipe nationale de deux buts lors de la récente trêve internationale, le Danois a trouvé le chemin des filets pour la première fois en club depuis le 23 mai dernier (avec les Nerazzurri à l’époque). Alors que les buts d’Antonio Rüdiger et de Vitaly Janelt tenaient les deux équipes en équilibre jusque-là, Eriksen a donné l’avantage aux siens. Avant que Janelt ne double son compteur et que Yoane Wissa ne permettent à Brentford d’humilier les Blues.

Si Thomas Tuchel a à nouveau préféré aligner Kai Havertz sur le front de l’attaque au coup d’envoi, Lukaku a tout de même eu droit aux 25 dernières minutes. Forcément déçu de son temps de jeu actuel, le Diable se réjouira surtout des incroyables performances que réalise son ami.