Premier League: Liverpool et Chelsea se quittent sur un triste nul, Everton touche le fond

Si le nul vierge n’arrange personne, Reds et Blues, encore convalescents, ne font pas la fine bouche, en attendant mieux.

Huitième et dixième, avec Brentford intercalé, les trois équipes ayant 29 points, Liverpool et Chelsea restent à neuf longueurs du top 4 et d’une toujours plus hypothétique qualification en Ligue des champions.

« Pour moi, il est clair que, dans notre situation, il faut accepter de faire des petits pas en avant, et c’était un petit pas aujourd’hui », a commenté après le match Jürgen Klopp dont c’était le 1000e match comme entraîneur, avec Mayence, Dortmund puis Liverpool.

« On voulait gagner, mais on va prendre ce point et continuer à avancer », a estimé, sur la même tonalité, Graham Potter, côté Chelsea.

Le match avait pourtant failli partir sur de bonnes bases avec un but de Kai Havertz sur corner, mais annulé pour hors-jeu après consultation de la VAR (3e).

Cette première frayeur n’a pas encouragé Liverpool — où Trent Alexander-Arnold, Fabinho, Jordan Henderson ou Darwin Nunez étaient sur le banc au coup d’envoi –, à prendre des risques.

Chelsea s’est montré un peu plus entreprenant, mais guère tranchant, et hormis une tête de Benoït Badiashile au deuxième poteau, repoussée sans trop de mal par Alisson (32e), la première période a été digne d’un match de milieu de tableau.

Malgré un peu plus d’agressivité au retour des vestiaires, les Reds sont restés inoffensifs.

Une frappe de Cody Gakpo en pivot (69e), une autre de Nunez en angle fermé (76e), n’ont guère réveillé un Anfield aussi apathique que son équipe.

Graham Potter, de son côté, a offert ses premières minutes de jeu à Mykhailo Mudryk à partir de la 55e minute.

La pépite ukrainienne à 100 millions d’euros s’est offert un petit slalom dans la défense adverse, ponctuée d’une frappe au coin des six mètres dans le petit filet (64e), avant de rater son contrôle après avoir été trouvé, seul, au deuxième poteau par Hakim Ziyech 71e).

Mais 0-0 est un score parfaitement logique au vu de la prestation des deux équipes comme paralysées par la peur des erreurs individuelles et qui ne semblent, ni l’une ni l’autre, capables de se montrer à nouveau conquérantes à brève échéance.

West Ham gagne le match de la peur

Les Hammers ont poussé Frank Lampard encore un peu plus près de la sortie en battant Everton (2-0) dans un duel de mal classé.

Ce 10e match de suite sans victoire, toutes compétitions confondues, pour deux nuls seulement, risque bien d’être celui de trop pour l’ancien milieu de terrain international dont l’équipe, avec 15 points en 19 matches, ne devance la lanterne rouge, Southampton, qu’à la différence de buts.

Un doublé de Jarrod Bowen avant la pause (34e et 41e) a scellé le match et permet aux Hammers de sortir de la zone rouge (15e avec 18 points), même s’ils sont loin d’être tirés d’affaire.